Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Géomorphologie de la Russie. Le colosse aux plaines d'argile,2017

Éditions l'Harmatan, Paris, 384 p.
Jean-Noël Salomon
p. 7-9
Référence(s) :

Géomorphologie de la Russie. Le colosse aux plaines d'argile, Éditions l'Harmattan, Paris, 384 p.

Texte intégral

1Une longue (21 p.) "introduction générale" est apparue nécessaire pour bien cerner les concepts et l'épistémologie de la géomorphologie russe. On retiendra brièvement que les formations superficielles du substrat y tiennent une place essentielle, ne serait-ce que par leur étendue. Les reliefs, hauts sommets des chaînes méridionales, volcans de l'Extrême Orient russe, sont sur le pourtour. Seul l'Oural (vieille suture arasée) conserve quelques pentes raides, mais seulement dans sa partie nord. Du coup, l'immensité de la Russie est plane. Ensuite, il faut mettre en exergue le rôle du climat, (notamment du froid) et de son action sur les modelés superficiels, en particulier dans les régions de toundra, mais pas seulement (débâcles hydrologiques de printemps).

2Enfin, l'auteur signale l'approche devancière de la discipline par les savants russes, grands précurseurs d'une approche intégrée des environnements (on disait autrefois "milieux"). Il cite le géologue Vassili DOKOUTCHAEV (considéré comme véritable père de la pédologie depuis la publication en 1983 de sa thèse ("Le Tchernozem Russe") et Vladimir VERNADSKI qui énonçait dès les années 1920 le rôle primordial des organismes vivants dans la formation et le maintien des principales propriétés physico-chimiques des couches de la Terre. Cet ancien élève de Dimitri MENDELEÏEV est le père du concept de biosphère. Ce bouillonnement culturel s'est perpétué jusqu'à nos jours, jusqu'à concevoir même une géomorphologie "sociale", économique", "culturelle", "écologique", etc., que l'on aurait bien tort de ne pas prendre en considération. Bien des géographes français l'avaient compris, inspirés par l'apport russe, Jean TRICART, Pierre GEORGE, Jean DRESCH, etc., avec comme constante : en définitive, toute science doit aboutir à l'Homme.

3Toute cette introduction était nécessaire et l'on reste confondu par l'énorme travail de recherche accompli par l'auteur.

4L'ouvrage s'articule en deux grandes parties : la Géomorphologie structurale, et la Géomorphologie dynamique et climatique.

5Logiquement, l'auteur commence par nous présenter les grandes unités du relief : plate-formes, montagnes, puis contacts entre ces entités. Ensuite, viennent les formes d'échelle moyenne à structure cassante et/ou volcanique. La Russie est presque entièrement sur la plaque eurasienne, laquelle est remarquablement stable. Du coup, les vieilles plateformes (Europe de l'Est, Sibérie centrale) se sont consolidées tout en prenant un aspect bombé (boucliers), tandis que d'autres plus récentes (calédono-hercyniennes) sont postérieures à 590 Ma. Surfaces d'aplanissement (nombreux cycles) et vastes plateaux, plus ou moins superposés de manière discordante, confèrent une grande monotonie au relief, seulement interrompue par les entailles des cours d'eau ou la persistance de reliefs ruiniformes de roches dures. Pourtant, pour un géomorphologue, la monotonie s'estompe rapidement, tant les exemples de variations (binôme roche dure / roche tendre ; lithologie, etc.) abondent. L'auteur illustre ses propos d'abondants exemples, mais, pour mieux goûter sa réflexion, il faudrait connaître le terrain comme lui, ce qui n'est pas facile, ne fut-ce que par son étendue. Heureusement, il multiplie les figures et les photographies, et privilégie des exemples qu'il connaît bien, le Baïkal par exemple. Ce rift actif avec des abrupts magnifiques (photos 35 à 44), océan en devenir, abrite la plus grande réserve d'eau douce de la planète. Outre ses magnifiques paysages, c'est un véritable paradis pour le géomorphologue, tant les morphogénèses ont engendré des paysages posant questions. On n'oubliera certes pas les énormes ressources minières et énergétiques de ces régions, relativement faciles d'accès en raison de l'action des systèmes d'érosion qui ont sévi longtemps. La montagne arasée de l'Oural en est un exemple, mettant à portée de main des gisements précieux.

6Nous nous permettons une précision (p. 110) : les trapps de Sibérie ont été le plus grand évènement volcanique (de type fissural avec essentiellement des basaltes) des 500 derniers millions d'années. Les émissions sont estimées entre 1 et 4 millions de km3 et ont recouvert environ 2000000 km2.

7Le second volet de l'ouvrage concerne la géomorphologie dynamique et climatique, les deux étant bien sûr indissociables, même si Laurent TOUCHART rappelle le débat qui existe entre tenants des "zones morphostructurales" et ceux des "zones morphoclimatiques" (p. 139-140). Il rappelle également que les Russes distinguent trois grand types de processus : l'altération, la météorisation mécanique et la dissolution chimique, sans pour autant que les trois soient parfaitement séparées. L'originalité essentielle tient au rôle des amplitudes thermiques et aux effets du froid (gélifraction, gélifluction, glissements de terrain, embâcles et débâcles de fleuves etc.). Deux grandes conséquences à cela : en surface, une pédogénèse marquée par une grande acidification (podzols de la taïga) ; et à faible profondeur, le pergélisol, dont la fonte actuelle est bien sous-estimée.

8L'un des paysages morphologiques les plus spectaculaires est celui des Colonnes de la Léna (classé Unesco) taillées dans des calcaires cambriens. Initiée par des processus de dissolution, leur genèse a été complétée par ceux de la gélifraction liés au climat continental extrême (amplitude de 100°C ‒ record mondial de froid à Oïmiakon avec -75°C). La pénétration de l'eau depuis la surface en été facilite les processus cryogéniques d'hiver, conduisant à l'élargissement de ravines et à l'individualisation des colonnes. Les phénomènes karstiques sont également enrichis de processus thermokarstiques développés dans la zone du pergélisol.

9Par ailleurs, les quelques 1500 îles du delta de la Léna se jetant dans la mer de Laptev pâtissent de la dégradation du pergélisol sous l'effet du réchauffement climatique. Le pergélisol occupe 95 % du territoire sibérien et les 2/3 de la superficie russe. Ce pergélisol est très ancien (de -2600 à -11000 ans BP). Il est très froid, avec une température moyenne de 9°C et surtout très profond, jusqu'à 1500 m dans le nord de la Yakoutie. La fonte du pergélisol libère des matières organiques qui, en présence d'oxygène, dégagent du CO2, mais aussi, et surtout, du méthane, un puissant gaz à effet de serre. Les explosions de gaz se sont multipliées ces dernières années en Sibérie, générant des cratères dits "mystérieux". Le plus bel exemple est celui du "cratère" de Batagaika. Cette énorme entaille thermokarstique (1 km de diamètre pour 86 m de profondeur, à10 km au SE du village de de Batagaï) est apparue à la suite d'une déforestation anthropique de la taïga dans les années 1960 (perte de protection vis-à-vis du soleil). Depuis, il ne cesse de grandir par glissements successifs. Les études du GIEC n'intègrent toujours pas cela… Or, déjà des arbres sont apparus dans la toundra rase… Bref, le dégel du pergélisol ne peut qu'accentuer le réchauffement climatique et accentuer le dégel !

10L'action du froid est également fondamentale pour les plaines drainées par les grands fleuves (Sibérie occidentale), car c'est elle qui est à l'origine du cycle embâcles/débâcles générateur de crues (débits de pointe des grands fleuves supérieurs à 200000 m3/s), d'inondations et d'étalement de sédiments, de genèse de vastes terrasses étagées, tout comme de l'enfoncement des isbas.

11Quelques remarques et précisions en vrac :

  • Au sujet de la page 7, l'Unesco a reconnu la Réserve Naturelle de Stolby, célèbre par ses parois de syénite (varappe), son karst cambrien (dolines, grottes, rivières souterraines, etc.), qui est fréquentée par plus de 200000 visiteurs/an.

  • À propos du glint (structure tabulaire), pourquoi y avoir adjoint la butte témoin de Tompéa (Tallin), la chute de Jäga (photos 18 ‒ doublon en couleur pages 138 et 139 ‒ et 19) et la dépression de Tabasalu (photo 33), toutes situées en Estonie, pays qui ne fait plus partie de la Russie depuis 1991 ?

  • La photo 139 illustre bien le rôle du pergélisol. Mais il n'y a pas simplement un affaissement, mais aussi au moins un enfoncement d'ordre métrique : les fenêtres des isbas russes ne sont jamais aménagées au raz du rez-de-chaussée. Le problème du pergélisol est assez bien maîtrisé par les Russes (accès surélevés aux habitations, canalisations hors sol, réfection des routes importantes, etc.)

  • Au sujet de la figure 39, une expédition du 30 juillet au 3 septembre 2017, organisée par les clubs russes Perovsky Club et Perovo Spéléo, a atteint la profondeur de 2204 m dans le gouffre Verovkina dans les Monts de Graga (Abkhazie - Caucase). Il est vrai qu'au fil des explorations, la liste des cavités majeures par leurs dimensions s'accroît d'année en année. Mais l'Abkhazie n'est plus en Russie, laquelle a reconnu son indépendance en 2008.

  • Comme bien trop souvent, les éditeurs, pour des raisons d'économie, négligent la qualité des photographies (taille) et ici le noir et blanc qui domine n'arrange rien… au désespoir des auteurs.

12Conclusion :

13Laurent TOUCHART a choisi une optique originale pour nous présenter la géomorphologie russe. Russophone, il s'est attaché à définir la signification exacte du vocabulaire descriptif russe pour tenter de trouver des équivalences en français. L'exercice était périlleux mais au total il y a une belle réussite. En ce qui concerne le karst par exemple, nous ne pouvons que nous réjouir des précisions apportées car si le vocabulaire est forcément différent d'une langue à l'autre, on s'aperçoit vite que les géomorphologues russes ont très bien compris que les processus étaient essentiels pour expliquer la genèse des formes. Prenons un seul exemple : voronka prossassyvania peut se traduire par crypto-karst, le processus dominant étant le soutirage sous-jacent. Il est sous-entendu dans les deux cas.

14Bref, au delà de quelques petites scories relevées ci-dessus, nous ne pouvons que recommander cet ouvrage, non seulement pour toutes les bibliothèques universitaires, mais aussi pour tout particulier intéressé par la Russie et, plus généralement, par l'approche conceptuelle de la géomorphologie. En ce sens c'est un ouvrage novateur. Que l'auteur en soit félicité !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Salomon, « Géomorphologie de la Russie. Le colosse aux plaines d'argile,2017 », Physio-Géo, Volume 11 | -1, 7-9.

Référence électronique

Jean-Noël Salomon, « Géomorphologie de la Russie. Le colosse aux plaines d'argile,2017 », Physio-Géo [En ligne], Volume 11 | 2017, mis en ligne le 23 octobre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/5512

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Salomon

Professeur honoraire, Université Michel de Montaigne (Bordeaux 3)
Courriel : jnsalomon@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org