Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Traditionelle Bewässerung – ein Kulturerbe Europas (L'irrigation traditionnelle – un patrimoine culturel de l'Europe), Christian LEIBUNDGUT et Ingelborg VONDERSTRASS, 2016

Éditions Merkur Druck AG, Langenthal (Suisse), deux volumes : 267 et 436 p.
Henri Rougier
p. 11-12
Référence(s) :

Traditionelle Bewässerung – ein Kulturerbe Europas, Éditions Merkur Druck AG, Langenthal (Suisse), deux volumes : 267 et 436 p

Texte intégral

1Les deux tomes constituent un ouvrage d'une ampleur jamais égalée sur ce thème extrêmement passionnant. Voilà le résultat d'un parfait travail de Bénédictins.

2Le premier volume traite des "bases". Les auteurs nous expliquent qu'existe depuis des temps immémoriaux un "culte de l'irrigation" ("sans eau, aucune vie"). Jusqu'au milieu du XXème siècle, les paysages agraires européens correspondaient pour une très grande part à des "paysages de l'irrigation" qu'on rencontrait aussi bien sur la frange méditerranéenne que dans les îlots de sécheresse montagnards (Bassin d'Aoste, Valais central, "cuve" de Moûtiers/Tarentaise).

3Mais voici que, peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale, on assiste à un abandon progressif des systèmes ancestraux d'irrigation. Toutefois leur disparition n'est pas totale : c'est précisément l'un des objectifs de ce livre de nous remémorer, en les étudiant, les vestiges, dont certains datent de plusieurs millénaires, avant de nous faire partager la réalité contemporaine.

4À l'évidence, ce qui se perpétue en priorité, c'est une série de bienfaits procurés par l'irrigation : en premier lieu, la sécurité et l'augmentation de la production agricole, que ce soit en plaine, sur les piedmonts ou en montagne, à différents niveaux d'altitude.

5Rien d'étonnant alors, de voir développée dans l'ouvrage une longue partie consacrée à l'Histoire : préhistoire, époque romaine, mais surtout le Moyen-Âge, caractérisé par le rôle des monastères, en particulier de l'ordre des Cisterciens. Les auteurs nous enseignent que le Moyen-Âge est "l'âge d'or de l'irrigation traditionnelle", allant de pair avec la généralisation de l'assolement triennal. Le tout marque une première réforme agraire fondamentale.

6De la fin du Moyen-Âge aux temps modernes, se développe un usage collectif de l'eau, symbolisé entre autres par le "droit de l'eau".

7Plus récemment, une autre période de modernisation annonce une seconde réforme agraire capitale : on retiendra la prolifération des prairies artificielles, pour ne citer qu'un exemple.

8Le livre nous entraîne ensuite dans les fonctions de l'irrigation traditionnelle, connaissant toute une série d'améliorations pour ce qui est des sols, de la lutte contre l'érosion ou encore le maintien de la biodiversité. Les techniques sont abordées d'une manière générale, mais très vite les auteurs nous emmènent sur les versants, où les progrès sont les plus sensationnels.

9La suite nous fait découvrir une sorte de labyrinthe relatif aux vocabulaires régionaux, voire locaux : de ce catalogue impressionnant ressort la certitude que beaucoup de "mots de l'irrigation" sont toujours usités.

10 Ce premier tome s'achève par la notion de patrimoine culturel, appliquée à l'irrigation traditionnelle. Il nous est démontré combien cette dernière contribue à un façonnement spécifique des paysages, reflet de diverses formes d'aménagement agraire. On est frappé en l'espèce par un éclectisme inattendu. Et le lecteur est convaincu que partout s'affirme la nécessité ‒ voire l'urgence ‒ de conserver et restaurer ce bien commun que nous livre l'irrigation traditionnelle.

11Le second volume, bien plus gros que le premier, prend la forme d'une typologie quasiment exhaustive des grands secteurs géographiques européens où l'irrigation traditionnelle a été un moteur majeur du développement agraire. On ne peut être qu'impressionné par la profusion et la variété des exemples choisis. Notre attention a été particulièrement attirée par les deux domaines géographiques que nous pensons le mieux connaître, pour y être né puis y vivre : la Provence et les Alpes.

12Tout en mentionnant que tous les autres secteurs analysés le sont avec une grande précision, nous tenons à souligner que les deux espaces évoqués font figure pour nous, dans ce livre, de morceaux d'anthologie. Nous n'avons pas relevé la moindre erreur, ni la plus petite lacune. Ce que les auteurs nous donnent à lire est du grand art.

13Sur l'ensemble de l'ouvrage, nous n'aurions que des regrets infimes à exprimer : quelques photos ne sont pas accompagnées de leur localisation précise ; or le géographe aime savoir où il est et où il va ! De même avons-nous pu noter quelques termes locaux qui ne figurent pas, par exemple "béal" qui désigne un canal d'irrigation dans le Pays d'Oisans, ou encore "martelière" souvent employé dans le Comtat Venaissin pour "écluse". Mais ces remarques sont totalement insignifiantes en regard de la qualité exceptionnelle de l'ouvrage. Les cartes sont très lisibles, car elles sont simples sans être superficielles. Les tableaux récapitulatifs sont d'excellente facture et l'illustration photographique est aussi impeccable qu'abondante. À l'image du livre lui-même, la bibliographie est volumineuse.

14Pour conclure, nous insistons sur le fait que, de bout en bout, la lecture de cet ouvrage a été pour nous un régal, car ‒ et ce n'est pas le moindre compliment aux auteurs ‒ l'intérêt est sans cesse renouvelé.

15À nos félicitations, nous aimerions ajouter le souhait de voir arriver une édition de ce beau livre en français. Cela étant, nous en conseillons la lecture aux non-germanophones, vu que l'abondance des cartes, croquis et photos suffit à convaincre le passionné de la valeur de cette somme que nous devons à Christian LEIBUNDGUT et à Ingeborg VONDERSTRASS. Leur livre, à coup sûr, sera pour longtemps une publication marquante en matière de géographie rurale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Rougier, « Traditionelle Bewässerung – ein Kulturerbe Europas (L'irrigation traditionnelle – un patrimoine culturel de l'Europe), Christian LEIBUNDGUT et Ingelborg VONDERSTRASS, 2016 », Physio-Géo, Volume 11 | -1, 11-12.

Référence électronique

Henri Rougier, « Traditionelle Bewässerung – ein Kulturerbe Europas (L'irrigation traditionnelle – un patrimoine culturel de l'Europe), Christian LEIBUNDGUT et Ingelborg VONDERSTRASS, 2016 », Physio-Géo [En ligne], Volume 11 | 2017, mis en ligne le 28 octobre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/5520

Haut de page

Auteur

Henri Rougier

Professeur honoraire (Université Lyon III).
Courriel : henri.rougier@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org