Navigation – Plan du site
Articles

Conservation et disparition des repères de crue – Exemple des repères apposés après la crue de 1930 en Lot-et-Garonne et dans le sud du Tarn

François Gazelle et Klaus Maronna
p. 21-33

Résumés

Pour matérialiser les niveaux atteints par les crues importantes en des points significatifs, et pour en conserver la mémoire à toutes fins utiles, la loi BACHELOT de juillet 2003 fait obligation aux mairies ou services d'État de mettre en place des repères visibles, pratique qui n'est pas nouvelle mais qui tendait à s'estomper d'autant qu'elle n'était pas réglementaire. On peut s'interroger sur la conservation de ces repères au fil des décennies. À ce titre, les auteurs ont exploité les données archivistiques et effectué des enquêtes de terrain pour appréhender la présence ou l'absence de repères placés après la crue de 1930 en deux secteurs du Sud-Ouest de la France, et saisir les causes des disparitions recensées.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

1930, conservation, repères de crue

Index by keywords :

1930, conservation, flood markers
Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Article L.563-3. –1 de la loi du 30 juillet 2003 : "Dans les zones exposées au risque d'inondation, le Maire, avec l'assistance des services de l'État compétents, procède à l'inventaire des repères de crues existant sur le territoire communal et établit les repères correspondant aux crues historiques, aux nouvelles crues exceptionnelles ou aux submersions marines. La commune ou le groupement de collectivités territoriales compétent matérialisent, entretiennent et protègent ces repères"

2Certaines dispositions de la loi BACHELOT (30 juillet 2003) s'appliquent à la conservation de repères de crues et font obligation aux communes – avec l'aide des services de l'État – d'en apposer de nouveaux pour les événements à venir ; ce qui rompt avec l'oubli de cette pratique durant les dernières décennies. Par le passé, en effet, les Ponts-et-Chaussées ainsi que certaines mairies ont eu à cœur d'immortaliser les niveaux maximaux atteints par les cours d'eau en tel ou tel point visible de tout le monde. Des repères, plaques ou marques gravées dans la pierre, furent ainsi apposés sur des bâtiments ou sur des ponts à la suite de crues mémorables ; ce qui fut le cas dans le grand Sud-Ouest en 1930. Rappelons en effet qu'à cette occasion furent enregistrés des niveaux exceptionnels dans le bassin du Tarn et sur tous les cours d'eau issus de la Montagne Noire, d'occurrence parfois qualifiée de pluri-centennale voire millénale (M. PARDÉ, 1930), et dont les effets se sont répercutés vigoureusement jusqu'en moyenne et basse Garonne. Mais en dépit de quelques crues importantes survenues dans la période contemporaine (F. GAZELLE, 1997, 1999), la pratique du repérage s'estompa et ne reprit qu'occasionnellement et de façon limitée (par exemple pour les événements de février 1952 sur la Garonne et de novembre 1999 sur le Thoré).

3Toute campagne de placement de repères a pour but de conserver trace du niveau de telle crue pour les générations futures. Pour la mener à bien, émergent automatiquement les questions du nombre de repères à placer et du lieu d'apposition à choisir, public ou privé.

4Pour donner des éléments de réponse à ces questions nous avons recensé et localisé un certain nombre de repères encore existants de la crue de mars 1930 en vallée de Garonne dans le département du Lot-et-Garonne, et le long de l'Agout et de ses affluents dans le sud du département du Tarn (Fig. 1). Ce recensement a été confronté à ce que l'on peut connaître de l'inventaire (pas forcément exhaustif) qui peut être fait, à partir des archives de l'Équipement ou des mairies, des repères placés peu de temps après l'événement. Précisons par ailleurs que notre recherche ne s'est pas étendue aux "traits de crue" exécutés par les particuliers, telles les incisions dans la pierre ou les marques de peinture, qui n'ont jamais été répertoriés.

Figure 1 - Localisation des secteurs d'étude.

Figure 1 - Localisation des secteurs d'étude.

II - Ressource documentaire et inventaire de terrain

5Pour le sud du Tarn, le recensement des repères de crue, tant en archives que sur le terrain, a été effectué entre 1998 et 2000 par une équipe de GÉODE dans le cadre d'une convention associant la DIREN Midi-Pyrénées (DIREN MP, 1999-2001), le bureau d'études SAFÈGE et l'université de Toulouse II, recensement mis à jour en 2007 par nos soins.

6En vallée de moyenne Garonne, nous avions à notre disposition un plan non daté d'apposition de repères de la crue de mars 1930, concernant la totalité du département du Lot-et-Garonne et qui est issu des archives de la Direction Départementale de l'Équipement et de l'Agriculture de Lot-et-Garonne (DDE 47). Il ne s'agit pas d'un document relatant la totalité des emplacements des repères, mais d'un plan qui répertorie l'emplacement des repères nécessaires au traçage de différents profils en travers de l'inondation (Fig. 2). Réalisé, semble-t-il, au début des années 70, il ne fait pas état de l'inventaire initial exhaustif, mais des repères en place à cette époque, c'est-à-dire vers 1970-75, sans présumer des repères disparus entre 1930 et 1970 ; et ce, pour bien préciser la période qui concerne notre recherche.

Figure 2 - Extrait du plan d'apposition en Lot-et-Garonne (secteur de Tonneins).

Figure 2 - Extrait du plan d'apposition en Lot-et-Garonne (secteur de Tonneins).

Chaque numéro renvoie à un croquis d'implantation détaillé. Source : archives de la DDE 47, travail cartographique sur fond IGN modifié, avec droits acquis (reproduction interdite, sauf accord du détenteur des droits).

7Tant pour le sud du Tarn que pour la moyenne Garonne, la consultation des documents a permis d'identifier et de localiser avec précision chaque repère au travers de fiches-croquis ou de descriptifs détaillés (Fig. 3), ce qui a facilité nos investigations de terrain, c'est-à-dire la vérification de la présence des repères et de leur état de conservation.

Figure 3 - Exemple de croquis ancien d'implantation de repère portant des précisions sur son numéro (flèche verticale), le lieu-dit concerné et son emplacement exact (flèche diagonale).

Figure 3 - Exemple de croquis ancien d'implantation de repère portant des précisions sur son numéro (flèche verticale), le lieu-dit concerné et son emplacement exact (flèche diagonale).

8En Lot-et-Garonne, cette vérification – réalisée par nos soins en 2005-2006 – a concerné 148 des 186 repères répertoriés sur l'ensemble du département, correspondant à une aire comprise entre Saint-Sixte et le Mas-d'Agenais (val de Garonne). Dans le sud du Tarn (bassin de l'Agout), où nous n'avons pas procédé sur les mêmes bases méthodologiques, nous avons contrôlé la présence des 58 repères annoncés par le fonds archivistique (Fig. 4).

Figure 4 - Exemple de vérification de la localisation des repères de crues le long de l'Agout dans la région castraise.

Figure 4 - Exemple de vérification de la localisation des repères de crues le long de l'Agout dans la région castraise.

III - Les lieux de prédilection et les types de repères

9À la suite de la crue de 1930, les Pouvoirs Publics ont matérialisé le niveau maximal des eaux en des points où il avait été bien repéré ; opération qui fut menée à bien en deux mois. Comme on a pu le vérifier sur le terrain, ce sont évidemment les milieux urbanisés et les bâtiments qui ont fait l'objet de la plupart des repérages de l'époque, contrairement à la rase campagne où les observations furent plus rares et incertaines, et les supports "en dur" beaucoup plus limités. Le recensement systématique des repères nous indique que certains lieux ou sites servent préférentiellement de support : les ponts routiers ou voies ferrées (parement, culée ou parapet), les églises, les mairies, les quais ; le domaine privé n'est pas absent, puisqu'on trouve nombre de repères sur des usines, des moulins, des habitations, des murs de clôture, des piliers de portails…

10Le département du Lot-et-Garonne a fait le choix d'apposer des repères "médaillon" (Photo 1), répliques de ceux qui sont couramment utilisés par le Nivellement Général de France (NGF). Ces repères ne sont pas vissés comme les plaques rectangulaires mais scellés dans le mur (Photo 2). L'élargissement du culot vers l'extrémité rend l'extraction difficile mais pas impossible, comme nous avons pu le constater.

Photo 1 - Exemple de repère médaillon  démonté. (cliché : K. MARONNA)

Photo 1 - Exemple de repère médaillon  démonté. (cliché : K. MARONNA)

Toutes les photos pésentées dans l'article sont tirées de K. MARONNA et F. GAZELLE (2001).

Photo 2 - Exemple de repère médaillon en place. (cliché : K. MARONNA)

Photo 2 - Exemple de repère médaillon en place. (cliché : K. MARONNA)

11Dans le département du Tarn, les plaques-repères les plus répandues sont en fonte, de forme rectangulaire (25  18 cm), fixées par 4 boulons aux angles, avec les indications en relief sur deux lignes (crue du 3 mars 1930) que sépare la ligne supposée du maximum, également en relief. D'autres types de plaques ou de repères existent, conçus et placés à l'initiative des mairies ou des compagnies de chemin de fer :

  • sur quelques ponts de voie ferrée, plaque de tôle émaillée de couleur bleu, de 70 x 18 cm, où les inscriptions et la ligne centrale sont en lettres blanches ;

  • des plaques de marbre blanc, de taille variable, avec inscriptions gravées ;

  • des bornes avec inscriptions gravées.

IV - Les résultats de l'enquête

1 ) Conservation et disparition des repères

a. En Lot-et-Garonne

12La vérification systématique des 148 emplacements s'est révélée positive (repères en place) pour 133 d'entre eux (Tab. I). Pour les 15 cas restants, la vérification n'a pas pu être réalisée, faute d'accès à la propriété privée. Notre démarche écarte donc ces 15 cas.

Tableau I - État de la conservation des repères en Lot-et-Garonne.

Tableau I - État de la conservation des repères en Lot-et-Garonne.

* : le secteur "Agen et son agglomération" a été déterminé un peu arbitrairement (7,5 km en amont et en aval de la gare SNCF).

13L'analyse du tableau montre que sur l'ensemble de l'aire étudiée, 59 % des repères sont encore en place. Pour Agen et son agglomération, ce pourcentage passe à 57 %, avec un meilleur taux de conservation en centre-ville (64 %) qu'en agglomération hors centre ville (53 %).

14Nous pensons que la disparité ville-agglomération pourrait s'expliquer par les remaniements plus importants de la zone péri-urbaine.

15Néanmoins, et contrairement à ce que nous aurions pu penser, les écarts de taux de conservation de repères entre les cinq aires étudiées restent relativement faibles. Au plus, l'analyse des écarts permet de constater un léger taux de conservation meilleur en milieu rural (60 %) et urbain ancien (64 %) qu'en secteur péri-urbain (53 %). Des investigations similaires sur d'autres cours d'eau permettraient peut-être de confirmer cette moindre conservation en péri-urbain. En effet, nous pouvons déplorer que l'étude s'appuie sur un nombre de cas insuffisamment élevé pour en déduire une tendance générale.

16Ces chiffres semblent montrer que le milieu rural, contrairement à ce qu'on pourrait penser, n'est pas garant d'une immuabilité des repères plus grande que la ville.

17Autre point de réflexion, le taux de conservation comparé au temps écoulé. Au bout de la trentaine d'années postérieures à 1970-75, période qui concerne notre recherche, 41 % des repères n'étaient plus en place, ce qui donne en moyenne 10 à 15 % de pertes tous les 10 ans. En appliquant ce taux de perte annuelle (1 à 1,5 %) au temps écoulé depuis la survenue de la crue, soit 75 ans, seulement 25 % des repères jadis posés devraient être encore en place. Si tel était le cas, sur l'ensemble de l'aire étudiée, soit 60 km de vallée, les 133 repères aujourd'hui en place seraient le reliquat de 530 repères posés, soit une moyenne d'environ 9 repères par km de vallée. Mais faute de moyens de vérification, ce chiffre reste théorique, basé sur les observations des 30 dernières années ; nous ne pouvons ni le confirmer, ni l'infirmer. Cependant, il semble fort élevé, même avec une plaine inondée avoisinant 4 km de largeur en moyenne et nous pensons que letaux de perte de ces 30 dernières années a été plus important que durant les décennies précédentes. Le développement urbanistique contemporain, centré sur la vallée de la Garonne, en est certainement l'un des facteurs.

18On peut compléter cette analyse au travers du tableau II, qui concerne le taux de conservation et de perte de repères selon qu'ils ont été apposés dans le domaine privé ou public (écoles, mairies, églises, écluses…).

Tableau II - Conservation en domaine privé et en domaine public (Lot-et-Garonne).

Tableau II - Conservation en domaine privé et en domaine public (Lot-et-Garonne).

19Il apparaît que là encore les résultats vont à l'encontre de ce que nous aurions pu croire, à savoir, un net avantage du taux de conservation au profit des lieux publics. Or, les chiffres ne leur donnent qu'un faible avantage, de l'ordre de 3 %.

20Toutefois la nature du bâtiment ou de l'ouvrage d'art public choisi comme lieu d'apposition des repères, joue sur leur taux de conservation. En effet, il est de l'ordre de 66 % pour les ponts, de 75 % pour les mairies et de 100 % pour les églises. Le taux de conservation plus faible des ponts traduit, à notre avis, l'ajustement des infrastructures aux nécessités du développement économique et des voiries.

b. Dans le sud du Tarn

21Dans ce secteur, où – répétons-le – nous sommes partis de documents moins exhaustifs que ceux disponibles pour le val de Garonne, 10 repères ont disparu sur les 58 qui étaient annoncés dans les archives de la DDEA (DDE 81) (Tab. III).

Tableau III - État de conservation des repères dans le sud du Tarn.

Tableau III - État de conservation des repères dans le sud du Tarn.

2 ) Les causes des disparitions

22Les motifs de la perte du stock initial des repères apposés sont divers (Tab. IV – Photos 3 à 7) :

  • "L'usure du temps" : À la longue, les supports se dégradent ou deviennent friables, les boulons se rouillent, les plaques tombent et ne sont pas remises en place. Ceci ne concerne évidemment pas les repères-médaillon qui, eux, sont scellés.

  • Les méfaits induits des interventions humaines : Des murs ou points durs servant de support aux repères sont démolis (les repères disparaissent) ou refaits (les repères ne sont pas remis en place), ou encore crépis (les repères sont couverts).

  • Les méfaits intentionnels : vandalisme, vol des repères pour des raisons souvent stupides, arrachage pour soustraire ce témoin de l'inondabilité susceptible de pénaliser un projet immobilier. À ce sujet, la présence d'un repère concernant une crue à la fois ancienne et forte, peut constituer le seul élément témoignant de l'inondabilité ; sa disparition ouvre donc éventuellement la voie à la réalisation de projets immobiliers que les services de l'État auraient refusés d'entrée.

  • La destruction ou enlèvement des repères par des crues supérieures : Ce problème ne se pose pas pour le cas de 1930 en Lot-et-Garonne, puisque ses niveaux n'ont pas encore été dépassés. Et il en va de même dans le bassin de l'Agout, sauf pour le Thoré dans le secteur de Labruguière ; mais la crue de novembre 1999 n'y a pas provoqué de perte ou dégradation directe sur les repères de 1930.

  • L'envahissement par la végétation : Il s'agit alors d'une disparition purement visuelle du repère (lequel existe toujours). Bien souvent, le lierre et la mousse sont à incriminer, notamment en face nord des ouvrages d'art ou des maisons d'habitation.

Tableau IV - Identification des plaques "1930" disparues dans le sud du Tarn.

Tableau IV - Identification des plaques "1930" disparues dans le sud du Tarn.

Photo 3 - Enlèvement volontaire sur un pont de voie ferrée. (cliché : F. GAZELLE)

Photo 3 - Enlèvement volontaire sur un pont de voie ferrée. (cliché : F. GAZELLE)

Photo 4 - Disparition d'une plaque liée au temps. (cliché : F. GAZELLE)

Photo 4 - Disparition d'une plaque liée au temps. (cliché : F. GAZELLE)

Photo 5 - Disparition d'une plaque sous crépi ? (cliché : F. GAZELLE)

Photo 5 - Disparition d'une plaque sous crépi ? (cliché : F. GAZELLE)

Photo 6 - Plaque sur un bâtiment aujourd'hui démoli pour l'aménagement d'un quartier à Burlats (Tarn). (cliché : F. GAZELLE)

Photo 6 - Plaque sur un bâtiment aujourd'hui démoli pour l'aménagement d'un quartier à Burlats (Tarn). (cliché : F. GAZELLE)

Photo 7 - Désuétude amorcée d'une plaque. (cliché : F. GAZELLE)

Photo 7 - Désuétude amorcée d'une plaque. (cliché : F. GAZELLE)

V - En guise de synthèse

23En définitive, l'exemple du Lot-et-Garonne montre un taux de conservation de repères relativement faible à nos yeux : 59 % sur une trentaine d'années. S'il apparaît légèrement plus élevé en centre ville et en milieu rural qu'en zone péri-urbaine, les écarts entre les milieux étudiés ne dépassent pas 10 %, et aucun d'eux ne paraît être garant de pérennité. Le sud du Tarn semble bénéficier d'une meilleure conservation. Pour moitié, les disparitions sont très récentes et délibérées, localement commandées par un volet de la loi BARNIER visant à exproprier et démolir les bâtiments soumis à des inondations répétitives en zone d'aléa fort. La distinction entre milieux urbain, péri-urbain et rural n'est pas significative.

24Quant au choix du lieu d'apposition, en domaine privé ou en domaine public, il ne paraît pas non plus jouer un rôle sensible, en Lot-et-Garonne, sur le taux de conservation. Parmi les lieux les plus propices à la conservation, les mairies et les églises sont à retenir. Par contre, dans le Tarn, les plaques ont été nettement plus vulnérables dans le privé que dans le public. Notons enfin que l'inaccessibilité, qui caractérise les plaques haut-placées sur des piles ou parements de ponts ou sur des bâtiments industriels, ne constitue pas un critère de conservation, notamment vis-à-vis du vandalisme.

25Pour assurer une certaine pérennité, les résultats de notre enquête semblent montrer qu'à l'avenir une politique de placement de futurs repères doit plutôt privilégier un nombre élevé de repères, quel que soit leur emplacement dans le domaine privé ou public. De plus, même si les risques de disparition ne peuvent pas être complètement écartés dans le futur, il nous paraît opportun que les services de l'État, communes, syndicats de rivière… procèdent au géo-référencement des nouveaux repères, ne serait-ce que pour les localiser précisément et en conserver la trace.

Remerciements : Nous sommes reconnaissants à Monsieur Francis SÉVERAC, de la DDEA d'Albi (Tarn), Service "Risques et sécurité", et à Monsieur Laurent GAY, du SPC (Service de Prévision des Crues) de Montauban de l'aide qu'ils nous ont apportée.

Haut de page

Bibliographie

DIREN MP (1999-2001) - Atlas des zones inondables de Midi-Pyrénées, cartographie informative ; bassin du Tarn. DIREN Midi-Pyrénées.

DDE 47 (date inconnue) - Archives de la DDEA de Lot-et-Garonne : plans d'apposition des repères de la crue de 1930.

DDE 81 (dates multiples) - Archives de la DDEA du Tarn : plusieurs rapports partiels, notes et courriers sur la crue de mars 1930.

GAZELLE F. (1997) - L'hydrologie du sud du Massif Central dans son environnement géographique. Thèse de Doctorat d'État, Univ. Bordeaux III, 455 p.

GAZELLE F. (1999) - Le Tarn, un personnage éminent mais redoutable. Note de présentation du PPRI, DDE 82.

MARONNA K. et GAZELLE F. (2001) - Album des photographies de repères de crues dans le bassin du Tarn. Rapport à la DIREN Midi-Pyrénées.

PARDÉ M. (1930) - Les inondations désastreuses de mars 1930. Annales de géographie, vol. III, p. 244-258.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation des secteurs d'étude.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2 - Extrait du plan d'apposition en Lot-et-Garonne (secteur de Tonneins).
Légende Chaque numéro renvoie à un croquis d'implantation détaillé. Source : archives de la DDE 47, travail cartographique sur fond IGN modifié, avec droits acquis (reproduction interdite, sauf accord du détenteur des droits).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 3 - Exemple de croquis ancien d'implantation de repère portant des précisions sur son numéro (flèche verticale), le lieu-dit concerné et son emplacement exact (flèche diagonale).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 4 - Exemple de vérification de la localisation des repères de crues le long de l'Agout dans la région castraise.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 1 - Exemple de repère médaillon  démonté. (cliché : K. MARONNA)
Légende Toutes les photos pésentées dans l'article sont tirées de K. MARONNA et F. GAZELLE (2001).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photo 2 - Exemple de repère médaillon en place. (cliché : K. MARONNA)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau I - État de la conservation des repères en Lot-et-Garonne.
Légende * : le secteur "Agen et son agglomération" a été déterminé un peu arbitrairement (7,5 km en amont et en aval de la gare SNCF).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau II - Conservation en domaine privé et en domaine public (Lot-et-Garonne).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau III - État de conservation des repères dans le sud du Tarn.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau IV - Identification des plaques "1930" disparues dans le sud du Tarn.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photo 3 - Enlèvement volontaire sur un pont de voie ferrée. (cliché : F. GAZELLE)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photo 4 - Disparition d'une plaque liée au temps. (cliché : F. GAZELLE)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 5 - Disparition d'une plaque sous crépi ? (cliché : F. GAZELLE)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photo 6 - Plaque sur un bâtiment aujourd'hui démoli pour l'aménagement d'un quartier à Burlats (Tarn). (cliché : F. GAZELLE)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photo 7 - Désuétude amorcée d'une plaque. (cliché : F. GAZELLE)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/645/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Gazelle et Klaus Maronna, « Conservation et disparition des repères de crue – Exemple des repères apposés après la crue de 1930 en Lot-et-Garonne et dans le sud du Tarn », Physio-Géo, Volume 3 | -1, 21-33.

Référence électronique

François Gazelle et Klaus Maronna, « Conservation et disparition des repères de crue – Exemple des repères apposés après la crue de 1930 en Lot-et-Garonne et dans le sud du Tarn », Physio-Géo [En ligne], Volume 3 | 2009, mis en ligne le 05 avril 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/645 ; DOI : 10.4000/physio-geo.645

Haut de page

Auteurs

François Gazelle

GÉODE (géographie de l'environnement), unité mixte de recherche 5602 du CNRS, université du Mirail, 31058 TOULOUSE cedex 9.
Courriel : gazelle@univ-tlse2.fr

Klaus Maronna

GÉODE (géographie de l'environnement), unité mixte de recherche 5602 du CNRS, université du Mirail, 31058 TOULOUSE cedex 9.
Courriel : kmaronna@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org