Navigation – Plan du site
Articles

L'accrétion littorale sur la côte Ouest de Madagascar

Jean-Noël Salomon
p. 35-59

Résumés

Madagascar constitue un bon exemple d'île où globalement aujourd'hui le phénomène d'accrétion littorale l'emporte dans bien des secteurs sur le phénomène inverse de recul de la ligne de rivage. Après avoir mis en évidence la conjonction de facteurs favorables à cette tendance, l'auteur établit une typologie de sites propices à l'engraissement des rivages et examine à travers plusieurs exemples les différents types de processus qui régissent le phénomène. L'exceptionnel dynamisme et la rapidité de l'évolution côtière du littoral occidental de la Grande Île ne sont pas sans conséquences écologiques et économiques pour l'État malgache.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les enquêtes menées depuis plusieurs décennies ont montré qu'environ 70 % des rivages mondiaux étaient en recul (R. PASKOFF, 1993 ; P. PIRAZZOLI, 1993), ce qui s'explique essentiellement par la remontée actuelle du niveau de la mer (15 cm au cours du siècle dernier et environ 50 cm pour le prochain selon les estimations du GIEC). Une partie des 30 % qui échappent à cette tendance se situe dans les hautes latitudes et correspond au rebond isostatique de l'après glaciation. Le reste (environ 10 %) correspond à des secteurs étroitement localisés, nombreux, mais chacun de faible étendue. C'est le cas de Madagascar qui, à l'instar d'autres grandes îles tropicales, présente un bilan où l'accrétion l'emporte nettement sur le recul des côtes.

2Dans cette île, l'accrétion littorale est devenue en quelques décennies un phénomène d'importance qu'il convient de cerner et si possible d'expliquer. Les apports sédimentaires continentaux ou littoraux sur les côtes malgaches sont parfois très anciens et doivent être rapportés à des processus naturels ayant opéré bien avant l'arrivée de l'Homme sur la Grande Île (R. BATTISTINI, 1964). Nous entendons montrer ici que l'accélération actuelle des dépôts sur le littoral, et la modification du trait de côte qui en résulte, doivent être corrélées avec les actions anthropiques les plus récentes. Le littoral malgache est suffisamment vaste et contrasté pour que la plupart des cas d'accrétion s'y présentent.

II - Une conjonction de facteurs favorables à l'accrétion

3On peut définir l'accrétion littorale principalement comme la progression de l'espace terrestre sur l'espace marin, repoussant donc la ligne de rivage du côté de la mer et exhaussant le substrat. Elle correspond à un accroissement de la partie continentale aux dépens de la mer, en raison d'apports de matériaux extérieurs qui se déposent à son niveau, par sédimentation, piégeage ou capture, termes qui, dans ce cas, peuvent être considérés comme équivalents.

4En dépit d'un certain nombre d'exemples probants du recul actuel du trait de côte malgache, notamment à Tamatave, à Morondava (G. NEUVY, 1981) et dans le delta de la Tsiribihina (J.M. LEBIGRE, 1988), l'accrétion littorale semble être en effet depuis de longues années un fait irréfutable à Madagascar (Fig. 1).

Figure 1 - Les principales zones d'accrétion de la côte Ouest de Madagascar.

Figure 1 - Les principales zones d'accrétion de la côte Ouest de Madagascar.

5La difficulté de bien appréhender le phénomène provient de son hétérogénéité à la fois quantitative et qualitative dans l'espace et le temps ; plus précisément, l'une des principales questions générant cette difficulté concerne le rôle de l'Homme dans la période actuelle. Aussi nous a­t­il semblé important d'aborder ce sujet, compte tenu de l'existence de solides bases scientifiques (L.R. LAFOND, 1967 ; J. HERVIEU, 1968 ; R. BATTISTINI, 1970 ; J.N. SALOMON, 1987). Nous essaierons donc en premier lieu d'examiner les différents facteurs générant ou au contraire contrariant l'accrétion littorale. Ensuite, nous mettrons en évidence les différents types de sites favorables à l'accrétion. Enfin, nous nous intéresserons aux processus qui génèrent cette dernière.

6Bien entendu, il s'agit d'un bilan qui, dans ce cas, s'avère positif en faveur de l'accrétion. Un bilan peut dépendre de mouvements relatifs, tectoniques ou de variations du niveau de la mer, mais aussi d'apports d'origine continentale compensant et au delà, les pertes liées aux mouvements de la mer.

1 ) L'importance des apports des bassins versants

7La première cause de l'accrétion est l'arrivée massive sur le littoral d'un matériel sédimentologique abondant. Le gros du matériel déposé est d'origine continentale tandis que la participation du domaine marin reste secondaire, la plus grande partie de la production en sédiments marins restant immergée. Toutefois, dans certains cas, les sables d'origine bio­organique (spicules d'éponges, débris de tests et d'algues calcaires, de coquilles, de coraux, etc.) représentent un pourcentage non négligeable dans les échantillons que l'on prélève sur les plages malgaches : la tropicalité se fait bien sentir à ce titre. Leur incorporation dans les estrans actuels se fait à un rythme régulier, mais faible.

8Dans ces conditions, notre attention doit se reporter surtout sur les bassins versants des grands cours d'eau aboutissant sur la côte. Les fleuves sont les principaux pourvoyeurs de sédiments du littoral et leur charge sédimentaire dépend de l'érosion s'exerçant sur le bassin versant. Ceci nous conduit à examiner rapidement les conditions de cette dernière. Or on peut affirmer que Madagascar est l'un des pays qui connaît aujourd'hui l'un des plus forts taux d'érosion au monde (voir infra).

9Cela tient tout d'abord au climat, aux précipitations à la fois abondantes (jusqu'à 3500 mm dans le Nord-Est, mais moins de 500 mm dans le Sud) et irrégulières (l'essentiel est concentré sur la saison chaude et humide). La structure des précipitations joue un rôle important. Il s'agit très souvent d'averses intenses, capables d'engendrer des ruissellements brutaux et érosifs. De plus, des pluies cycloniques interviennent qui sont véritablement désastreuses, d'autant que certaines se produisent en fin de saison sèche, à un moment où les sols sont mal protégés par les savanes incendiées ou jaunies. La meilleure traduction de l'agressivité du climat et des écoulements érosifs est la multiplication dans les paysages des "lavaka" et "sakasaka" (G. ROSSI et J.N. SALOMON, 1979), grandes griffures bien connues à Madagascar.

10Il est vrai que la nature géologique même des différents bassins hydrographiques se révèle aussi comme un facteur favorisant l'érosion. Le bâti géologique de Madagascar est relativement simple : il s'agit d'un socle ancien, très plissé et très arasé, qui couvre les 2/3 du pays, et d'une couverture sédimentaire percée de venues volcaniques. L'ensemble a évolué pendant des millions d'années sous l'emprise de climats tropicaux altérants, de telle sorte qu'une épaisse couverture d'altérites (souvent plus de 50 m d'épaisseur) a pu se former et fournir l'essentiel du support pédologique. Les systèmes d'érosion du passé ont buriné le socle et démantelé les grandes formations sédimentaires (série du "Karroo") qui ont été à la source d'épandages détritiques considérables (formation des "Sables Roux") dont l'influence s'exerce jusqu'à la côte. Ces matériaux de surface, généralement meubles et peu consolidés, se sont avérés être des terrains particulièrement sensibles à l'érosion dès lors qu'ils n'étaient plus protégés par la couverture végétale.

11En effet, la dissymétrie est-ouest de l'île fait que le versant occidental, le plus important en superficie, se situe à la retombée de l'alizé qui déverse son humidité et a tendance, par subsidence, à se réchauffer. Il en résulte pour la végétation des conditions moins favorables que sur la côte Est : la végétation est donc souvent dégradée et fait place à de vastes savanes qui représentent aujourd'hui plus de 80 % de la superficie de la région occidentale. Comme les savanes connaissent également des problèmes de dégradation, la protection qu'elles offrent au sol n'est pas toujours efficace. Surtout, la déforestation récente à Madagascar a été considérable et continue à être redoutable. (H. HUMBERT, 1927 ; P. MORAT, 1973 ; J. KOECHLIN et al., 1974 ; G. ROSSI, 1980, 1984 ; J.N. SALOMON, 1978, 1987, 1994 ; J. KLEIN, 2002).

12Donc il existe un potentiel considérable de matériaux relativement fins (prédominance de l'érosion chimique), généralement meubles et soumis à des ruissellements sporadiques mais intensifs (Photo. 1). Dans ce contexte, sables, limons et argiles constituent l'essentiel des charges sédimentaires véhiculées par les fleuves. Les investigations menées sur le Mangoky (J. HERVIEU,1964, 1968) donnent un aperçu de la granulométrie : sables fins et limons représentent plus des 2/3 de la charge. Nos propres calculs (J.N. SALOMON, 1987) indiquent que les taux de dégradation spécifique sont absolument énormes : entre 3000 et 5000 t/km2/an ! Pour comparaison, rappelons que pour le Gange ce taux est de 1400 t/km2/an et de 300 t/km2/an pour le Pô. Les pertes totales mesurées en millions de tonnes par an donnent les chiffres suivants : 142 pour la Tsiribihina, 11 pour la Morondava, 98 pour le Mangoky, 9 pour le Fiheranana et 17 pour l'Onilahy. Le plus fort tonnage est certainement celui de la Betsiboka, exutoire du plus grand fleuve de la Grande Île. Les pertes estimées sont de 35 km3/an sur l'ensemble du bassin versant (C.J. VÖRÖSMARTY et al., 1998), avec des érosions de 250 t à 400 t/ha/an, ce qui constitue l'un des records mondiaux d'érosion (RANDRIANARIJAONA P. 1983). Par comparaison, le taux moyen pour les sols forestiers de Côte d'Ivoire est de 0,03 t/ha/an.

Photo 1 - Déforestation et développement de l'érosion hydrique dans l'ouest de Madagascar (hauts plateaux de Tampoketsa, au nord de Tananarive). (image WildMadagascar.org en utilisation gracieuse)

Photo 1 - Déforestation et développement de l'érosion hydrique dans l'ouest de Madagascar (hauts plateaux de Tampoketsa, au nord de Tananarive). (image WildMadagascar.org en utilisation gracieuse)

La destruction du couvert forestier (reliques boisées dans les ravines) se traduit par une intense érosion et le décapage des couvertures pédologique et d'altération. Une partie des sédiments rejoint les cours d'eau.

13On peut donc affirmer que les taux de dégradation spécifique des bassins de l'Ouest malgache sont parmi les plus forts du monde. Cela ne va pas sans conséquences pour les littoraux proches des embouchures (voir infra). De fait, toutes les zones voisines de ces dernières sont aujourd'hui en voie de progression sur la mer, notamment les zones deltaïques. Cependant il convient de relever que tous ces apports ne sont pas forcément utiles à l'accrétion. En effet, les éléments les plus fins ou colloïdaux en suspension, sont susceptibles d'être repris par les différents courants marins et dispersés fort loin en mer. Le survol de la mer à l'approche du littoral de Majunga est à ce sujet fort éloquent : en saison des pluies, la mer se teinte de rouge jusqu'à une cinquantaine de kilomètres des rivages. Ces sédiments constituent un apport terrigène important pour la plate-forme continentale.

2 ) Le rôle de la topographie littorale

14L'aspect de la proche topographie littorale est réellement fondamental, car la plus ou moins grande profondeur de la mer, de même que l'inclinaison de l'estran, sont des facteurs qui permettent (ou non) aux dépôts sédimentaires de racheter une dénivellation. À petite échelle, l'opposition nette à Madagascar entre un versant Est, tombant rapidement dans l'Océan Indien, et le versant Ouest, plus long et moins pentu, donnant sur le Canal de Mozambique, est assez significative.

15La côte orientale apparaît extrêmement rectiligne en raison même d'une grande faille littorale de direction NNE-SSO, donnant parfois des grabens (Baie d'Antongil). Comme par ailleurs les bassins d'alimentation sont à la fois petits et bien forestés et que le littoral est battu douze mois par an par l'alizé et donc par la houle et la dérive qu'il engendre, on comprend que la régularisation extraordinaire de ce littoral ne permet pas d'avancées sédimentaires d'importance vers le large.

16Au contraire, la côte occidentale offre des profils très peu tendus (les vraies falaises sont très rares) et sauf quelques rares exceptions les pentes continentales descendent doucement vers la mer et se prolongent en continuité encore assez loin. La côte Nord-Ouest notamment offre de multiples découpures et échancrures favorables à l'accumulation sédimentaire. Les dépôts amenés par les fleuves sont soustraits aux influences marines les plus fortes, car cette côte est très calme (notamment en saison sèche). Sur la côte Ouest proprement dite, les échancrures marquées font place à des indentations à grand rayon de courbure très largement ouvertes sur le Canal de Mozambique, prolongées par des plaines sous-marines peu profondes (généralement moins de 20 m). La plate-forme continentale est souvent large (50 km vers la Tsiribihina, 30 km vers Morondava, 100 km au large du Cap Saint André ; R. BATTISTINI et al., 1970), favorisant le développement de deltas protubérants.

17Cependant, à l'échelle régionale, il convient de nuancer ce schéma d'ensemble. En effet, des exceptions notables apparaissent. Sur la côte Ouest, la régularité du relief sous-marin est coupée par quelques fosses situées dans le prolongement des principaux fleuves et mises en évidence par les cartes marines(n° 6232, 6233, 6403, 6404). Du nord au sud, il s'agit principalement des fosses de la Tsiribihina (de -20 à -50 m de profondeur), de la Morondava (jusqu'à ­500 m), du Fiheranana (visible jusqu'à -2400 m) et de l'Onilahy (jusqu'à ­2600 m). Dans ces cas là, quelle que soit la quantité des apports alluviaux, ces derniers plongent vers des profondeurs où ils ne peuvent être repris (si ce n'est par des courants de turbidité). En aucun cas ils ne peuvent participer à une accrétion du littoral.

18Un autre facteur doit être pris en compte : celui de la variation relative du niveau marin qui dépend des mouvements eustatiques et tectoniques. Nous passerons rapidement sur la tendance actuelle qui est celle d'une remontée du niveau de la mer (de l'ordre de 50 cm/siècle). Cette tendance est un facteur défavorable à l'accrétion, mais si l'on admet qu'il est global, tous les littoraux tropicaux (notamment sableux ; cf. principe de BRUUN) sont concernés à parts égales et devraient en théorie reculer. La réalité est autre. Par contre, il en va différemment pour les mouvements tectoniques qui ne sont pas forcément négligeables (Fig. 2).

Figure 2 - Les tendances tectoniques sur les littoraux malgaches.

Figure 2 - Les tendances tectoniques sur les littoraux malgaches.

Seules les zones subsidentes sont défavorables à l'accrétion.

19À Madagascar, d'une façon générale, la côte Est a tendance à se soulever, aussi l'émersion lente, mais réelle, du littoral (plusieurs mètres au cours de la remontée flandrienne) s'est-elle accompagnée du perchement d'anciennes formes littorales ou sub-littorales, en particulier récifales (G. ROSSI, 1980). Cependant, en raison des facteurs négatifs évoqués ci-dessus, il n'y a pas de formes d'accrétion de belle ampleur.

20Sur la côte occidentale, trois types de situations se présentent :

  • des secteurs ayant tendance à se soulever (région comprise entre le Cap Saint André et Maintirano) ;

  • des régions littorales connaissant une subsidence certaine (secteur d'Andavadoaka où cela a été attesté par sondage) ;

  • des secteurs à faibles mouvements que l'on peut considérer comme stables.

21Il apparaît certain que la tendance à l'émersion ne peut que favoriser les phénomènes de sédimentation puisqu'il réactive l'incision des cours d'eau et par voie de conséquence la fourniture de matériaux par les bassins versants. Par ailleurs, un soulèvement de la côte favorise aussi l'accumulation en diminuant les profondeurs littorales et permet la remise en mouvement des sédiments immergés.

22Par contre, la subsidence due à la surcharge sédimentaire, la compaction des sédiments compressibles (sables gorgés d'eau, argiles, tourbes) accumulés dans des zones privilégiées (le cas des deltas est bien connu) ou bien encore des glissements de grande ampleur, peuvent entraîner un recul du trait de côte si les apports ne sont pas renouvelés ou arrivent en quantité insuffisante. Dans un tel contexte (remontée du niveau marin, enfoncement par compaction et/ou subsidence), il faut bien que les apports soient conséquents pour compenser et faire progresser le rivage marin.

3 ) Le travail de la mer

23Une fois acheminés au contact de la mer par les cours d'eau, les sédiments se déposent rapidement pour la plupart, mais le taux de dépôt est variable. Plusieurs facteurs entrent alors en jeu, liés d'une part au travail de la mer et d'autre part à la taille et la densité des sédiments.

24La marée est un premier paramètre. Lorsque la mer est étale (à marée basse ou à marée haute), l'agitation de l'eau et les vitesses chutent ce qui favorise la sédimentation. Par contre à mi-marée (descendante ou montante) c'est l'inverse, surtout si le marnage est fort (il peut atteindre plus de 5 m sur la côte Ouest) et les vitesses de flot importantes. À ces moments-là, il peut même y avoir une reprise des sédiments déjà décantés, notamment s'ils sont très fins. Ces variations de vitesse affectent surtout les parties moyennes des estrans et expliquent qu'en théorie les sables les plus grossiers se déposent en premier dans le bas des plages, puis successivement les sables fins et les silts, enfin les argiles, vases et colloïdes. Ce tri est à l'origine des distinctions faites dans les fronts deltaïques entre top-sets, front-sets et bottom-sets des auteurs américains. Notons au passage qu'une grande confusion a été introduite par cette terminologie, car il ne s'agit pas de couches distinctes au niveau chronologique. En fait, une même couche comporte trois parties : une sommitale, une frontale et une de fond (J.N. SALOMON, 2008). Comme les silts ont entre eux une certaine cohérence, ils sont moins facilement entraînés que les sables. Par contre, une fois en suspension ils sont longs à se déposer et peuvent être entraînés fort loin (cas des sédiments amazoniens que l'on retrouve jusqu'au Venezuela). C'est pourquoi la répartition des sédiments dépend à la fois de la variabilité des courants de marée et de leur comportement lorsqu'ils sont en suspension. Cependant, en règle générale, les faibles marées peuvent être considérées comme favorisant la sédimentation des sables et des vases.

25Les vagues sont un deuxième agent brassant les sédiments côtiers. L'ensemble de la côte Est est soumis en permanence à l'action d'une puissante houle et de déferlantes qui exportent très loin les éléments fins parvenus à la mer : seuls les éléments les plus grossiers peuvent s'accumuler. Cette houle constante (alizés) a édifié tout au long de l'île un immense cordon littoral parfaitement régularisé en arrière duquel ont pu s'établir des espaces marécageux et des étangs. Ces derniers illustrent et soulignent les difficultés de l'écoulement, résultant de la présence de ce cordon. Par contre, les houles, affectant les rivages occidentaux sont plus modestes et moins régulières, car elles dépendent du régime météorologique général sévissant sur le Canal de Mozambique. La houle moyenne n'est toutefois pas négligeable et présente des caractères très nets : une période approximative de 8 secondes, une grande longueur d'onde (100 m environ) et une amplitude pouvant atteindre 3 m. Un second système de houle est dû aux vents locaux : les vents du matin soufflent de la terre et freinent la houle océanique ; en fin de matinée, la brise de mer développe des vagues courtes qui jouent un rôle notable dans le façonnement des plages.

26Cependant le littoral proprement dit est fréquemment protégé des influences de la houle par les barrières coralliennes et les hauts fonds récifaux. Même au niveau des passes ou des cornes récifales il y a affaiblissement et ralentissement par des mouvements contradictoires de réfraction. De même, les relèvements du plateau continental ou la présence d'îles (Nosy Be) jouent de la même manière un rôle de freinage. Par ailleurs, la houle et les vagues sont de peu d'effet dans nombre d'échancrures parfaitement protégées par des étroitures. Un magnifique exemple est celui des grandes baies de la côte Nord-Ouest (Baie d'Ampasindava, Baie de Narinda, Baie de Mahajamba, etc.) ou encore celui de la Baie des Assassins sur la côte Sud-Ouest. Finalement, les secteurs où les vagues ont la possibilité de déferler directement sur la plage sont peu nombreux et l'on peut considérer que les vagues jouent un rôle peu important quant à la prise en charge et la distribution des sédiments, au contraire des courants de dérive littorale.

27La dérive littorale s'exerce partout, alternativement de direction nord-sud et sud-nord. Cependant la disposition des barres de sable devant la côte montre que les courants littoraux ont une résultante prédominante. Les durées et la force des courants étant inégales, les résultantes peuvent être appréhendées par le biais des embouchures fluviales. En définitive, c'est la dérive littorale qui apparaît comme étant le principal facteur de redistribution des sédiments littoraux. L'étude de la répartition géographique des secteurs d'accrétion doit tenir compte au plus haut point de ce facteur, partant du fait que certaines portions du littoral seront plus favorables que d'autres pour accueillir la sédimentation tandis que d'autres pourront même être érodées.

4 ) La fixation des sédiments

28L'accumulation de sédiments en un point donné est une chose, leur permanence en un même lieu en est une autre. L'examen du budget sédimentaire d'un secteur donné montre que le matériel livré peut s'échapper, au moins en partie : les vents dominants soufflant vers la terre soulèvent des sables sur l'estran et les entraînent parfois très loin (cas des grands systèmes dunaires du Sud-Ouest et du Sud) ; et les courants sagittaux évacuent parfois les sables au delà de la zone de déferlement, dans un domaine suffisamment profond pour qu'ils ne puissent plus être repris par les turbulences des vagues. Dans les deux cas, la plage perd définitivement du matériel. Or, pour qu'il y ait accrétion, il faut que la plupart des sédiments puissent se fixer. Deux situations peuvent être distinguées :

a. Le rôle des obstacles naturels ou artificiels

29Les divers obstacles naturels peuvent être regroupés de façon relativement simple en deux grandes catégories : d'une part, ceux qui jouent le rôle de brise-lames et, d'autre part, ceux qui jouent le rôle d'épis.

30Dans le premier cas, se regroupent les avant-barres et bancs de sable, les récifs et les arécifes (Ankoba, Belo sur Mer), morphologies diverses se situant en avant de la côte, disposées plus ou moins parallèlement au tracé de la côte, et qui sont tantôt émergés, tantôt sous l'eau. Leur action consiste à atténuer considérablement (voire totalement, cas fréquent à marée basse) l'impact des vagues en réfléchissant ou en absorbant leur énergie avant qu'elles n'atteignent la plage. Ceci est particulièrement frappant dans le cas des récifs barrières abritant un long chenal d'embarcation, situés au nord de Manombo (côte Sud-Ouest), à tel point que des peuplements de palétuviers s'y développent, profitant des eaux calmes et des atterrissements modérés. Ces véritables "brise-lames" provoquent, par voie de conséquence, une chute de la compétence de la dérive littorale et induisent une sédimentation à leur abri. Il se développe alors de longues langues de sable et des tombolos (le meilleur exemple est sans doute celui de Tamatave puisqu'il est à l'origine d'un rare site portuaire acceptable pour la côte Est). Se développent aussi des plages alvéolaires ayant tendance à constituer des milieux confinés, souvent colonisés par la mangrove.

31Dans le second cas, on trouve quelques caps rocheux liés directement au relief de plateau tombant directement en falaise sur la mer (Pointe de Barn Hill, près de Tuléar). Ce sont également des avancées résistantes correspondant à des dunes grésifiées attaquées par la mer (littoral du Pays Mikea), ou encore des barres de grès littoraux, notamment les grands beach-rocks, se retrouvant menacés par l'avancée marine et formant des éperons rocheux s'avançant sur la mer, ce qui détermine un littoral à redans (Fig. 3). Dans presque tous les cas, ces véritables épis constituent des obstacles obliques (très rarement perpendiculaires) lorsque l'incidence des houles dominantes est importante. Leur rôle est variable et dépend de leur longueur, de la pente des plages, de la granulométrie des sédiments, de la force de la dérive littorale, etc. Dans le cas de la Pointe de Barn-Hill il est certain que la présence de l'avancée rocheuse a favorisé la formation et l'accrétion de la flèche de Sarodrano (en fournissant également du matériel sédimentaire). Dans le cas des barres de grès littoraux et de dunes lithifiées, le littoral a tendance à prendre un aspect segmenté en compartiments au tracé arqué.

32D'une façon générale, ces morphologies favorisent, comme les épis artificiels, une accrétion nette, en amont dérive. On relèvera que dans le cas des beach-rocks il y a cimentation et donc fixation durable du matériel de la plage, d'autant plus que la consolidation exige une relative stabilité du matériau.Nous citerons également pour mémoire les quelques actions anthropiques liées aux ouvrages portuaires (par exemple la construction de jetées ou de wharf à Tuléar) ou de protection urbaine (épis de Morondava – G. NEUVY, 1981), qui ont les mêmes effets, mais à une échelle négligeable par rapport à l'ensemble du littoral malgache.

Figure 3 - Côte à redans de l'Ouest de Madagascar.

Figure 3 - Côte à redans de l'Ouest de Madagascar.

Chaque redan est un facteur favorable à la formation d'accrétions sableuses sous forme de flèches littorales.

b. La biodéposition

33La biodéposition joue un rôle assez important dans les régions tropicales, notamment lorsque les littoraux sont affectés de récifs ou de mangroves. Dans le premier cas, le récif se révèle être un grand fournisseur de produits biogéniques (sables coralliens et coquilliers) et favorise le développement d'herbiers à phanérogames dans les lagons d'arrière récif (chenal d'embarcation), pour peu que ceux-ci ne soient pas trop profonds. Dans ce cas, les lacis à mailles serrées que forment les feuilles, les rhizomes et les racines des peuplements algaires freinent les courants littoraux, arrêtent les sédiments en déplacement et les fixent. Leurs feuilles mortes tendent à former des banquettes, souvent épaisses, sortes de matelas protecteurs sur lesquels s'amortissent les vagues. Les plantes se développent sur les nouveaux atterrissements au fur et à mesure de l'ensablement. Le rôle des huîtres et des coquillages, ou celui de certaines algues à squelette (diatomées), apparaît moins important.

34De nombreuses études ont mis en évidence le rôle des racines des palétuviers dans la rétention des sédiments et des débris végétaux. Les mouvements des eaux marines et continentales sont freinés par l'enchevêtrement inextricable des appareils radiculaires des palétuviers, ce qui favorise le dépôt des sédiments en suspension et gêne leur remise en mouvement. Notamment les pneumatophores des racines traçantes des Avicennia forment de véritables herses renversées et contribuent efficacement à la fixation et à la stabilisation des particules fines apportées par la marée et les crues fluviales. Les arbres interviennent aussi en incorporant de la matière organique au substrat qui s'exhausse peu à peu. Les conséquences sont simples : le pouvoir érosif des eaux est diminué, les berges ne sont plus attaquées et la remise en marche des vases est faible. Il convient aussi de rappeler le rôle morphologique des fronts marins de la mangrove qui se comportent comme des atténuateurs de houle. Dans le contexte malgache actuel où les fleuves approvisionnent abondamment les estuaires, le rôle des mangroves dans la progradation du littoral est essentiel.

III - Un ensemble de sites propices

35Du fait de la variété des reliefs et de la géologie de la Grande Île, les littoraux malgaches sont d'une grande variété. Ces derniers offrent donc tantôt des conditions peu favorables à la sédimentation côtière ou au contraire très favorables. Ce sont ces dernières que nous allons examiner et, de ce point de vue, trois grands ensembles se distinguent, complétés par des sites où l'intervention humaine est fondamentale.

1 ) Les milieux récifaux

36Par définition, le récif est un milieu d'accrétion puisqu'il se construit au fil du temps à partir de l'activité des organismes constructeurs (algues et coraux). Cependant tous les récifs n'apparaissent pas en surface, soit qu'ils sont encore en formation sous le niveau de la mer (bancs récifaux, platures coralliennes, etc.), soit qu'ils ont été entraînés en profondeur par subsidence. Notre intérêt porte uniquement sur ceux qui sont en accrétion notable.

37Une première catégorie est constituée par les "cayes". Il s'agit d'un cas particulier et original d'accrétion en milieu littoral, car le matériel qui les compose est presque totalement d'origine marine et biologique. Le sable corallien qui constitue le substrat vient de la destruction des fronts et platiers coralliens par les houles de tempête, puis de l'usure liée au transfert des matériaux dans les rainures des platiers à alignements transversaux, sous l'effet des courants de marée, en direction de l'arrière récif (J.N. SALOMON, 1980). Comme les couloirs de cheminement convergent plus ou moins vers la partie sous le vent du récif, les matériaux sont rassemblés en un même lieu, aidés parfois en cela par l'action des houles secondaires d'origine locale. Lorsque l'accumulation détritique est suffisamment grande, elle émerge à marée basse (Nosy Mutsadiniky), puis – l'approvisionnement étant continu – elle devient insubmersible (Nosy Angorzhoka, Nosy Mahelolo). À partir de ce moment, les processus éoliens entrent en jeu et effectuent un triage des éléments émergés dont les plus fins s'érigent en dunes au centre de la caye. Le dernier stade est représenté par la fixation des sables par la végétation (Nosy Andravoho, Nosy Hao, Nosy Andrambava, Nosy Andriamitoraka). Dans un contexte de stabilité, et en théorie, les cayes peuvent être considérées comme des formes d'accrétion continuelle (Fig. 4) qui tendent donc à s'agrandir, notamment du côté situé sous le vent. Dans la réalité, ce sont des formes instables qui dépendent étroitement des conditions hydrodynamiques locales.

Figure 4 - L'évolution des récifs à caye : une accrétion continue.

Figure 4 - L'évolution des récifs à caye : une accrétion continue.

38Dans le même ordre d'idée, on peut considérer que les lagons (cas du Grand Récif de Tuléar) et les chenaux d'embarcation ou de la pente interne des récifs qui se raccorde aux fonds du chenal, fournissent régulièrement des sédiments biodétritiques (parfois accumulés sous forme de dunes hydrauliques), ce qui accentue le colmatage, lui-même favorisé par la présence d'herbiers à phanérogames. Pour peu qu'il y ait des apports continentaux, le chenal d'embarcation est vite comblé et le récif sert alors de point d'appui à la sédimentation (cas du récif mort du Fiherenana). Plusieurs petits tombolos ou flèches en queue de comète prenant appui sur des cayes (littoral Mikea, large de Morombe) illustrent ce rôle de protection.

39L'avenir de ces milieux récifaux est cependant incertain : ils sont de plus en plus soumis à la pression anthropique, soit directe (pêche), soit indirecte (augmentation des troubles et surtout réchauffement climatique), l'ensemble entraînant soit leur sclérose, soit leur incapacité à se développer.

2 ) Les grandes embouchures (deltas et estuaires)

40Même s'il existe à Madagascar un petit nombre d'embouchures défavorables à l'accrétion, comme celle de l'Onilahy par exemple (présence d'un canyon sous-marin d'ans l'axe de l'estuaire), la multiplicité des embouchures, des échancrures et des lagunes, en continuité avec la plate-forme continentale, constitue une première catégorie de sites propices à l'accrétion. La côte Ouest, à l'abri des houles générées par les alizés, est plus particulièrement concernée. Quelques exemples sont dignes d'intérêt.

a. La Betsiboka

41L'un des meilleurs exemples de delta au monde est certainement celui de la baie de Bombetoka qui est en voie de colmatage rapide (BERTHOIS L. et CROSNIER A., 1965) par la Betsiboka (prolongement de l'Ikopa, au total 525 km). R. BATTISTINI et J.M. HOERNER (1986) signalent que : "l'ombilic qui avait 6 m en 1891 n'en a plus que 28 aux derniers levés du Service Hydrographique de la Marine (carte 6077)". Depuis, le processus de colmatage s'est poursuivi et même accéléré. De fait, l'ancien port en eau profonde de Majunga (-12 m) est aujourd'hui complètement inutilisable. Les calculs indiquent que depuis 1891, la Betsiboka a apporté environ 45 milliards de tonnes de sédiments à la mer !

42Plus d'un siècle de colonisation du milieu par la mangrove est le résultat d'une déforestation intense suivie d'un surpâturage et d'une érosion exceptionnelle dans les terres. Après chaque averse, les matériaux arrachés aux sols rouges sont transportés le long des pentes jusqu'au cours d'eau élémentaires, puis aux rivières plus importantes, et ainsi de suite jusqu'à la côte. La photographie spatiale (Photos 2 et 3) illustre ce "saignement", mais aussi le colmatage du fleuve par les sédiments, ce qui empêche les navires de remonter dans l'estuaire, voire d'accoster dans celui-ci (le port de Majunga a été déplacé et se trouve aujourd'hui directement sur l'océan). Comme la Betsiboka a développé un vaste delta emboîté dans la baie, on comprend la rapidité de la progression des multiples vasières qui colmatent peu à peu le plan d'eau d'amont.

Photo 2 - La Baie de la Betsiboka au sud de Majunga. (image NASA en utilisation gracieuse) 

Photo 2 - La Baie de la Betsiboka au sud de Majunga. (image NASA en utilisation gracieuse) 

L'estuaire de la Betsiboka sur la côte Nord-Ouest de Madagascar est le débouché du plus grand fleuve malgache. Il est aussi l'un des estuaires les plus changeants au monde. Une situation catastrophique se produit lorsqu'un cyclone (par exemple Gafilo en mars 2004) apporte des trombes d'eau accélérant l'érosion. Les nuages de pollution sédimentaire traduisent l'importance de l'alluvionnement. Ces apports réguliers compromettent gravement les tentatives de développement de la crevetticulture.

Photo 3 - Détail de la Baie de la Betsiboka. (image NASA en utilisation gracieuse)

Photo 3 - Détail de la Baie de la Betsiboka. (image NASA en utilisation gracieuse)

On distingue nettement les eaux alluvionnaires rougeâtres, puis les îles sableuses bordées de mangroves ainsi que les chenaux "en dents de peigne" qui les drainent, enfin les tannes et dos sableux émergés de couleur claire.

43Récemment (H.O. RALISON et al., 2008), l'estuaire de la Betsiboka a été échantillonné tout au long de son gradient de salinité au cours de la saison sèche pour estimer la distribution et l'origine des particules et de l'acide carbonique dissous (POC : pesticides organochlorés ; et DOC : carbone organique dissous) ainsi que du carbone inorganique. La Betsiboka se caractérise par un taux relativement élevé de matière en suspension et rapports DOC/POC assez bas ( 0,4-2,5). Les sédiments de la zone intertidale à mangrove de l'estuaire montrent de faibles concentrations en carbone organique (< 1 %), la présence de phospholipides d'origine bactérienne confirmant un rôle important des apports terrestres dans l'écosystème.

44Du côté de la mer la sédimentation est également opérationnelle puisque devant l'entrée de la Baie, le vaste banc du Narcissus, formé de sédiments très fins (< 10 µm), s'est relevé de plus d'un mètre sur l'ensemble de la surface.

b. Les deltas du Nord-Ouest

45Les deltas sont très nombreux sur la côte Nord-Ouest de Madagascar (F. BOURGEAT et M. DAMOUR, 1972). Celui de la Mahavavy s'emboîte dans un ancien glacis d'accumulation (+3 à -4 m) et se situe sur une zone de subsidence (J.C. RERAT, 1963). De fait, des épaisseurs de plus de 100 m de sédiments y ont été reconnues, ainsi que l'axe d'une ancienne vallée pré-flandrienne (-80 m) aujourd'hui totalement colmatée. Ce delta se distingue par un large front de mangrove (2 à 4 km) suivi d'une plaine alluviale de type marais maritime partiellement mis en valeur par la présence de plantations de canne à sucre et de rizières.

46Long d'une centaine de km, le Sambirano s'achève en delta (40 15 km) dont la limite interne est tranchée par un escarpement tectonique gréseux (Isalo) long de 40 km (R. BATTISTINI, 1960). Il est intéressant de noter que lors de sa progression et ses défluviations (encore visibles grâce à toute une série de marécages à l'emplacement des anciens lits) ce delta a littéralement englobé deux massifs intrusifs (Ankify et Monts du Sambirano). Les anciennes embouchures ont été progressivement obturées par la dérive de sables quartzeux accumulés en bancs et flèches, barrant les chenaux. Ceci a favorisé l'exhaussement de la topographie en arrière amenant un dépérissement de la mangrove. Par contre cette dernière progresse le long des bras actifs et sur le front deltaïque de ces derniers. La taille relativement réduite du delta alors que l'alluvionnement est rapide s'explique par la subsidence régionale (graben du Sambirano ; J.C. RERAT, 1963).

47Un bel exemple de marais d'estuaire est celui de la Loza. Cet estuaire est très étroit mais s'étire sur près de 70 km. Cet étirement explique un certain compartimentage biogéographique. En amont, le paysage est marécageux, mais avec une végétation bien spécifique : Cressa cretica sur les franges de sols internes, prairies plus ou moins inondées à Eleocharis et à Scirpus, enfin palétuviers (Avicennia) et espèces de transition (Heritiera littoralis, Barringtonia racemosa, Thespesia populnea). À l'aval, la mangrove (Rhizophora mucronata, Avicennia marina, Xylocarpus granatum, Ceriops tagal) forme des peuplements de 10 à 15 m de haut de part et d'autre des chenaux. Par comparaison, cet estuaire connaît une moindre sédimentation ce qui s'explique à la fois par un bassin versant plus réduit, plus foresté et une plus grande stabilité du lit principal. La faible salinité des lieux y a permis la mise en place de casiers rizicoles.

c. Les deltas de l'Ouest

48Le delta de la Tsiribihina forme un lobe d'environ 60000 ha débouchant d'un plateau. Son trait essentiel est le caractère très intense de l'alluvionnement actuel, lequel s'explique surtout par la forte capacité d'alimentation de la part du bassin versant, essentiellement sédimentaire (sables et grès), mais qui présente aussi des altérites. Les pertes théoriques pour l'ensemble du bassin versant ont été estimées à 185000 t/an (J. HERVIEU, 1968). L'étude du front deltaïque et des marées (J.N. SALOMON, 1987 ; J.M. LEBIGRE, 1990) montre le net avantage pris par l'alluvionnement continental (accumulation) sur la dynamique littorale (dispersion) pourtant vive. L'extension rapide du delta est favorisée par l'extrême faiblesse de la pente de la plaine deltaïque (0,018 % !) et de la plate-forme continentale (< 1 %) qui est dans son prolongement, mais aussi par un marnage relativement faible (< 3 m) n'engendrant que de faibles courants de marée, freinés de surcroît par la présence de très grandes mangroves (25000 ha, soit 40 % du delta). Tout ceci compense largement la faible tendance transgressive actuelle due au réchauffement climatique. La jeunesse et la progression rapide du delta sont prouvées à la fois par la multitude de flèches de sable, aujourd'hui complètement insérées dans la plaine deltaïque (J.M. LEBIGRE, 1983) et servant d'assises stables aux villages, et par la présence dans les sols, de souches de palétuviers à plus de 15 km de la mer (Fig. 5). De plus, les fronts de colonisation sont actifs et nombreux (Ambozaka, Namanga, Ambivao, Namangoa, etc.). Enfin, l'étude approfondie des essences de palétuviers montre également une assez grande hétérogénéité des peuplements : elle s'explique par le grand dynamisme des processus alluvionnaires (atterrissements) et d'érosion au sein même du delta, et auquel les palétuviers doivent s'adapter. De fait, "…la stabilité et la durée conduisent à une simplification et à une plus grande homogénéité floristique" (J.M. LEBIGRE, 1990).

Figure 5 - Le delta de laTsiribihina.

Figure 5 - Le delta de laTsiribihina.

Sa progression rapide a englobé de nombreux cordons littoraux et flèches de sables dans la plaine deltaïque. Dans ce contexte favorable, mangrove et tannes sont très étendus.

49Le bassin versant du Mangoky se développe sur 54000 km2, ce qui en fait le plus important de Madagascar (soit 10 % de l'île). Quant au fleuve, il débouche sur le canal de Mozambique par le biais d'un superbe delta polylobé de 80 km de long et 50 km de large (J. HERVIEU, 1964). Comme le bassin versant est soumis à une forte érosion, il n'est pas étonnant que ce delta progresse très rapidement (J.N. SALOMON et P. OLIVA, 1984). La sédimentation est d'autant plus active qu'elle est favorisée par l'abri des lignes sableuses littorales qui endiguent les déferlements et les courants venus du large. La multiplication des étiers méandriformes traduit la faiblesse de la pente (< 0,5 %) et l'extension de la mangrove aide à fixer les sédiments. Ici les défluviations sont fréquentes (abandon récent des bouches du Kitombo) et la construction du delta se poursuit activement : l'ancien port d'Ambohibe construit à la fin du XIXème siècle est aujourd'hui complètement enclavé et a perdu toute fonction (il est à environ 3 km de la mer !). Les comparaisons entre les cartes topographiques au 1/100000 de 1926, les photographies aériennes au 1/20000 de 1961, la carte n° 6354 du Service Hydrographique de la Marine de 1965, puis les données récentes des images satellitaires de Google Earth (jusqu'en 2008) permettent d'estimer les avancées résultantes à plus de 100 m par an en moyenne (avec des records à plus de 500 m, mais aussi des reculs temporaires de plusieurs centaines de mètres).

50L'érosion des hautes terres cristallines, la violence des crues pendant lesquelles le débit du Mangoky peut dépasser 25000 m3/s, la sédimentation et les incessantes modifications du réseau de distributaires dans les deltas constituent les conséquences les plus spectaculaires de l'érosion du bassin versant soumis à la déforestation.

51Plus au sud, le climat devient subaride avec des précipitations atteignant le "pôle de sécheresse" à Soalara, sur l'estuaire de l'Onilahy, avec seulement 361 mm/an et 9 mois de saison sèche. La conséquence est qu'à part quelques grands fleuves (Onilahy, Mandrare), les cours d'eau sont des oueds. Les apports à la mer en sédiments sont donc épisodiques et l'accrétion littorale s'en ressent fortement. Le Fiherenana (bassin versant de 6600 km2) est intermittent, même si J. HERVIEU (1968, p. 78) le place en tête par la valeur d'un coefficient établi pour refléter la capacité potentielle d'érosion (47,08 contre 9,22 à l'Onilahy). Mais le fait qu'il ne débouche en mer que quelques mois par an pénalise l'avancée de son delta (A. PALLAS, 1984). Cette relative stabilité a favorisé le développement urbain de Tuléar, même si le fleuve quitte parfois son lit (par exemple en 1978 et en 1989) en inondant certains quartiers. Cependant l'avancée est indiscutable, comme en témoignent les mangroves à Avicennia perchées sur dune (J.M. LEBIGRE, 1990). Les autres fleuves plus au sud (Linta, Menarandra, Manambovo) sont impuissants à contribuer à une certaine accrétion, ce qui permet la présence de récifs coralliens au droit des embouchures (Androka en face de la Linta). Seul, au sud-est, le Mandrare retrouve des eaux pérennes, mais ses alluvions sont dispersées par la dérive littorale et les fortes houles de l'Océan Indien ou accumulées sous forme de flèches sableuses isolant des lagunes.

3 ) Les fonds de baies et les lagunes

52Les côtes découpées favorisent l'existence de plages de fond de baie. Chacune d'elles constitue un compartiment indépendant des autres, dans lequel les matériaux se déplacent au gré des changements de sens de la dérive, mais en sortent difficilement. Les pertes sont rares tandis que les arrivées sont piégées, surtout si l'on est à proximité d'une embouchure. Dans de telles conditions, le budget sédimentaire est toujours excédentaire. Les plages de fond de baie bien délimitées par des promontoires rocheux à chacune de leurs extrémités, résistent mieux à la dispersion de leurs sédiments que celles qui sont rectilignes. Cela est d'autant plus probant lorsqu'il s'agit de côtes basses à énergie marine et éolienne très favorables au rechargement des littoraux. Les trois exemples suivants en donnent l'illustration :

  • Le marais maritime de la Rivière Saint Vincent se présente comme une vaste baie en partie colmatée et bordée de dunes grésifiées. Comme aucun cours d'eau n'y débouche, se pose le problème de l'origine des énormes accumulations d'alluvions qui l'ennoient. Il est probable que la plupart des sédiments sont venus du Mangoky, véhiculés par les courants marins. Toujours est-il que la position d'abri de cette partie du littoral (récifs barrière et îles de grès dunaires cassant la houle) y a favorisé la venue d'une immense mangrove à Rhizophora et Avicennia en arrière desquelles se sont développées de vastes étendues de "sira-sira" (tannes herbeux et nus) plus ou moins marécageux (Fig. 6).

Figure 6 - Les marais maritimes de la Rivière St Vincent et de Tsingilofilo (en partie d'après J.M. LEBIGRE, 1990). 

Figure 6 - Les marais maritimes de la Rivière St Vincent et de Tsingilofilo (en partie d'après J.M. LEBIGRE, 1990). 
  • La Baie des Assassins forme une vaste échancrure en éventail qui s'enfonce sur 8 km à l'intérieur des terres et qui à son extrémité orientale atteint 16 km. Il s'agit d'une zone subsidente qui a été pénétrée par la remontée flandrienne en développant de véritables rias inter-dunaires et à fonds plats marécageux (J.N. SALOMON, 1987). Sa taille explique qu'elle soit la seule échancrure à connaître des courants de chasse, entretenant un goulet de sortie. Mais à l'intérieur, même si les mangroves sont bien développées, l'accrétion est ici paradoxalement assez faible, car la baie se trouve en bordure d'une région aréique : seuls les apports éoliens sont susceptibles de compenser la légère subsidence régionale. La présence de troncs de palétuviers morts dans les secteurs internes où la marée ne vient plus, et l'extension des "sira-sira" vers la mer, montrent qu'il y a cependant accrétion. De ce point de vue, par bien des aspects, cela rappelle les vastes étendues vaseuses du basin d'Arcachon, découvertes à marée basse.

  • La lagune de Belo-sur-Mer est presque entièrement colmatée. On y observe notamment un immense tanne (4000 ha) et des mangroves étendues (2000 ha) s'étendant sur 24 km de longueur. Le marais maritime est très récent, car non seulement il est compartimenté par des lambeaux d'anciens cordons littoraux aujourd'hui complètement enclavés et en voie de résorption, mais on y trouve à leur base des grès de plages et des souches de palétuviers (tourbe à mangrove) qui attestent que la mer était présente il y a encore peu. Une plage interne est probablement contemporaine d'un stationnement marin daté de 2250 ± 420 ans dans la Baie des Galions (R. BATTISTINI, 1963) Si aujourd'hui l'accrétion est modeste, il n'en a pas été de même tant que les conditions d'abri ont permis la fixation rapide des sédiments marins et éoliens.

4 ) Les sites artificiels

53Ils sont rares, car Madagascar est un pays pauvre et qui n'a guère les moyens de financer de grands travaux, notamment portuaires. Pourtant, il en existe un certain nombre qui sont autant d'obstacles à la dérive littorale, laquelle, freinée, dépose des sédiments ce qui provoque ensablements et envasements. L'efficience de ces derniers est très variable.

a. Le port de Majunga

54Le port de Majunga est situé dans la baie de Bombetoka, débouché maritime du fleuve Betsiboka. Ici, les éléments hydro-sédimentaires sont essentiels, car la Betsiboka est le site d'un important transport de matériaux. Ces alluvions se sont tout d'abord déposées en majeure partie en aval, dans la baie de Bombetoka, puis, au fur et à mesure du comblement, dans le reste de cette baie. Les alluvions ont franchi le détroit de Majunga pour se déposer immédiatement aux abords du port et dans la zone des chenaux. D'après le Centre National de Recherches sur l'Environnement, le volume estimé est supérieur à 5 millions de m3/an. Le port était donc constamment menacé d'envasement. Après de longues études, l'administration adopta une implantation du port au nord d'Anorombato, afin d'utiliser une fosse naturelle qui se trouvait là. À l'origine, les travaux comportaient la construction d'une digue, d'un môle, d'un quai et d'un terre-plein de batelage. Mais la Betsiboka continuait à déverser ses alluvions dans la baie et limitait considérablement le développement. L'entrée dans la baie de Bombetoka se fait par deux chenaux naturels, le chenal du Nord-Ouest et celui du Nord-Est qui encadrent le banc de Narcissus de 11 km de diamètre environ, situé au milieu de l'embouchure, et qui est couvert de 4 m d'eau en moyenne. Le tirant d'eau devant les quais existants est de l'ordre de 1 m, ce qui fait que les caboteurs n'accostent qu'à marée haute. Aujourd'hui le port semble condamné à végéter, car les opérations de dragage seraient bien trop onéreuses pour être réalisées. Seules les boutres et les goélettes semblent pouvoir s'en accommoder (d'ailleurs, ces bâtiments qui semblent sortir tout droit d'une autre époque sont encore aujourd'hui largement utilisés sur l'ensemble de la côte Ouest de Madagascar). En dépit de mauvaises conditions géotechniques dues à la présence de vase non consolidée, le Ministère des Transports envisage pourtant de développer le port, car c'est le plus important du Nord du pays et il intéresse l'ensemble du cabotage de la côte Ouest.

b. La digue de Tuléar

55Le port de Tuléar est situé dans le Sud-Ouest de Madagascar entre le delta du fleuve Fiherenana et celui du fleuve Onilahy (J.N. SALOMON, 1986). Construit il y a une soixantaine d'années, il s'agit d'un port-îlot, protégé du large par la présence d'un grand récif corallien. Il est relié à la côte par une digue de 2 km de long, partie en remblai, partie à claire-voie. Le problème est que les défrichements et les feux de brousse dans la région de 1'Isalo et du Zombitse-Vohibasia, en amont du bassin du Fiherenana, ont entraîné un intense phénomène d'ensablement. L'accrétion a été régulièrement mise à profit par les mangroves qui s'étendent en amont dérive de la jetée nord. Déjà, à la fin du XIXème siècle, une jetée fut construite pour tenter d'enrayer l'ensablement du littoral qui menaçait le port. Dans les années 1970-1980, les atterrissements se développèrent, bloqués par l'obstacle, mais à marée haute la partie nord de la digue restait en eau. Une carte de J.M. LEBIGRE (1990) montre qu'en 1985 ces espaces étaient déjà colonisés par la mangrove, obligeant la municipalité à abattre les arbres. En vain, car l'image Google Earth de 2008 montre que la mangrove a très rapidement reconquis tout l'espace (Fig. 7).

Figure 7 - Accrétion favorisée par la présence d'un obstacle : la digue nord du port de Tuléar.

Figure 7 - Accrétion favorisée par la présence d'un obstacle : la digue nord du port de Tuléar.

56Un projet de réhabilitation des infrastructures actuelles (quai de batelage, quai long courrier, rechargement de la digue d'accès, etc.) existe, mais l'accrétion est de plus en plus menaçante. Les autres ports sont très modestes et n'ont guère d'impact sur le littoral.

IV - Une grande diversité de processus d'accrétion

1 ) Les accumulations résultant principalement des transferts parallèles au rivage

57Il s'agit des formes d'accrétion dans lesquelles les courants de dérive littorale jouent un rôle prépondérant. Cela est le cas dans la formation et le développement des flèches sableuses dont Madagascar présente un grand nombre d'exemples notamment en front de deltas, mais aussi en raison du colmatage des baies ou des lagons ne recevant pas de cours d'eau affluents (Rivière Saint Vincent).

58Les flèches littorales et les cordons littoraux (dont les îles-barrières) sont le résultat de l'accumulation de sédiments sableux ou graveleux provenant des cours d'eau, de l'érosion littorale de la côte ou de la plage sous-marine.

59Les flèches littorales parallèles ou obliques à la côte sont le résultat de l'accumulation des sédiments dans le sens de la dérive littorale à l'embouchured'une anse, d'une baie ou d'un estuaire. Les flèches littorales perpendiculaires à la côte sont rares. Elles sont la conséquence de l'accumulation des sédiments à la rencontre de deux courants de dérive littorale convergents. Si cette convergence s'effectue derrière une île ou un îlot rapproché de la côte, la flèche forme un tombolo (littoral Mikea). Sur les littoraux en voie d'émersion, on peut trouver plusieurs générations de flèches. Au nord de Tuléar, la flèche littorale de Songeritelo est un bon exemple, car elle se développe rapidement : par rapport aux premières photographies aériennes de 1949, elle a progressé de plusieurs dizaines de mètres, tandis qu'une mangrove de très belle venue colonisait le nouveau segment de lagune. Cette flèche s'étend de l'embouchure actuelle du Fiheranana au sud, jusqu'au récif de Ranobe-Ifaty dont elle a commencé à couvrir la partie méridionale : en témoignent les innombrables blocs coralliens qui forment le soubassement de la partie la plus ancienne de la flèche où alternent dunes et cuvettes de déflation.

60Les cordons littoraux sont particulièrement nombreux sur le littoral de la côte Ouest où ils sont souvent enchâssés dans les alluvions deltaïques. Ils se forment toujours parallèlement au rivage, sur la haute plage, et par l'accumulation répétée de sédiments apportés par les vagues de tempête. La plupart du temps, ces cordons sont groupés par plusieurs dizaines, parallèlement les uns aux autres, sur les secteurs en voie d'accrétion. Sur les littoraux les plus disponibles en sédiments et dans les secteurs subsidents, des cordons de grande dimension se forment sur la plage sous-marine. Les cordons enferment des lagunes qui communiquent avec le large par des goulets. C'est le cas au sud du delta du Mangoky et de Morombe (voir Fig. 1), où l'on observe plusieurs baies où n'aboutissent actuellement aucun cours d'eau (voir supra). Pourtant s'y sont développés des marais maritimes à mangrove de grandes dimensions. Leur propagation quoique très lente est attestée par la translation des tannes vers la mer (J.M. LEBIGRE, 1990).

61Les flèches et les cordons littoraux sont des formes qui prennent des décennies ou des siècles à se former. Cependant, elles peuvent changer de forme sur de courtes distances au gré des tempêtes ou d'autres événements modifiant le niveau d'eau ou l'apport en sédiments.

2 ) Les accumulations issues principalement des transferts transversaux

62Il s'agit de formes d'accrétion où l'action des courants fluviaux et des marées prime sur celle des courants de dérive littorale.

63La progradation "marine" du delta du Sambirano (R. BATTISTINI, 1960) est un exemple remarquable (voir supra) où le fleuve s'est subdivisé en de très nombreux bras ce qui a permis une redistribution sur tout le front deltaïque et des reprises par la mer. La progression rapide du delta explique les vastes colonisations par la mangrove, mais aussi l'existence de tannes très étendus au contact des alluvions exhaussées, en dépit d'une pluviométrie abondante (J.M. LEBIGRE, 1990). Ils accompagnent la migration de l'ensemble vers le large. On retrouve un cas semblable avec la mise en place des vasières à mangrove d'Anosy Voro au sud du delta de la Tsiribihina.

64La progradation dans les sites confinés respectifs de la baie de Mahajamba (47500 ha) et de la Loza (15000 ha) sur la côte Nord-Ouest, sont d'autres exemples remarquables qui en ont fait théoriquement (crevetticulture dans la baie de Mahajamba) des APM (Aires Protégées Marines). Ici l'accrétion est favorisée par les découpures du littoral : dans les deux cas les échancrures ne communiquent avec la mer que par des goulets, et les courants de marées y sont tamisés par la mangrove. C'est pourquoi l'accrétion y est très importante avec de vastes colonisations de palétuviers.

65À long terme, le colmatage des lagunes est naturel. Mais parmi les cas évoqués ci-dessus, celui-ci est exceptionnellement rapide. En effet, non seulement les apports sédimentaires par les cours d'eau y sont généralement très abondants, mais la présence de vastes mangroves sur des topographies quasi planes explique que ces dernières retiennent et fixent les sédiments. Déjà une partie des ces terres sont mises en rizières.

3 ) Le phénomène d'exhaussement de la zone interne des marais maritimes

66Vu ce qui précède, l'exhaussement du substrat des zones d'accrétion est une face indissociable de la progression du trait de côte. Le phénomène présente un intérêt particulier lorsqu'il s'agit de marais maritimes, car il s'accompagne de zonations très précises, tant pour la mangrove que pour les tannes. Les espèces de palétuviers sont étroitement inféodées aux conditions écologiques locales : chenaux de marée, berges concaves ou convexes, replats de banquettes, chenaux des bras actifs des cours d'eau, ilots vaseux, etc. Les palétuviers ont des stations préférentielles (J.N. SALOMON, 1978) qui se traduisent par des zonations elles mêmes révélatrices des dynamiques géomorphologiques et écologiques.

67Parmi ces dernières, l'exhaussement de la zone interne des marais (tannes, levées de berge, accumulations éoliennes, anciennes plages) est fréquent (baies des Assassins, de la Mahajamba, de la Loza, etc.), favorisé par la rétention par la végétation et sa fourniture propre en débris végétaux. Pour ces "hauts niveaux", à mesure que le substrat s'élève, les facteurs édaphiques évoluent : l'élévation du sol entraîne son dessalement, car il n'est plus atteint par la marée et est progressivement lessivé par les eaux douces (pluies). Un compactage se produit et le pH devient plus acide. C'est pourquoi ces zones internes ont-elles souvent des tannes avec des résidus de mangroves moribondes. Désormais l'installation d'une flore non halophile devient possible.

V - Conclusion

68La déforestation sur les Hautes Terres de Madagascar a eu pour conséquence un décapage massif des sols avec parfois des taux d'érosion atteignant jusqu'à 400 t/ha/an. L'accrétion littorale traduit cette crise géomorphologique majeure liée à la déforestation sur un milieu en équilibre fragile, à forte couverture altéritique avec des pentes fortes et un climat à saisons contrastées (notamment intervention de cyclones dévastateurs). Le rôle de l'homme apparaît prépondérant dans cette affaire.

69En ce qui concerne les parties maritimes des deltas, l'accrétion est indissociable de la translation des mangroves qui colonisent les nouvelles vasières (à des vitesses de l'ordre de 2 à 3 m par an en moyenne sur la côte Ouest malgache, mais jusqu'à 100 mm/an sur la Mahavavy…, tout en laissant la place en arrière à de vastes surfaces sursalées : les tannes ("sira-sira" en malgache). Tout indique que les deltas malgaches sont extrêmement récents. Tous les deltas du monde étant post remontée flandrienne, on entend par là qu'ils se sont construits, pour l'essentiel, pendant le dernier millénaire, ce qui correspond d'ailleurs à l'établissement de l'homme sur la Grande Île, à la destruction du couvert forestier et aux processus érosifs consécutifs. Complètement sous-estimées, pour le pays, dont une grande partie de l'économie repose sur l'agriculture, ces pertes en sol sont particulièrement coûteuses (estimées à des centaines de millions d'euros). Parmi bien d'autres indicateurs, l'exceptionnelle accrétion littorale observée sur la côte Ouest permet d'alerter sur ce problème.

Haut de page

Bibliographie

BATTISTINI R. (1960) - Description géomorphologique de Nosy-Be, du delta du Sambirano et de la Baie d'Ampasaka. Mém. Inst. Sci. Madag., série F, tome 3, p. 121-343.

BATTISTINI R. (1963) - Les données actuelles sur le Quaternaire marin et dunaire de Madagascar. Bulletin de la Section de Géographie du Comité des Travaux historiques et scientifiques, vol. LXXV, p. 117-131.

BATTISTINI R. (1964) - L'Extrême-Sud de Madagascar, étude géomorphologique. Thèse de doctorat d'État, Paris, Édit. CUJAS, 636 p.

BATTISTINI R. (1970) - Les relations entre rivages et plate-forme continentale à Madagascar (Océan Indien). Quaternaria, vol. 12, p. 129-136.

BATTISTINI R., GUILCHER A. et MAREC A.M. (1970) - Morphologie et formations quaternaires du littoral occidental entre Maintirano et le Cap Saint-André. Madag. Rev. Géogr., vol. 16, p. 45-81.

BATTISTINI R. et HOERNER J.M. (1986) - Géographie de Madagascar. Édit. SEDES-EDICEF, 187 p.

BERTHOIS L. et CROSNIER A. (1965) - La sédimentation dans l'estuaire de la Betsiboka (côte Ouest de Madagascar) et sur le plateau continental au large de l'estuaire. C.R. Acad. Sci., Paris, vol. 261, n° 9, p. 3647-3649.

BOURGEAT F. et DAMOUR M. (1972) - Les deltas du Nord-Ouest de Madagascar. Terre Malgache, vol. 13, p. 163-181.

HERVIEU J. (1964) - Sur les témoins de remblaiement ancien de la moyenne vallée de Mangoky. Madag. Rev. Géogr., vol. 4, p. 37-70.

HERVIEU J. (1968) - Contribution à l'étude de l'alluvionnement en milieu tropical. Mémoires ORSTOM, Paris, n° 24, Thèse de doctorat d'État, 465 p. + 1 carte hors texte.

HUMBERTH. (1927) - La destruction d'une flore insulaire par le feu. Principaux aspects de la végétation à Madagascar. Mém. Acad. Malgache, vol. 5, p. 1-78.

KLEIN J. (2002) - Deforestation in the Madagascar Highlands – established "truth" and scientific uncertainty. GeoJournal, vol. 56, p. 191-199.

KOECHLIN J., GUILLAUMET J.L. et MORAT P. (1974) - Flore et végétation de Madagascar. Édit. GANTNER VERLAG, F.L. VADUZ et J. CRAMER édit., 687 p.

LAFOND L.R. (1967) - Études littorales et estuariennes en zone intertropicale humide. Thèse de doctorat d'État, Université d'Orsay, 836 p. + figures hors texte.

LEBIGRE J.M. (1983) - Les tannes, approche géographique. Madag. Rev. Géogr., vol. 43, p. 41­63.

LEBIGRE J.M. (1988) - Le marais maritime de la Tsiribihina (Madagascar) : paysage végétal et dynamique. Bois et Forêt des Tropiques, vol. 215, p. 37-60.

LEBIGRE J.M. (1990) - Les marais maritimes du Gabon et de Madagascar, contribution géographique à l'étude d'un milieu naturel tropical. Thèse de doctorat d'État, Université Bordeaux 3, 703 p.

MORAT P. (1973) - Les savanes du Sud-Ouest de Madagascar. Mémoires ORSTOM, Paris, n° 68, Thèse de doctorat d'État, 235 p.

NEUVY G. (1981) - Aménagement régional à Madagascar : Morondava, un cas d'érosion marine. Madag. Rev. Géogr., vol. 38, p. 67-88.

PALLAS A. (1984) - Étude géomorphologique de la vallée du Fiherenana (S-O de Madagascar. Thèse de 3ème cycle, Université de Bordeaux, 188 p. + annexes.

PASKOFF R. (1993) - Côtes en danger. Édit. MASSON, Paris, 247 p.

PIRAZZOLI P. (1993) - Les littoraux. Édit. NATHAN, Coll. Géographie d'aujourd'hui, 191 p.

RALISON H.O., VIERA BORGES A., DEHAIRS F., MIDDELBURG J.J. et BOUILLON S. (2008) - Carbon biogeochemistry of the Betsiboka Estuary (north-western Madagascar). Organic Geochemistry, vol. 39, p. 1649-1658.

RANDRIANARIJAONA P. (1983) - The erosion of Madagascar. Ambio, vol. 12, p. 308­311.

RERAT J.C. (1963) - Étude géologique de l'Extrême-Nord de Madagascar. Arch. S.P.M., Tananarive.

ROSSI G. (1980) - Extrême-Nord de Madagascar : étude géomorphologique. Édit. Édisud (Thèse de doctorat d'État, Université Aix-Marseille II, 1977), 439 p. + 3 cartes hors texte.

ROSSI G. (1984) - Crises morphogéniques et paléoclimats : l'exemple du versant ouest malgache. Annales de Géographie, n° 519, p. 537-546.

ROSSI G. et SALOMON J-N. (1979) - Un exemple d'érosion accélérée à Madagascar : les sakasaka. Zeit. für Geomorph., N.F., vol. 23, n° 3, p. 271-280.

SALOMON J.N. (1978) - Contribution à l'étude écologique et géographique des mangroves. Rev. Géomorph. Dyn., vol. 23, p. 63-80.

SALOMON J.N. (1980) - Les récifs coralliens de Belo sur Mer : étude géomorphologique. Rev. Géog. Madag., vol. 37, p. 87-109.

SALOMON J.N. (1986) - Notice de la carte géomorphologique de Toliara (Tuléar). Madag. Rev. Géogr., vol. 34, p. 171-186.

SALOMON J.N. (1987) - Le Sud-Ouest de Madagascar : étude de géographie physique. Presses Universitaire de Bordeaux (Thèse de doctorat d'État, Université Aix-Marseille II, 1986), 996 p. + cartes hors texte.

SALOMON J.N. (1994) - La déforestation à Madagascar : une dynamique inquiétante. In : Environnement en milieu tropical, Édit. ESTEM, AUPELP - UREF, Actualité scientifique, p. 127-138.

SALOMON J.N. (2008) - Géomorphologie sous-marine et littorale. Presses Universitaires de Bordeaux, 387 p.

SALOMON J.N. et OLIVA P. (1984) - Le delta du Mangoky et sa région (Madagascar), cartographie par télédétection. Travaux et Documents, n° 51, Édit. CEGET., Bordeaux, p 169­197 + carte hors texte.

VÖRÖSMARTY C.J., FEKETE B.M. et TUCKER B.A. (1998) - Global River Discharge, 1807­1991. Oak Ridge National Laboratory Distributed Active Archive Center, Oak Ridge, Tennessee, USA. Document (10.3334/ORNLDAAC/199) accessible en ligne :
http://www.daac.ornl.gov

Documents consultés : cartes marines et ouvrages nautiques du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM, Brest).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les principales zones d'accrétion de la côte Ouest de Madagascar.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photo 1 - Déforestation et développement de l'érosion hydrique dans l'ouest de Madagascar (hauts plateaux de Tampoketsa, au nord de Tananarive). (image WildMadagascar.org en utilisation gracieuse)
Légende La destruction du couvert forestier (reliques boisées dans les ravines) se traduit par une intense érosion et le décapage des couvertures pédologique et d'altération. Une partie des sédiments rejoint les cours d'eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2 - Les tendances tectoniques sur les littoraux malgaches.
Légende Seules les zones subsidentes sont défavorables à l'accrétion.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 - Côte à redans de l'Ouest de Madagascar.
Légende Chaque redan est un facteur favorable à la formation d'accrétions sableuses sous forme de flèches littorales.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/671/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 4 - L'évolution des récifs à caye : une accrétion continue.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/671/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 2 - La Baie de la Betsiboka au sud de Majunga. (image NASA en utilisation gracieuse) 
Légende L'estuaire de la Betsiboka sur la côte Nord-Ouest de Madagascar est le débouché du plus grand fleuve malgache. Il est aussi l'un des estuaires les plus changeants au monde. Une situation catastrophique se produit lorsqu'un cyclone (par exemple Gafilo en mars 2004) apporte des trombes d'eau accélérant l'érosion. Les nuages de pollution sédimentaire traduisent l'importance de l'alluvionnement. Ces apports réguliers compromettent gravement les tentatives de développement de la crevetticulture.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/671/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photo 3 - Détail de la Baie de la Betsiboka. (image NASA en utilisation gracieuse)
Légende On distingue nettement les eaux alluvionnaires rougeâtres, puis les îles sableuses bordées de mangroves ainsi que les chenaux "en dents de peigne" qui les drainent, enfin les tannes et dos sableux émergés de couleur claire.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/671/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 5 - Le delta de laTsiribihina.
Légende Sa progression rapide a englobé de nombreux cordons littoraux et flèches de sables dans la plaine deltaïque. Dans ce contexte favorable, mangrove et tannes sont très étendus.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/671/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6 - Les marais maritimes de la Rivière St Vincent et de Tsingilofilo (en partie d'après J.M. LEBIGRE, 1990). 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/671/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 7 - Accrétion favorisée par la présence d'un obstacle : la digue nord du port de Tuléar.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/671/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Salomon, « L'accrétion littorale sur la côte Ouest de Madagascar », Physio-Géo, Volume 3 | -1, 35-59.

Référence électronique

Jean-Noël Salomon, « L'accrétion littorale sur la côte Ouest de Madagascar », Physio-Géo [En ligne], Volume 3 | 2009, mis en ligne le 26 mai 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/671 ; DOI : 10.4000/physio-geo.671

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Salomon

Professeur émérite, Laboratoire de Géographie Physique Appliquée (L.G.P.A.), Institut de Géographie, Université Michel de Montaigne de Bordeaux et ADES (UMR 5185) du CNRS, Maison des Sud, 12 Esplanade.des Antilles, 33607 PESSAC cedex.
Courriel : jnsalomon@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org