Navigation – Plan du site
Articles

Analyse multiscalaire de l'aérologie locale dans la région caennaise

Aurélie Dudouit-Fichet et Hervé Quénol
p. 97-120

Résumés

En raison de sa situation littorale, la région caennaise est régulièrement soumise aux brises de mer et de terre en période estivale. Pour appréhender ce phénomène nous nous sommes appuyés sur des documents et données existantes (Météo France) ainsi que sur une base de données originale constituée lors de campagnes de terrain réalisées en 2003, 2004 et 2005. Cet article propose une nouvelle étude sur les variabilités spatio-temporelles des brises de mer et de terre en relation avec la topographie et l'occupation du sol dans la région caennaise. Cette étude conclut à l'utilité de la prise en compte de tous les phénomènes se produisant de l'échelle continentale à l'échelle microlocale pour comprendre les brises de mer et de terre.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Depuis quelques années, avec l'accroissement de l'industrialisation et de l'urbanisation, l'action anthropique sur le milieu "naturel" est devenue l'un des domaines de recherche privilégiés des géographes. Les problèmes liés aux activités humaines ont fait prendre conscience à l'opinion publique de la sensibilité du milieu naturel et des conséquences qu'ils peuvent avoir sur la qualité de la vie. C'est dans ce contexte que les géographes, notamment "physiciens", "répondent à cette demande sociale clairement exprimée" (F. VINET, 1999).

2Face à ces préoccupations environnementales, les climatologues et en particulier les géographes-climatologues ont fait de l'action anthropique sur le climat un de leur pôle de recherches. De nombreux programmes de recherches abordent, à diverses échelles spatiales, le risque anthropique dans le sens d'un danger pour la vie de l'homme. C'est le cas notamment des études des transferts de polluants dans l'atmosphère en milieu urbain (G. Escourou, 1996 ; I. Roussel, 1997) ou en milieu à topographie complexe (T. Pelli, 1977 ; W.E. Clements et al., 1989 ; P. Berlincourt, 1991 ; J.M. Fallot et J.A. Hertig, 1998) qui ont abouti à des avancées importantes sur la circulation des polluants ou sur les moyens à mettre en œuvre pour limiter la pollution (ex : ferroutage en Suisse).

3L'influence des brises littorales sur la pollution atmosphérique dans la région caennaise n'a, jusqu'à maintenant, jamais été étudiée. Or, comme toute région littorale, ce domaine est soumis à des circulations aérologiques alternées d'échelle fine, essentiellement estivales, qui peuvent jouer un rôle sur la répartition des polluants notamment de l'ozone (A. Dudouit-Fichet, 2006).

4Dans cet article, nous présentons l'étude de climatologie locale qui a permis de déterminer l'aérologie locale de la région caennaise (notamment le fonctionnement des brises marines et terrestres), étape indispensable pour étudier la variabilité spatio-temporelle de la pollution par l'ozone. Les écoulements locaux étant très fortement influencés par l'état de surface, cette expérimentation a nécessité la mise en place d'une méthode expérimentale adaptée aux échelles fines prenant en compte l'ensemble des facteurs caractérisant l'état de surface (ex : topographie, occupation du sol, …).

II - Les brises : un phénomène météorologique local à variation nycthémétale

5Aujourd'hui, le principe de formation des brises de mer et de terre est bien connu. De nombreux chercheurs ont en effet déjà travaillé sur ces circulations et ont montré qu'elles résultent d'un gradient de pression engendré par l'échauffement différentiel de l'air au-dessus de la terre et de la mer au cours de la journée (J. Hann, 1879 ; J. Neumann et Y. MahreR, 1971 ; W.A. Lyons et L. OLSSON, 1972 ; P. PÉdelaborde, 1987 ; P. CarrEga, 1994 ; J.E. Simpson, 1994 ; O. Planchon, 1997 ; G. Beltrando, 2004). Les conditions favorables au développement de la brise de mer et de la brise de terre sont surtout liées à un réchauffement diurne rapide du continent plus important que celui de la mer. Un gradient de température terre/mer de 1°C suffit à déclencher une brise que P. PÉdelaborde (1985) appelle "la petite brise de CONRAD", V. CONRAD étant le chercheur qui l'a observée au cours de son séjour dans la région de Rimini en 1927. Cette brise est très localisée (elle ne se fait ressentir qu'à 1 ou 2 kilomètres dans les terres) et dure très peu de temps. Elle est ensuite rapidement remplacée par la brise classique de J. Hann (1932), dès que le gradient de température terre/mer augmente et atteint 6°C. En effet, en s'échauffant rapidement dès le lever du soleil, l'air au-dessus du continent devient plus léger et s'élève, la pression diminue alors en surface par rapport à celle observée sur la mer au même niveau. Avec le gradient de pression horizontal ainsi créé, un mouvement d'air plus frais et plus dense, dirigé de la mer vers la terre, s'organise près de la surface, il s'agit de la brise de mer. De plus, avec l'ascendance de l'air réchauffé au-dessus du continent, la pression se renforce en altitude par rapport à celle au-dessus de la mer (à altitude égale), ce qui crée un gradient de pression qui donne naissance, en théorie, à la contre brise en altitude, également appelée courant de retour. L'existence de cette circulation d'altitude a toutefois été parfois contestée à travers des observations locales, notamment parce qu'elle peut être masquée par la circulation d'échelle supérieure (W.A. Lyons et L. OLSSON, 1972). La nuit, le phénomène inverse est observé. Le refroidissement de la terre, plus important que celui de la mer, donne naissance, dans les basses couches de l'atmosphère, à un vent dirigé de la terre vers la mer, il s'agit de la brise de terre. Cet écoulement est accompagné, en altitude, par une circulation en sens inverse. Ces conditions apparaissent lorsque l'air est parfaitement calme, c'est-à-dire préférentiellement en période anticyclonique.

6Lorsqu'elles sont installées, les brises se manifestent de plusieurs manières :

  • L'une des principales manifestations de la brise de mer est l'évolution de la direction du vent au cours de son établissement et de sa disparition. J. Simpson (1994) définit d'ailleurs les brises comme étant en premier lieu des "vents alternants journaliers". Théoriquement, lorsque la brise de mer souffle de la mer vers le continent, elle s'oriente perpendiculairement au littoral en début d'après-midi et à l'oblique d'environ 15° le matin et en fin d'après-midi, en raison de la force de CORIOLIS (J. Simpson, 1994 ; D. Janoueix-Yacono, 1995).

  • L'arrivée de la brise de mer se manifeste également, en surface, par un renforcement de la vitesse du vent après les calmes matinaux. La vitesse du vent augmente en effet rapidement depuis la fin de matinée jusqu'en début d'après-midi, où elle atteint son maximum (D. White et al., 1992 ; J.E. Simpson, 1994). La vitesse de la brise de mer est, en général, supérieure à celle de la brise de terre du fait d'un gradient thermique terre/mer généralement plus fort le jour, d'un frottement continental ralentissant la brise de terre et d'une turbulence verticale réalisant un échange des vitesses horizontales entre les hautes et les basses couches (P. PÉdelaborde, 1987). Outre la rotation de la direction du vent et le renforcement de la vitesse du vent, la brise de mer se manifeste aussi par une diminution de la température de l'air et une augmentation de l'humidité relative. Lorsqu'elle se lève, la brise de mer dirige en effet un air frais maritime sur les terres réchauffées pendant la journée, ce qui entraîne des variations de températures qui peuvent être brusques et parfois importantes (J.E. Simpson et al., 1977 ; B.W. Atkinson, 1981 ; O. Cantat et E. Savouret, 2004). Parallèlement l'humidité relative augmente (J.E. Simpson et al., 1977). La brise de mer peut également se manifester par un changement de la nébulosité. Son arrivée sur le continent se manifestant par une augmentation de l'humidité, elle est accompagnée d'un changement de la nébulosité.

7À travers les nombreuses observations et études régionales effectuées depuis 1877, il apparaît qu'aujourd'hui les principes de formation ainsi que les différentes manifestations des brises de mer et de terre sont bien connus. Si ces éléments sont essentiels pour comprendre les conditions d'apparition et le fonctionnement des brises de mer et de terre, ils sont toutefois insuffisants, à eux seuls, pour faire une analyse de ces circulations dans une région précise. Plusieurs auteurs ont en effet montré que, selon le site étudié, les brises de mer et de terre peuvent se caractériser différemment. Chaque manifestation doit être impérativement adaptée aux caractères régionaux, voire locaux, du site sur lequel l'étude est menée puisqu'elle dépend de nombreux facteurs d'échelle locale, comme l'orientation de la côte par rapport au soleil, la topographie et la rugosité du sol (P. PÉdelaborde, 1987).

III - Méthodologie et site expérimental

1 ) La nécessité d'une approche multiscalaire

8La prise en compte des conditions d'apparition et des manifestations des brises de mer et de terre, ainsi que de leurs caractéristiques, qui dépendent de la région d'étude, est nécessaire à la compréhension du phénomène de brises en un lieu donné (Fig. 1). Or ces différents facteurs ne se produisent pas à une même échelle. L'étude des brises de mer et de terre dans la région caennaise nécessite donc une approche multiscalaire (A. Dudouit-Fichet, 2006).

Figure 1 - Les échelles spatio-temporelles des circulations de brises de mer et de terre.

Figure 1 - Les échelles spatio-temporelles des circulations de brises de mer et de terre.

9En effet, la naissance de ces circulations suppose la mise en place de conditions synoptiques particulières, ainsi qu'un certain gradient de température terre/mer. De plus, l'hétérogénéité de la surface engendre une importante variabilité météorologique et climatique locale au niveau de la couche limite de l'atmosphère. La topographie, ainsi que l'occupation du sol, peuvent donc influer sur les manifestations des brises de mer et de terre et ainsi engendrer des caractéristiques particulières selon le site. La hiérarchisation des éléments favorisant et perturbant ces circulations suivant l'emboîtement des échelles spatiales et temporelles est donc un travail essentiel pour le traitement de l'information climatique et pour l'interprétation des données. Cette étape de délimitation des différents niveaux d'échelles est également impérative pour déterminer les sites de mesure qui permettront d'évaluer l'impact de l'état de surface et de mettre en évidence la variabilité spatio-temporelle de l'aérologie locale. Cette méthode est liée au fonctionnement de l'atmosphère. En effet, "sachant qu'une même masse d'air, générant un même type de temps, peut concerner un territoire étendu, il est certain que sur une entité plus petite, des caractères communs sont présents" (H. QuÉnol, 2002). Et plus le niveau d'observation s'affine, plus les éléments influant sur les paramètres météorologiques sont importants. Ainsi G. Beltrando et L. Chemery écrivaient-ils en 1995 : "Schématiquement, la compréhension augmente au fur et à mesure que l'espace se réduit… les notions d'échelles spatiale et temporelle sont donc essentielles pour sélectionner les informations et pour choisir l'implantation des instruments météorologiques".

10L'application de la méthode de régression des échelles spatio-temporelle à l'étude des brises de mer et de terre dans la région caennaise, qui repose sur la hiérarchisation des phénomènes atmosphériques en fonction des niveaux scalaires auxquels ils se manifestent (I. Orlanski, 1975 ; M. Yoshino, 1975 ; E. Choisnel, 1986 ; P. CarrEga, 1989 ; H. QuÉnol, 2002), peut se caractériser de la manière suivante :

  • À l'échelle synoptique (plusieurs centaines de kilomètres), les conditions favorables à l'apparition des brises de mer et de terre, elles-mêmes soumises à la circulation atmosphérique générale, sont mises en évidence. Une situation anticyclonique favorise en effet la mise en place de ces circulations. Ce niveau d'échelle est un niveau "de compréhension générale" dans le sens où la présence d'un anticyclone peut entraîner la formation des brises de mer et de terre quelle que soit la région littorale considérée.

  • Les brises littorales s'établissent à une échelle régionale (100 km - 10 km). À cette échelle, il s'agit de l'échauffement différentiel de l'air au-dessus de la terre et de la mer qui engendre la formation de ces écoulements thermiques à alternance nycthémérale. Comme l'indique E. Choisnel (1986), les échelles spatiales fines (du climat régional au climat microlocal) sont définies en fonction des composantes du milieu qui perturbent le climat. Il est communément admis que les éléments qui exercent une action sur une distance supérieure à quelques dizaines de kilomètres caractérisent le climat d'échelle régionale, qui est – selon I. Roussel (1983) – "l'échelle géographique par excellence". En effet, "le climat régional exprime la meilleure synthèse climatique possible, puisqu'il traduit à la fois des faits de circulation atmosphérique et de configuration géographique" (P. Pagney, 1994). Les climats régionaux sont des éléments de la circulation atmosphérique d'échelle synoptique, elle-même élément de la dynamique atmosphérique générale.

  • À l'échelle locale (10 km - 1 km), voire microlocale (100 m - 1 m), les unités géographiques déterminant les modifications climatiques sont liées à la topographie et à l'occupation du sol. C'est la diversité de ces paramètres sur des espaces relativement restreints qui va engendrer une forte variabilité spatiale de l'aérologie locale. Ce climat local est toujours lié au climat régional auquel il appartient, mais avec des modifications caractérisées par des échanges énergétiques locaux (G. BELTRANDO, 1995).

11Il peut donc être retenu que les brises de mer et de terre, comme toute circulation d'échelle régionale, dépendent de différents phénomènes d'échelle supérieure (conditions synoptiques, conditions régionales), qui permettent de comprendre le phénomène en tant que tel et d'échelle inférieure (facteurs locaux et microlocaux) qui apportent des informations quant à leur fonctionnement (Fig. 1). Ainsi, pour améliorer les connaissances sur les brises de mer et de terre dans la région caennaise, ces différents niveaux d'échelle doivent être considérés et une approche méthodologique doit être adoptée en conséquence.

2 ) Le littoral caennais : une topographie relativement accidentée et des paysages variés

12Aux échelles fines, les conditions atmosphériques au niveau de la couche limite sont tributaires des conditions de surface. La morphologie, les aspérités et la nature de la surface définies par le relief, la végétation ou par les diverses constructions humaines modifient en effet le comportement des variables météorologiques et aérologiques. Les caractéristiques des brises de mer et de terre dans la région caennaise dépendent, par conséquent, de la topographie et de l'occupation du sol. La définition de ces différents éléments a ainsi été une première étape essentielle pour déterminer les éventuelles perturbations et ainsi définir un protocole des mesures météorologiques adapté aux échelles locale et microlocale.

13La région caennaise est une région littorale au relief peu élevé, mais pourtant relativement accidentée. En effet, les figures 2 et 3 permettent de distinguer plusieurs domaines dont les effets sur l'aérologie locale sont certainement loin d'être négligeables. Au nord de la région caennaise, le littoral de La Manche correspond à de petites plaines marécageuses discontinues bordées de plages et de petites falaises de 10 mètres de hauteur en moyenne. Le plateau calcaire de la Campagne de Caen (dite aussi "Plaine de Caen", d'une altitude moyenne de 40 mètres, est quant à lui dominé par plusieurs reliefs dont les plus importants sont, d'une part, l'Avant Butte de Bavent de la cuesta du Pays d'Auge, d'origine structurale, d'une altitude maximale de 62 mètres, et, d'autre part, le Horst de Ranville, vraisemblablement d'origine tectonique, d'une altitude maximale de 50 mètres. Il est, de plus, parcouru par un important couloir assez sinueux, la vallée de l'Orne, globalement orienté du sud-sud-ouest au nord-nord-est, encaissé de plusieurs dizaines de mètres et qui débouche par un net élargissement sur le littoral de la Manche. À environ 25 kilomètres à vol d'oiseau du littoral, le Glacis du Cinglais succède au plateau de la Campagne de Caen sur le rebord-même du domaine sédimentaire. Ce plan incliné, dont l'altitude varie entre 60 et 120 mètres, est entaillé par quelques vallées profondes et incisées plus superficiellement par un grand nombre de vallées sèches. Cette topographie est accidentée par plusieurs escarpements dont les principaux sont situés sur la rive droite de l'Orne. Enfin, au sud de la région caennaise, un paysage plus disséqué apparaît. Il est caractérisé par plusieurs échines parallèles orientées nord-nord-ouest / est-sud-est qui sont des crêtes de grès résistants caractérisant ici l'apparition du relief appalachien du Massif Armoricain.

Figure 2 - Croquis oro-hydrographique de la région caennaise.

Figure 2 - Croquis oro-hydrographique de la région caennaise.

Figure 3 - Croquis oro-hydrographique et occupation du sol de la région caennaise.

Figure 3 - Croquis oro-hydrographique et occupation du sol de la région caennaise.

14Outre le relief, l'occupation du sol a une influence très importante sur les paramètres météorologiques et notamment sur l'aérologie. En effet, selon la rugosité, qui varie en fonction du couvert observé, les flux peuvent être ralentis et déviés. La figure 3 met en évidence des paysages très variés où se juxtaposent des falaises et des plages basses sur le littoral, des marais côtiers et fluviaux, des champs ouverts cultivés sur le plateau, des bocages plus ou moins serrés et des forêts vers le sud ainsi que de petites agglomérations rurales et urbaines et la ville de Caen. Du nord au sud de la région caennaise, nous pouvons ainsi distinguer plusieurs ensembles. Le littoral de la côte de Nacre est essentiellement marqué par la présence de plages basses et sableuses derrière lesquelles quelques marais peuvent être observés notamment à Ouistreham au sud de la Baie de Sallenelles. Mais nous pouvons observer également deux zones de petites falaises. À l'ouest de la région caennaise, elles laissent la place aux marais de la Seulles. Ces littoraux sont caractérisés par un habitat groupé en bordure de mer. Le plateau de la Campagne de Caen est caractérisé par un paysage typique d'openfield à grandes parcelles allongées de grandes cultures à dominante céréalière. L'habitat groupé traditionnel, renforcé par la périurbanisation, est caractérisé par un bâti assez dense. L'agglomération caennaise, dont le nombre d'habitants est d'environ 227000, constitue la plusgrande unité urbaine de la région d'étude : Caen apparaît comme la ville moyenne d'environ 117000 habitants. Vers le sud, le paysage d'openfield disparaît et l'empreinte bocagère se renforce. La plupart des parcelles sont en effet entourées de haies vives. De nombreux villages et hameaux isolés peuvent être observés. Le paysage accidenté du sud de la région caennaise est également marqué par la présence de forêts, dont les deux principales sont les forêts de Grimbosq située à l'ouest et celle de Cinglais à l'est.

15Après avoir défini les caractéristiques topographiques et d'occupation du sol de la région caennaise, il est maintenant possible de déterminer, a priori, les milieux les plus perturbateurs pour les brises afin de mettre en place le protocole des mesures météorologiques qui permettra d'étudier l'aérologie locale (A. Dudouit-Fichet, 2006).

3 ) Acquisition des données météorologiques

16L'amélioration des connaissances sur les circulations de brises de mer et de terre aux échelles synoptique et régionale passe par la compréhension de l'apparition de ces circulations grâce à l'acquisition de données auprès de Météo France (données météorologiques) et d'Ifremer (température de la surface de la mer) ainsi que par l'analyse des Bulletins météorologiques européens. Le traitement de ces données a été réalisé grâce à différentes techniques statistiques. Mais le passage aux échelles locale et microlocale a nécessité la collecte de données complémentaires lors de plusieurs campagnes de mesures menées sur le terrain.

17Les campagnes de terrain ont été effectuées avec deux techniques de mesure différentes durant les périodes estivales (1er avril au 30 septembre) de 2003, 2004 et 2005. Les données ont, en effet, été obtenues soit de manière ponctuelle par l'intermédiaire de mesures itinérantes, soit simultanément sur plusieurs sites. L'avantage de la première technique est de pouvoir sélectionner un maximum de points de mesure(41 points de mesures itinérantes et 2 points de mesures fixes pour limiter le problème d'intervalle de temps entre les relevés), mais le décalage temporel entre les enregistrements peut constituer un inconvénient pour percevoir la dynamique des phénomènes. Les stations de mesure fixes présentent l'intérêt de pallier ce problème d'intervalle de temps entre les relevés. Toutefois leur coût a obligé à en limiter le nombre (8 stations de mesures fixes expérimentales et 3 stations de mesures fixes officielles de Météo France).

18Quelle que soit la technique de mesure, le choix des sites, ainsi que l'emplacement des instruments de mesure, n'ont pas été laissés au hasard. En effet, les paramètres météorologiques, et particulièrement le vent, sont soumis à diverses influences susceptibles de générer des erreurs dans la prise en compte de l'information (S. Bigot, 2002 ; H. QuÉnol, 2002).

19Les mesures en stations fixes (direction et vitesse du vent) ont été réalisées à l'aide d'équipements météorologiques automatiques de type DAVIS et LEADER-YOUNG. Pour s'assurer de leur fiabilité, les appareils ont été testés avant leur installation (A. Dudouit-Fichet, 2006). Quant aux mesures itinérantes (direction du vent), elles ont été effectuées avec une girouette ultra légère en balsa capable de mesurer des flux de très faible intensité, ce que les stations de mesure fixes ne permettent pas (A. Dudouit-Fichet et H. QuÉnol, 2008).

20Ce sont les exigences méthodologiques, mais aussi les contraintes matérielles, qui ont déterminé la localisation des instruments de mesure fixes sur le terrain. En effet, les différents éléments du milieu influencent les paramètres météorologiques. Notre première préoccupation étant les mesures de la direction et de la vitesse du vent, l'emplacement des stations a donc été choisi en fonction des normes édictées pour la mesure du vent. La mise en place des stations météorologiques sur le terrain a donc été déterminée de manière à respecter, dans la mesure du possible, les normes de dégagement imposées par l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM, 1996). De plus, les postes de mesure ont été choisis selon des niveaux d'échelle emboîtés. Ainsi le choix des sites de mesure fixes et itinérants a-t-il finalement arrêté de manière à pouvoir traduire l'impact des différents éléments du milieu sur les variables météorologiques enregistrées en période de brises de mer et de terre (Fig. 4 et 5).

21Toutes les données obtenues sur le terrain ont ensuite fait l'objet de nombreux tests afin de vérifier leur validité et elles ont été exploitées en procédant à différents traitements statistiques (A. Dudouit-Fichet, 2006).

Figure 4 - Emplacement des stations de mesure fixes.

Figure 4 - Emplacement des stations de mesure fixes.

Figure 5 - Emplacement des points de mesure itinérants.

Figure 5 - Emplacement des points de mesure itinérants.

IV - Résultats

1 ) Brises de mer et de terre et situation météorologique générale

22Après avoir sélectionné les journées soumises aux circulations de brises à partir des données enregistrées à la station de Caen-Carpiquet (Météo France) depuis 1993, les bulletins météorologiques européens ont été analysés (A. Dudouit, 2004). En surface, les situations anticycloniques ont été observées dans la totalité des cas en accord avec les observations de G.N. Sumner (1977) : les brises de mer et de terre se manifestent de préférence durant les situations anticycloniques et/ou caractérisées par l'intervention de masses d'air continental. Le travail de dépouillement des situations synoptiques a été approfondi pour établir une "classification" des situations anticycloniques rencontrées au cours des circulations de brises. Selon la position longitudinale et latitudinale de l'anticyclone, trois types de situations anticycloniques ont été observés :

  • Le premier type de situation rencontré (Fig. 6) caractérise les journées de brises pour lesquelles l'anticyclone est centré sur l'Europe du Nord (type AEN). L'installation de ces hautes pressions protège alors la plus grande partie de l'Europe septentrionale des courants perturbés. Dans ce cas, les vents sont faibles et leur direction varie selon la position et le déplacement de la surface anticyclonique entre le nord-ouest et l'est ou le sud-est. Ces directions de vent sont favorables au développement des brises de mer et de terre. C'est au printemps que ce type de situation est le plus fréquent sur la Manche et la mer du Nord. Au cours de cette période, la surface de ces mers est encore fraîche, ce qui favorise l'anticyclogenèse. Il en résulte des temps généralement calmes et ensoleillés.

Figure 6 - Champ barométrique en surface de la journée du 29/05/2003 : type AEN (carte adaptée à partir du BME – Bulletin Météorologique Européen).

Figure 6 - Champ barométrique en surface de la journée du 29/05/2003 : type AEN (carte adaptée à partir du BME – Bulletin Météorologique Européen).
  • Le deuxième type (Fig. 7) caractérise les situations synoptiques pour lesquelles l'anticyclone est centré sur l'Europe moyenne (AEM). La position des hautes pressions est plus méridionale. Cette surface anticyclonique est régulièrement centrée sur la France de l'Ouest et se prolonge par une dorsale anticyclonique vers l'intérieur du continent. La plus grande partie de l'Europe occidentale est alors protégée des courants perturbés de trajectoire plus septentrionale qui continuent à affecter les Iles britanniques et l'Europe du Nord.

Figure 7 - Champ barométrique en surface de la journée du 27/05/2003 : type AEM (carte adaptée à partir du BME – Bulletin Météorologique Européen).

Figure 7 - Champ barométrique en surface de la journée du 27/05/2003 : type AEM (carte adaptée à partir du BME – Bulletin Météorologique Européen).
  • Enfin, le troisième type (Fig. 8) concerne les situations pour lesquelles l'anticyclone se situe au-dessus de l'Océan Atlantique Nord, à l'ouest de l'Europe occidentale (AA). Lorsque les hautes pressions atlantiques se trouvent dans une position méridionale, l'Europe du Nord-Ouest est affectée par le flux perturbé d'ouest qui apporte un temps instable. Les vents de nord-ouest sont forts et les circulations d'échelle régionale sont inexistantes. En revanche, lorsque le décalage des hautes pressions atlantiques vers les plus hautes latitudes protège l'Europe occidentale des courants perturbés, les vents sont plus faibles et de secteur nord-ouest. Ce dernier type de configuration est favorable au développement des brises de mer et de terre en Europe occidentale, notamment autour de la Manche où les gradients isobariques en surface sont faibles.

Figure 8 - Champ barométrique en surface de la journée du 20/08/2003 : type AA (carte adaptée à partir du BME – Bulletin Météorologique Européen).

Figure 8 - Champ barométrique en surface de la journée du 20/08/2003 : type AA (carte adaptée à partir du BME – Bulletin Météorologique Européen).

23Entre 1993 et 2004, les journées de brises de mer et de terre sont apparues dans 42 % des cas avec une situation synoptique AEM, dans 39 % avec une situation synoptique AA et dans 18 % avec une situation synoptique AEN. Ces trois types de position de l'anticyclone sont caractérisés par de faibles gradients de pression au voisinage du littoral de la Manche, lesquels sont favorables au développement de mouvements convectifs et de courants locaux. Ces caractéristiques observées le jour même où la circulation de brises de mer et de terre est apparue, sont en fait à chaque fois présentes sur l'Ouest européen depuis la veille et l'avant-veille. La présence d'un anticyclone sur l'Atlantique, l'Europe du Nord ou l'Europe moyenne semble donc être une situation nécessaire à l'apparition d'une circulation de brises de mer et de terre. En revanche, ce n'est pas à elle seule une situation suffisante, puisque des situations anticycloniques semblables, relativement fréquentes en période estivale, n'engendrent pas forcément des circulations de brises de mer et de terre. Par exemple, en 2003, 18 % seulement des journées anticycloniques (tous types confondus) ont été marquées par une circulation de brises.

2 ) Caractéristiques des brises de mer et de terre dans la région caennaise

a. Une extension spatiale de la brise de mer variable selon les journées

24Une Classification Ascendante Hiérarchique (distance euclidienne, méthode Ward, données standardisées) à partir de l'heure d'apparition de la brise de mer à toutes les stations a été effectuée afin de déterminer une typologie des journées de brises en fonction de l'extension spatiale de la brise de mer et de sa dynamique de progression dans les terres. Cette analyse a été faite à partir des journées durant lesquelles toutes les stations fonctionnaient (26 journées) pendant la période de mesure du 1er avril au 30 septembre 2003 (sans la station de Croisilles) afin de disposer de suffisamment d'individus. Les stations prises en compte sont celles pour lesquelles la brise est arrivée à chaque fois, c'est-à-dire celles de Bernières, Bénouville, Saint Contest, Démouville, Caen-Carpiquet, Louvigny et Bourguébus. Les heures indiquées seront systématiquement des heures universelles (TU).

25La figure 9 illustre les caractéristiques des journées de brises ainsi distinguées. Mais le nombre d'individus parfois très restreint (première et deuxième classe) incite à considérer les observations ci-dessous avec beaucoup de précautions. La première classe, composée de quatre journées, distingue celles caractérisées par une brise de mer progressant très rapidement dans les terres : en trois heures, la brise de mer s'est établie entre Bernières et les stations situées jusqu'au deuxième transect de la région caennaise (Fig. 4). La brise de mer apparaît, en moyenne, à 09h00 à Bernières et à Bénouville, à 10h00 à Saint-Contest et à Caen-Carpiquet et à 12h00 aux stations de Démouville, Louvigny et Bourguébus. En observant ces journées, il s'est avéré que la brise s'est établie jusqu'aux stations situées les plus au sud. Elle apparaît, en moyenne, à 15h00 aux quatre stations en même temps (Saint-Sylvain, Boulon, Mutrécy et Vacognes). La deuxième classe, composée de quatre journées, regroupe celles durant lesquelles la brise de mer progresse rapidement dans les terres : en quatre heures, la brise a soufflé du littoral jusqu'aux stations situées sur le deuxième transect de la région caennaise. La brise de mer s'établit en premier lieu, en moyenne, à 09h00 à Bernières, puis à 10h00 à celle de Bénouville, à 11h00 aux stations de Saint-Contest et de Caen-Carpiquet et à 13h00 à celles de Démouville, Louvigny et Bourguébus. L'analyse de ces journées a mis en évidence que la brise s'est établie jusqu'aux stations situées au sud de la région d'étude. Ainsi apparaît-elle en moyenne à 16h00 aux stations de Saint-Sylvain et de Boulon, puis à 17h00 à celles de Vacognes et de Mutrécy. La troisième classe est composée de six journées caractérisées par une brise de mer progressant peu rapidement dans les terres. En effet, en moyenne, la brise se met en place entre Bernières et les stations situées sur le deuxième transect en six heures. Pour ces journées, la brise de mer s'établit, en moyenne, à 09h00 à Bernières, à 11h00 à Bénouville, à 12h00 aux stations de Saint-Contest et de Caen-Carpiquet, à 14h00 aux stations de Démouville et de Bourguébus et à 15h00 à Louvigny. L'apparition de la brise, durant ces journées, aux stations situées sur le troisième transect, se fait sentir dans tous les cas à Saint-Sylvain et à Boulon, en moyenne, à 17h00, et, dans 50 % des cas seulement, elle apparaît à Vacognes et à Mutrécy à 18h00.

Figure 9 - Profil moyen de la progression de la brise de mer selon les classes de la typologie des journées de brises en fonction de l'heure de son apparition à chaque station de la région caennaise.

Figure 9 - Profil moyen de la progression de la brise de mer selon les classes de la typologie des journées de brises en fonction de l'heure de son apparition à chaque station de la région caennaise.

26Enfin, la quatrième classe, composée de douze journées, est caractérisée par des journées pendant lesquelles la brise de mer a progressé très peu rapidement dans les terres. En moyenne, la brise de mer s'est installée en six heures entre Bernières et les stations situées sur le deuxième transect de la région caennaise. De plus, durant ces journées, la brise de mer n'a jamais soufflé jusqu'au sud de la région caennaise. En moyenne, elle apparaît à 11h00 à Bernières, à 13h00 à Bénouville, à 15h00 à Saint-Contest et à Caen-Carpiquet, à 16h00 à Démouville et à Bourguébus, et à 17h00 à Louvigny.

27De plus, nous pouvons observer que les différentes classes de cette typologie se distinguent également par les heures d'apparition de la brise. En effet, il semblerait que la classe 4, composée des journées durant lesquelles la brise n'a jamais soufflé jusqu'au sud de la région caennaise, soit caractérisée par des journées durant lesquelles la brise de mer s'est levée plus tard, en moyenne à 11h00 à Bernières.

b. Une variabilité spatiale de la puissance de la brise de mer selon les facteurs locaux

28Pour mettre en évidence les nuances entre les stations, la moyenne des vitesses maximales enregistrées à chaque station lors des épisodes de brises de mer a été cartographiée (Fig. 10).

Figure 10 - Moyenne de la vitesse maximale du vent de la brise de mer dans la région caennaise (période de mesure : 01/04/2003 – 30/09/2003).

Figure 10 - Moyenne de la vitesse maximale du vent de la brise de mer dans la région caennaise (période de mesure : 01/04/2003 – 30/09/2003).

29La puissance de la brise de mer est la plus grande aux stations situées sur le littoral et à l'ouest de l'agglomération caennaise. L'absence d'obstacle sur ces sites favorise la circulation de la brise. La valeur moyenne des vitesses maximales du vent décline ensuite aux stations mieux protégées situées à l'est et au sud de l'agglomération caennaise : par exemple, les stations de Démouville et de Bourguébus situées sous le vent de l'Avant Butte de Bavent enregistrent des vitesses du vent moins élevées que celles situées sur le littoral ou dans la Campagne de Caen. Le relief dévie et freine l'écoulement de la brise. En ce qui concerne les stations situées au sud de la région caennaise, la puissance de la brise de mer, lorsqu'elle y arrive, est encore inférieure à celle des stations situées plus au nord. En effet, les valeurs moyennes des vitesses maximales du vent enregistrées à Boulon et à Saint-Sylvain sont entre 2 et 3 m/s inférieures à celles obtenues à Bernières, Bénouville, Saint-Contest et Caen-Carpiquet. Il en est de même pour les stations de Vacognes et de Mutrécy. Une topographie plus accidentée (Hauteurs Bocaines) et une occupation du sol à la rugosité marquée (bocage, forêt) en sont les raisons.

30En définitive, la topographie et l'occupation du sol autour de la station exercent une influence très forte sur la puissance de la brise de mer.

c. Une variabilité inter journalière de la direction de la brise de mer

31En étudiant l'évolution de la direction du vent au cours de toutes les journées de brises et pour toutes les stations, plusieurs caractéristiques ont été mises en évidence.

32Dans un peu moins de 15 % des cas, il n'y a pas d'évolution de la direction du vent avant que la brise de mer ne se lève. Ce phénomène concerne uniquement les stations de Bernières et de Bénouville. Il s'agit des journées durant lesquelles la direction du flux synoptique est identique à celle de la brise dès le matin. Et, pour les journées caractérisées par une évolution de la direction du vent avant l'établissement de la brise, il n'y a pas de "retour" à la direction du vent du matin dans 95 % des cas. La bascule du vent le soir est plus fréquente aux stations situées au sud de la région caennaise : 5 % tandis qu'elle est de seulement 2 % voire nulle aux stations situées au nord de la zone d'étude.

33Deux types d'évolution de la direction du vent avant l'établissement de la brise de mer ont été mis en évidence : une évolution horaire et une évolution anti-horaire (Fig. 11). Théoriquement, la brise de mer souffle de et sur l'étendue d'eau vers et sur le continent, selon une direction proche de la perpendiculaire au littoral en début d'après-midi, oblique d'environ 15° par rapport à la perpendiculaire au rivage le matin et le soir (D. JANOUEIX-YACONO, 1995). La Côte de Nacre étant orientée N100°-N280°, la brise de mer devrait souffler d'une direction de N10° ou de N350°. Or, en fait, une brise de mer souffle plutôt d'une direction comprise dans un intervalle de plusieurs dizaines de degrés de part et d'autre de la perpendiculaire à la côte. Ce phénomène s'explique parce qu'une brise "idéale pure" n'existe pas, comme l'a déjà noté par ailleurs P. CARREGA (1995). En effet, une circulation de brise est influencée par tout vent synoptique, même faible (inférieur à 3 m/s). Si les deux flux sont thermiquement proches et les directions assez semblables, ils tendent alors à se combiner. La coexistence de deux processus n'ayant pas exactement la même direction initiale explique alors que la direction de la brise puisse être comprise dans un intervalle de plusieurs dizaines de degrés de part et d'autre de la perpendiculaire de la côte.

Figure 11 - Évolution de la direction du vent au cours des journées de brises de mer et de terre dans la région caennaise.

Figure 11 - Évolution de la direction du vent au cours des journées de brises de mer et de terre dans la région caennaise.

34Dans la région caennaise, l'évolution de la direction du vent au cours des renverses du matin et du soir lorsqu'elle a lieu (apparition et disparition de la brise de mer) dépend de l'orientation du vent synoptique. Ainsi, si le vent synoptique souffle d'une direction comprise entre N130° et N175° (sud-est), la brise s'établit au nord-est après une rotation anti-horaire de la direction du vent. De même, par vent synoptique de direction comprise entre N185° et N230° (sud-ouest), la brise de mer est de nord-est après une rotation horaire de la direction du vent. Dans certains cas, la brise de mer peut souffler du nord-ouest pendant quelques heures avant de passer au nord-est. On assiste ainsi, dans un premier temps, à une confrontation entre le vent synoptique et la brise naissante déjà soulignée par ailleurs (P. Leriche et al., 1998). Plus tard, lorsque la circulation de brises est bien établie, l'influence du vent synoptique ne se fait quasiment plus sentir. La direction du vent peut de nouveau évoluer et plusieurs cas de figures peuvent alors se présenter. Quelques cas ont montré qu'en fin de journée, la direction du vent peut continuer à évoluer vers l'ouest-sud-ouest pour le premier scénario ou vers l'est-sud-est pour le second.

35Afin de mettre en relation les caractéristiques spatiales de la brise de mer avec ses caractéristiques aérologiques  qui évoluent dans l'espace et dans le temps, une analyse de la variance a été effectuée entre les classes de la typologie des caractéristiques géographiques de la brise de mer et sa vitesse maximale (maximum des vitesses du vent enregistrées à chaque station). Un test du c² a ensuite été réalisé entre les classes de la typologie des caractéristiques géographiques de la brise de mer et la direction d'où apparaît la brise à la station de Bernières. Cette double approche a mis en évidence que la brise de mer pénètre d'autant plus loin dans les terres qu'elle souffle fort, autrement dit qu'elle s'établit au nord-est après une évolution anti-horaire de la direction du vent (A. Dudouit-Fichet, 2006).

d. Une brise de terre de très faible intensité

36Les données enregistrées grâce à la mise en place du réseau de mesure local (stations météorologiques fixes) n'ont pas permis de détecter la brise de terre (A. Dudouit-Fichet et H. QuÉnol, sous presse). En effet, la vitesse du vent mesurée durant la nuit peut être faible voire nulle. Or, lorsque le vent n'est pas détecté (en raison de la faible précision des capteurs), il n'y a évidemment pas de direction du vent enregistrée. Ainsi, en adoptant une technique mieux adaptée à la mesure des écoulements de très faible intensité, nous avons tenté de mettre en évidence les flux présents en période nocturne par temps de brises dans la région caennaise. De plus, lorsque les conditions atmosphériques sont stables avec un ciel clair et un vent synoptique faible, des écoulements très localisés peuvent venir s'imbriquer dans le système aérologique local. Pour les étudier, nous avons donc eu recours à la technique des mesures itinérantes qui permet de multiplier les points de mesure et ainsi de mieux prendre en compte les effets microlocaux. Cette analyse s'appuie sur les données acquises au cours de la campagne de mesures itinérantes menée lors de deux journées de brises de mer et de terre : les 29 et 30 Août 2005.

37Le 29 août, entre 02h05 et 02h40, les mesures itinérantes ont été réalisées au nord de la région caennaise. Elles fournissent les indications suivantes :

  • La vitesse du vent enregistrée sur le site de Ouistreham, à la station de mesure fixe, était nulle. Or les mesures itinérantes ont montré qu'un flux, certes très léger, existait. Ces enregistrements ont ainsi mis en évidence que le nord de la région caennaise est sous l'influence d'un système de brises de pente et de brises de terre.

  • Les mesures réalisées au niveau du pont de Ranville et de la zone du Maresquier ont montré la canalisation des écoulements par la Vallée de l'Orne. Un vent d'environ N200° a été observé sur les deux sites, la vallée étant orientée N210°-N30° à ces endroits.

  • Entre l'agglomération caennaise et le littoral, des flux dont la direction était peu stable ont également été mesurés (Fig. 12). De plus, au niveau de l'Avant Butte de Bavent, relief accidenté de cette zone, les mesures ont mis en évidence l'existence de brises de pente divergentes, plus ou moins fortes (vitesse < 2 m/s) selon les secteurs : elles suivent les lignes de pente du relief. Il semble qu'au point de mesure le plus au sud de ce relief (Avant Butte de Bavent), la brise de pente soit plus forte. Une brise de terre a également pu être décelée sur les sites du Poste électrique de Ranville, de la Pointe du Siège et de Ouistreham où le point de mesure fixe était installé. Un flux bien établi de N180° a été mesuré, selon une direction conforme à celle de la brise de terre. En effet, bien que ces sites soient caractérisés par une altitude proche du niveau de la mer, un vent "assez fort" s'est produit. Enfin, un flux dont la direction était très instable a été observé au niveau des carrières. Deux principales directions du vent ont été ici mesurées à quelques secondes d'intervalle : N90° et N240°, la direction N240° étant celle de la pente. Nous avons émis l'hypothèse, que sur ce site, il pouvait y avoir une "convergence localisée" entre plusieurs écoulements d'orientations différentes. Sur ce même site, une cheminée d'environ 30 mètres de haut suggérait, par l'orientation de ses émissions, que le vent soufflait en direction de la ville, soit d'une direction d'environ N40°.

Figure 12 - Directions du vent enregistrées au nord de la région caennaise durant la nuit du 29 au 30 août 2005.

Figure 12 - Directions du vent enregistrées au nord de la région caennaise durant la nuit du 29 au 30 août 2005.

38Dans la nuit du 29 au 30 août, entre 22h00 et 01h10, les mesures itinérantes ont été réalisées au sud de la région caennaise. La vitesse du vent enregistrée sur le site de Vacognes, à la station de mesure fixe, était nulle. Pourtant, comme au nord, les mesures itinérantes effectuées avec une girouette ultra légère ont mis en évidence l'existence d'un flux très léger, variable en direction et en force selon la topographie du site (Fig. 13). Les mesures réalisées au pont du Coudray et au pont de Brie ont montré, que sur ces sites, les écoulements étaient canalisés par la vallée de l'Orne. À 22h45, un flux assez turbulent se produisait vers N210° au Pont du Coudray, alors que l'Orne est orientée N20°-N200° à cet endroit. À 00h40, le flux enregistré au Pont de Brie est plus régulier. La direction relevée est N160°, pour une orientation de l'Orne N350°-N170°. Les autres points de mesure ont mis en évidence l'existence d'écoulements gravitaires nocturnes suivant les lignes de pente du relief. D'autre part, il est difficile d'affirmer que la forêt de Grimbosq influence les écoulements nocturnes se produisant plus à l'ouest, les lignes de pente du relief étant orientées dans le même sens que des éventuels flux thermiques. En raison de la différence de température entre le milieu forestier et les alentours, nous pouvons tout de même penser que des flux thermiques orientés de la forêt vers l'extérieur se produisent (G. Escourrou, 1982).

Figure 13 - Directions du vent enregistrées au sud de la région caennaise durant la nuit du 29 au 30 Août 2005.

Figure 13 - Directions du vent enregistrées au sud de la région caennaise durant la nuit du 29 au 30 Août 2005.

V - Conclusion

39L'étude sur les brises de mer et de terre s'est appuyée sur les données météorologiques disponibles proposées par Météo France ainsi que sur nos propres données acquises grâce à la mise en place appropriée d'un réseau de mesure local et à la réalisation d'une campagne de mesures itinérantes. Nous avons ainsi confirmé que les situations anticycloniques étaient favorables à la mise en place des brises. Elles se caractérisent plus particulièrement par un anticyclone situé sur l'Océan Atlantique, l'Europe moyenne ou l'Europe du Nord. Les connaissances sur les caractéristiques des brises dans la région caennaise ont été désormais nettement améliorées. Nous avons en effet mis en évidence que l'extension spatiale de la brise de mer peut varier selon les journées. La brise de mer s'établit en moyenne en sept heures dans la région caennaise. En fonction de l'éloignement du littoral et de la diversité des éléments topographiques et de l'occupation du sol, elle apparaît tout d'abord sur les sites proches du littoral, puis sur ceux aux conditions géographiques plus perturbées de la Campagne de Caen, sous le vent de l'Avant Butte de Bavent, enfin sur les Hauteurs Bocaines. Toutefois, si la brise de mer se levant sur le littoral souffle à chaque fois jusque sous le vent de l'agglomération caennaise, elle n'apparaît au sud de la région que dans seulement 38 % à 53 % des cas (selon la période de mesure considérée) en moyenne. Nous avons, de plus, montré que la brise de mer souffle d'autant plus loin dans les terres qu'elle progresse rapidement et souffle fort, c'est-à-dire lorsqu'elle apparaît au nord-est après une rotation anti-horaire de la direction du vent. En outre, la brise de mer, d'une vitesse moyenne de 7 m/s, ce qui est une vitesse assez remarquable de manière générale, peut souffler plus ou moins fort selon les stations : les effets perturbateurs de la topographie et de l'occupation du sol sont alors à mettre en évidence. En effet, la puissance de la brise est moins importante sous le vent des obstacles les plus importants (Avant Butte de Bavent) et dans les milieux les plus accidentés (confins des Hauteurs Bocaines) et aérologiquement les plus perturbés (bocages et forêts) au sud de la région d'étude. Finalement, pour bien comprendre les caractéristiques locales de la brise de mer, il est donc nécessaire de considérer deux aspects :

  • les éléments géographiques (distance à la source, différenciation topographique, diversité de l'occupation du sol) de la région qui contrôlent le fonctionnement spatial de la brise de mer et sa dynamique plus ou moins lointaine de sa progression ;

  • les conditions climatiques qui expliquent pour autant la variabilité inter journalière des caractéristiques de la brise de mer.

40Le rôle des conditions météorologiques antérieures à la brise de mer, sur les caractéristiques de la brise de terre a été étudié à partir des données enregistrées grâce à une girouette ultra légère (conçue par H. QuÉnol) durant la campagne de mesures itinérantes réalisées au cours de la nuit du 29 au 30 Août 2005. Nous avons mis en évidence l'existence d'un système très imbriqué de brises nocturnes microlocales dans les terres. En effet, la brise de terre, mesurée au nord de la région caennaise sur les sites où la topographie est peu accidentée, semble se combiner avec des écoulements aérologiques issus de brises de pente, observées à proximité des reliefs les plus importants (Avant Butte de Bavent et confins des Hauteurs Bocaines), dont les directions suivent les lignes de pente du relief. Nous avons montré que ces écoulements microlocaux peuvent être, en définitive, canalisés par la vallée de l'Orne et rejoindre ainsi, sur le littoral, la brise de terre sensu stricto en s'y associant. En revanche, l'étude des écoulements présents au moment de la renverse de brise, c'est-à-dire le moment où les flux nocturnes disparaissent et où la brise de mer apparaît reste encore à faire et devrait être riche d'enseignements. En définitive, les circulations de brises de mer et de terre relèvent d'un système complexe aux multiples interrelations multiscalaires. En effet, il est à noter que, les phénomènes se produisant aux échelles synoptique et régionale sont à considérer pour comprendre l'apparition des brises, et qu'ils contribuent à mieux comprendre certaines de leurs caractéristiques qui ne sont donc pas uniquement dépendantes des facteurs d'échelles locale et microlocale (Fig. 14).

Figure 14 - Représentation schématique du système complexe des brises de mer et de terre.

Figure 14 - Représentation schématique du système complexe des brises de mer et de terre.
Haut de page

Bibliographie

ATKINSON B.W. (1981) - Meso-scale Atmospheric Circulations. Academic Press, 495 p.

BELTRANDO G. et CHEMERY L. (1995) - Dictionnaire du climat. Édit. LAROUSSE, 344 p.

BELTRANDO G. (2004) - Les climats. Processus, variabilité et risques. Édit. Armand COLIN, 261 p.

BERLINCOURT P. (1991) - Le cas d'une petite ville suisse : Bienne. Publ. Assoc. Inter. Clim., vol. 4, Actes du colloque de Fribourg (Suisse), p. 7-14.

BIGOT S. (2002) - Détection des discontinuités temporelles au sein des séries climatiques : point méthodologique et exemple d'application. Actes des journées de climatologie de Strasbourg, p. 27­46.

CANTAL O. et SAVOURET E. (2004) - La diversité géographique de la canicule de l'été 2003 en Basse-Normandie : influence des facteurs géographiques et dynamiques sur la répartition d'un risqué climatique. Colloque Assoc. Inter. Clim. : Climat, mémoire du temps (Caen, 2004), p. 135­138.

CARREGA P. (1989) - Vent et échelles de contraintes géographiques : exemples en région niçoise. Publ. Assoc. Inter. Clim., vol. 2, p. 309-316.

CARREGA P. (1994) - Topoclimatologie et habitat. Thèse de Doctorat d'État, Université de Nice, Revue d'Analyse Spatiale Quantitative et Appliquée, vol. 35 et 36, 408 p.

CARREGA P. (1995) - Une procédure d'identification automatique et en temps réel du régime de vent. Publ. Assoc. Inter. Clim., vol. 8, p 13-21.

CHOISNEL E. (1986) - Aspects topographiques : une méthode d'étude en région de moyenne montagne. Actes du séminaire INRA de Toulouse : Agrométéorologie des régions de moyenne montagne, p. 37­49.

CLEMENT W.E., ARCHULETA J.A. et GUDIKSEN P.H. (1989) - Experimental design of the 1984 ASCOT field study. J. Appl. Meteor., vol. 28, p. 405-413.

CONRAD V. (1928) – Beobachtungen uber den Seewind an einem flachen Sand-strand. Ann. Hydr., vol. 56.

DUDOUIT A. (2004) - Une étude de brise de mer dans la région caennaise : vers une aide à la prévention de la pollution photochimique en milieu littoral. Norois, vol. 4, n° 193, p. 31­45.

DUDOUIT-FICHET A. (2006) - Brise de mer et brise de terre et risque de pollution photochimique dans la région caennaise (Basse-Normandie). Thèse de doctorat de l'Université de Caen, 444 p.

DUDOUIT-FICHET A. et QUÉNOL H. (2008) - Incertitude des mesures en climatologie appliquée aux échelles fines : exemple de l'aérologie dans la région caennaise. In : Incertitude et environnement, Édit. Édisud, p. 63-74.

ESCOURROU G. (1982) - Quelques particularités des brises marines. Norois, vol. 116, p. 577­583.

ESCOURROU G. (1996) - Transport, contraintes climatiques et pollution. Édit. Sédes, 172 p.

FALLOT J.M. et HERTIG J.A. (1998) - Évaluation des concentrations moyennes annuelles de NO2 au bord des routes. Publ. Assoc. Inter. Clim., vol. 11, p. 331-318.

HANN J. (1879) - Zur Lehre von den allgemeinen atmosphärischen Strömungen. Zeit. Meteor., vol. XIV.

HANN J. (1932) - Handbuch der klimatologie. Wien, 764 p.

JANOUEIX-YACONO D. (1995) - Rapports entre brise de mer ou de lac, structure de la couche limite planétaire et pollution atmosphérique sur des plaines littorales urbanisées. GDR Climat et santé, p. 177-201.

LERICHE P., KERGOMARD C. et CHAPELET P. (1998) - Étude des brises de mer sur le littoral français de la mer du nord. Publ. Assoc. Inter. Clim., vol. 11, p. 107-114.

LYONS W.A. et OLSSON L. (1972) - The climatology and prediction of the Chicago lake breeze. J. Appl. Meteor., n° 11, p. 1254-1272.

NEUMANN J. et MAHRER Y. (1971) - A theoretical study of the land and sea breeze circulation. J. Atmosph. Sci., n° 28, p. 532-542.

OMM (1996) - Guide des instruments et de méthodes d'observation météorologiques. Édit. Organisation Météorologique Mondiale, Genève, n° 8, 6ème édition.

ORLANDSKI I. (1975) - A rational subdivision of scales for atmospheric processes. Bull. Amer. Meteor. Soc., vol. 56, p. 529-530.

PAGNEY P. (1994) - Les catastrophes climatiques. Édit. "Que sais-je ?", Paris, n° 2878, 127 p.

PÉDELABORDE P. (1985) - Les brises de mer et les brises de terre. Géographie et recherche,

PÉDELABORDE P. (1987) - Sur les brises. Met Mar, vol. 136, p. 11-15.

PELLI T. (1977) - Emissionskataster für Motorfahrzeuge in der Schweiz 1970. Technische Beilage 1, Verkehr in den städtischen Agglomeration, Datenermittlung und theoretische Betrachtungen. Eidg. Amt für Umweltschutz, Zürich, Bern.  

PLANCHON O. (1997) - Les climats maritimes dans le monde, Thèse de l'Université de Dijon, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d'Ascq, 233 p.

QUÉNOL H. (2002) - Climatologie appliquée aux échelles fines : l'exemple de l'impact d'un remblai ferroviaire et des haies brise-vent sur le gel printanier et sur l'écoulement du mistral dans la basse vallée de la Durance., Thèse de l'Université de Lille I, 284 p.

ROUSSEL I. (1983) - Un aperçu sur l'intérêt climatique de la mer Baltique. Physio-Géo, vol. 8, p. 47­51.

ROUSSEL I. (1997) - La pollution de l'air. Risque climatique ou risque anthropique ? Sa maîtrise est-elle possible ? In : Les risques liés au climat, Publ. Univ. Bourgogne, p. 163-174.

SIMPSON J.E. (1994) - Sea breeze and local winds. Cambridge University Press, 324 p.

SIMPSON J.E., MANSFIELD D.A. et MILFORD J.R. (1977) - Inland penetration of sea breeze fronts. Quarter. J. Royal Meteor. Soc., vol. 103, p. 47-76.

SUMMER G.N. (1977) - Sea breeze occurrence. Weather, p. 200-208.

VINET F. (1999) - Le risque grêle en France. Thèse de l'Université de Lille 1, 650 p.

WHITE D., METTERSHEAD D.N. et HARRISON S.J. (1992) - Environmental Systems. Édit. CHAPMAN & HALL, 616 p.

YOSHINO M. (1975) - Climate in a small area: an introduction to local meteorology. University of Tokyo Press, 549 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les échelles spatio-temporelles des circulations de brises de mer et de terre.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2 - Croquis oro-hydrographique de la région caennaise.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 3 - Croquis oro-hydrographique et occupation du sol de la région caennaise.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 4 - Emplacement des stations de mesure fixes.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 5 - Emplacement des points de mesure itinérants.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 6 - Champ barométrique en surface de la journée du 29/05/2003 : type AEN (carte adaptée à partir du BME – Bulletin Météorologique Européen).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 7 - Champ barométrique en surface de la journée du 27/05/2003 : type AEM (carte adaptée à partir du BME – Bulletin Météorologique Européen).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 8 - Champ barométrique en surface de la journée du 20/08/2003 : type AA (carte adaptée à partir du BME – Bulletin Météorologique Européen).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 9 - Profil moyen de la progression de la brise de mer selon les classes de la typologie des journées de brises en fonction de l'heure de son apparition à chaque station de la région caennaise.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 10 - Moyenne de la vitesse maximale du vent de la brise de mer dans la région caennaise (période de mesure : 01/04/2003 – 30/09/2003).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 11 - Évolution de la direction du vent au cours des journées de brises de mer et de terre dans la région caennaise.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 12 - Directions du vent enregistrées au nord de la région caennaise durant la nuit du 29 au 30 août 2005.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 13 - Directions du vent enregistrées au sud de la région caennaise durant la nuit du 29 au 30 Août 2005.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 14 - Représentation schématique du système complexe des brises de mer et de terre.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/767/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Dudouit-Fichet et Hervé Quénol, « Analyse multiscalaire de l'aérologie locale dans la région caennaise », Physio-Géo, Volume 2 | -1, 97-120.

Référence électronique

Aurélie Dudouit-Fichet et Hervé Quénol, « Analyse multiscalaire de l'aérologie locale dans la région caennaise », Physio-Géo [En ligne], Volume 2 | 2008, mis en ligne le 28 juin 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/767 ; DOI : 10.4000/physio-geo.767

Haut de page

Auteurs

Aurélie Dudouit-Fichet

Université de Caen Basse Normandie, Laboratoire de géographie GEOPHEN (UMR 6554 LETG du CNRS,), Esplanade de la Paix, BP 5186, 14032 CAEN cedex.
Courriel : dudouitfichet@gmail.com

Hervé Quénol

Université de Rennes, Laboratoire de Géographie COSTEL (UMR 6554 LETG du CNRS), Place du recteur Henri le Moal 35043 RENNES Cedex.
Courriel : herve.quenol@uhb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org