Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le désir du vin à la conquête du monde, Jean-Robert PITTE

2009 (Éditions FAYARD, 333 p.)
Alain Marre
p. 11-12
Référence(s) :

Le désir du vin à la conquête du monde, Jean-Robert PITTE, 2009 (Éditions FAYARD, 333 p.)

Texte intégral

1Il s'agit là d'un livre de géographie culturelle qui peut sembler être éloigné des préoccupations de la revue Physio-Géo. Cependant la géographie physique est souvent liée à la géographie humaine, car son objectif principal est de permettre à l'homme de vivre le mieux possible sur notre planète tout en conservant ce patrimoine terrestre. Pour cela, il faut aussi connaître et comprendre les désirs des hommes.

2L'auteur nous emmène dans une magnifique "promenade culturelle". De chapitre en chapitre, il explique l'origine du vin sur les bords de la mer Caspienne et en Mésopotamie il y a plus de 6000 ans. S'appuyant sur les recherches archéologiques, il décrit l'histoire du vin en Mésopotamie antique, en Égypte, Grèce, Rome et le Monde chrétien. Il montre aussi le rôle du vin dans les religions. On est alors frappé de la comparaison entre Dionysos et Jésus-Christ : tous deux sont fêtés le 6 janvier, tous deux transforment l'eau en vin, tous deux sont morts et ressuscités comme la vigne, seule plante de la Mésopotamie et de la Palestine qui "meurt" en automne en perdant ses feuilles et "ressuscite" au printemps. On part ainsi à la conquête du Monde en traversant toutes les cultures (même l'Islam) et tous les continents. J.R. PITTE montre ainsi les relations du vin avec les religions et notamment celles monothéistes, les relations du vin avec le pouvoir, avec les sociétés, avec la santé, avec le luxe et enfin avec l'économie. Il montre ainsi qu'il y a une civilisation du vin, devenu boisson universelle. Cette analyse permet de comprendre bien des faits de société et d'économie politique du monde viticole actuel.

3C'est dans ce contexte que depuis quelques années on voit revenir en force la notion de terroirs. Cette notion a été inventée par Olivier de SERRE, agronome. Elle a ensuite été reprise au début du XXème siècle par des géographes français ruralistes pour expliquer la répartition des terres cultivées à l'intérieur d'un espace occupé par une communauté humaine qui vivait surtout en autarcie. Cette conception est tellement française que le mot terroir n'a pas de traduction dans les autres langues qui utilisent des mots approchants et parfois le mot français. Au milieu du XXème siècle, les géographes ruralistes ont un peu délaissé cette expression qui, parfois, a même pris un sens péjoratif. Un produit qui avait le "goût du terroir" n'était pas toujours considéré comme étant d'une grande qualité par certains.

4En revanche, pour les vignerons, le terroir avait gardé toutes ses lettres de noblesse et a permis de définir, en 1936, les zones d'appellation contrôlée (AOC). Aujourd'hui, en France, on voit revenir en force cette notion et d'autres produits commencent à délimiter des zones d'appellation contrôlée. Ce sont les fromages, l'huile d'olive, les herbes aromatiques, etc. Dans le domaine viticole, cette notion a dû se préciser et définir des critères plus rigoureux. Surtout quand le vin est de qualité, se vend bien et qu'un élargissement de la zone de production se fait sentir, comme en Champagne. Comment classer de nouvelles surfaces dans la zone d'AOC ?

5Un des critères souvent retenu est celui de la tradition. Mais quelle tradition ? On a donc besoin d'études de géographie culturelle qui permettent de connaître l'origine et l'histoire du vin. C'est ce que fait J.R. PITTE dans ce livre.

6Un autre critère retenu est celui de la spécificité naturelle du terroir. Et c'est là que le géographe physicien souhaite tempérer certains propos du géographe humain. En effet, il ne faut pas tomber dans des extrêmes. Dans un premier temps, J.R. PITTE reprend l'idée de R. DION pour qui "le terroir n'est qu'une sorte de page blanche, d'un certain grain il est vrai" ; J.R. PITTE donne cette image : "avec un planche de sapin, on peut confectionner un stradivarius ou une caisse à savon". Contrant les propos d'un vigneron qui met 90 % des vertus du terroir dans la nature, il parle même "d'une idolâtrie du volet environnemental du terroir (qui) ne peut reposer que sur une volonté de préserver un capital foncier". L'homme est donc, dans l'élaboration du terroir, le facteur primordial. Donner une valeur au facteur naturel relèverait donc uniquement d'un conservatisme qui a pour but de maintenir un prix élevé aux hectares de vigne.

7Le géographe physicien n'est évidemment pas de cet avis. Il y a des conditions naturelles (certains diraient des "contraintes naturelles") qui donnent des caractéristiques originales à chacun des vignobles. Ce sont elles qui expliquent la répartition des vignobles dans le Monde. Ce sont elles qui donnent la typicité des vins. On ne peut pas nier que l'homme intervient pour les adapter, pour les dompter parfois. Mais connaître, dans le détail, les caractéristiques naturelles des terroirs permet de mieux cultiver les vignes en tenant compte des processus climatiques et géomorphologiques responsables de phénomènes d'érosion, de choisir les cépages les mieux adaptés aux terroirs, de mieux dégager la typicité des vins et de mieux les sélectionner pour construire des assemblages au goût extraordinaire. Ce travail commence avec la nature et se finit bien sûr par le savoir-faire de l'homme, le vigneron et l'œnologue.

8Quoi qu'il en soit, le livre de J.R. PITTE donne une excellente vue du vin et de toute la notion culturelle qui l'entoure depuis son origine jusqu'à nos jours. L'économie du vin est fondée sur cette notion culturelle. La France a été le pays qui a su le mieux développer cet art. Mais soyons vigilent, car les connaissances acquises dans nos terroirs ont pu être exportées dans d'autres pays où on a su faire aussi de bons produits. Cependant la notion culturelle du vin n'est pas la même en France et dans les pays du nouveau monde vinicole où on cherche des références simples avec le développement des vins de cépages. Le terroir est alors mis en retrait et les réglementations de ces pays sont souvent bien plus "élastiques" que celles de France. Des pratiques courantes utilisées dans ces pays sont considérées comme des fraudes en France. Le terroir qui définit la typicité des vins, n'est pas exportable. Il faut donc développer sa connaissance, à la fois pour garder cette typicité et pour mieux maîtriser les méthodes de production avec des coûts les plus bas possibles.

9C'est là un livre à lire tout en dégustant un bon vin de nos terroirs !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marre, « Le désir du vin à la conquête du monde, Jean-Robert PITTE », Physio-Géo, Volume 3 | -1, 11-12.

Référence électronique

Alain Marre, « Le désir du vin à la conquête du monde, Jean-Robert PITTE », Physio-Géo [En ligne], Volume 3 | 2009, mis en ligne le 08 août 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/851

Haut de page

Auteur

Alain Marre

Géolab - Groupe d'Étude des Géomatériaux et des Environnements Naturels et Anthropisés, Université de Reims, Bâtiment recherche, Campus Croix Rouge, 57 Rue Pierre Taittinger, 51096 REIMS cedex.
Courriel : alain.marre@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org