Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Géologie et géographie de la Lorraine, Annette LEXA-CHOMARD et Christian PAUTROT, sous la direction de

2006 (Éditions Serpenoise, Metz, 286 p.)
Alain Marre
p. 3-5
Référence(s) :

Géologie et géographie de la Lorraine, Annette LEXA-CHOMARD et Christian PAUTROT, sous la direction de, 2006 (Éditions Serpenoise, Metz, 286 p.)

Texte intégral

1À l'époque des discussions sur la régionalisation de la France, voici un livre qui arrive fort à propos pour apporter quelques éléments de réflexion. D'autant plus que les auteurs ont visé un public curieux mais pas forcément spécialiste. Ils donnent donc régulièrement des définitions de concepts qui sont bien utiles. Cet ouvrage est divisé en cinq parties qui dessinent un cercle, depuis les études anciennes jusqu'aux études futures, en passant par nos connaissances actuelles.

2La première partie s'intitule "aux sources de la géologie". Elle nous donne l'histoire des recherches scientifiques depuis 1750 jusqu'aux années 1960. Cette histoire est divisée en trois périodes. De 1750 à 1800, on voit la naissance de collections d'échantillons scientifiques, des académies provinciales soutenues par l'aristocratie, et l'apparition de véritables explorateurs qui osaient braver les dangers de la nature pour y faire des observations naturalistes où géologie, botanique et géographie étaient largement confondues. Tout était à découvrir ! Entre 1800 et 1871, la recherche scientifique s'organise. Avec l'arrivée des chemins de fer, l'accès au terrain devient plus facile. Les connaissances géologiques s'accélèrent. Des sociétés savantes se créent. Elles organisent des cours, des conférences, des salles de collection et facilitent des levés cartographiques qui permettent d'avoir une connaissance plus synthétique de la région. De grandes figures de la géologie apparaissent. Certains furent des professionnels, comme le messin G.A. DAUBRÉE qui finalement travailla peu en Lorraine. La plupart étaient des amateurs, comme par exemple le juge V. SIMON qui anima la Société d'Histoire Naturelle de la Moselle, les pharmaciens O. TERQUEM et N. HUSSON. Tous étaient animés par une grande curiosité scientifique et ils apportèrent des connaissances innovantes. Après la guerre de 1870, la Lorraine est partagée entre la France et l'Allemagne. Metz, devenue allemande, se vide des personnalités qui faisaient sa vie intellectuelle. Certains partent à Nancy, d'autres émigrent jusqu'à Paris. C'est alors qu'apparaît la personnalité de R. NICKLÈS, ingénieur des mines et professeur à la faculté de Nancy, qui donne un essor à la fois à la recherche fondamentale et à la recherche appliquée avec la création de l'École de Géologie de Nancy. Parmi ses successeurs on peut citer R. FALLOT et M. ROUBAULT.

3La deuxième partie s'intitule "la Lorraine géologique". Après une introduction de rappels de concepts géologiques, on est plongé dans la description de la structure de l'est du Bassin parisien. En haut de chaque page court, tout au long du texte de cette partie, une échelle stratigraphique qui permet au lecteur non-spécialiste de repérer dans les temps géologiques, les terrains décrits. Logiquement, la description est faite des formations les plus anciennes aux plus jeunes. Cela permet ici un itinéraire de l'est vers l'ouest. Cette partie est agrémentée de cartes des affleurements de chacun des étages, de coupes, de photographies, de cartes des continents qui, dans la dynamique de la tectonique des plaques, montrent la position plus tropicale de la Lorraine à l'époque étudiée, et de dessins de reconstitution des paysages correspondants. Pour le non-spécialiste, imaginer la Lorraine en pays tropical chaud est parfois difficile !

4La troisième partie s'intitule "la Lorraine géographique". Il s'agit d'une bonne présentation en langage simple et compréhensible par tous de la géomorphologie des Vosges et de la Lorraine. On y trouve l'analyse de la géomorphologie structurale du relief de cuesta, avec l'histoire de la mise en place des formes de terrain et du réseau hydrographique. De beaux exemples de captures montrent comment la Meuse perd depuis longtemps son eau. Il faut dire que son cours est perché au-dessus de celui des rivières voisines. De ce fait, à travers le karst, il y a des transferts d'eau d'un bassin versant à un autre et cela toujours aux dépens de la Meuse. Une esquisse géoprospective montre comment cette tendance ne peut que se continuer en préparant de futures captures. Des croquis accompagnent agréablement ces exemples. La géomorphologie climatique n'est pas oubliée, avec l'étude des anciens glaciers vosgiens et des formations périglaciaires qui "beurrent" les fronts de cuestas.

5La quatrième partie est consacrée aux ressources du sous-sol lorrain. Une telle partie était inévitable pour cette région dont la richesse fut pendant longtemps fondée sur l'exploitation minière. Hélas, toute cette histoire est aujourd'hui terminée. Elle laisse des problèmes sociaux qui sont toujours d'actualité. Les auteurs retracent l'histoire des prospections, de l'exploitation et des méthodes de la "trilogie lorraine" : le charbon, le fer et le sel. Cette histoire est indissoluble de celle de la frontière franco-allemande et de la vie des lorrains. Aujourd'hui, il reste les risques engendrés par l'arrêt des exploitations : effondrements, dégagements gazeux, changements des niveaux piézométriques. Les collectivités locales et des associations essayent de mettre en valeur ce patrimoine avec la création de musées des mines. D'autres exploitations minières sont aussi analysées. Certaines sont très anciennes comme l'argent dans les Vosges, d'autres plus "banales" comme l'exploitation des carrières, mais combien si utiles ! Cela débouche sur un chapitre consacré à l'architecture lorraine dans lequel il est présenté une régionalisation de l'utilisation des matériaux géologiques. Cette partie est clôturée par un petit chapitre sur les stockages géologiques : décharges contrôlées, stockage de gaz naturel et laboratoire de recherche sur la faisabilité d'un stockage souterrain de déchets radioactif… qui aurait pu trouver sa place dans la partie suivante.

6Enfin, la cinquième partie ferme la boucle en présentant l'avenir : la géologie du XXIème siècle, avec les recherches géologiques en cours. On y trouve la présentation des équipes lorraines de recherche en géologie, que ce soit des laboratoires universitaires ou dépendant du CNRS, ou des équipes semi-publiques.

7Cet ouvrage dresse donc un panorama de nos connaissances géologiques et géomorphologiques de cette région. Il a été réalisé par une équipe de 28 auteurs. Coordonner un tel groupe n'est jamais facile. Les coordinateurs ont bien mené leur affaire même, si on est déçu par le chapitre sur l'architecture qui reprend beaucoup trop de la géologie déjà décrite précédemment et ne donne pas assez d'information sur l'architecture. On aurait aimé trouver des indications plus précises sur l'utilisation des divers matériaux en fonction de leurs qualités dans un même édifice. Cela est évoqué seulement par quelques photographies.

8Cet ouvrage amène aussi quelques réflexions. La première concerne l'utilisation du mot "géographie". La géographie est ici réduite à la seule géomorphologie. Or la géomorphologie n'est qu'une partie de la géographie physique qui elle-même n'est qu'une partie de la géographie. Rendons donc à César ce qui est à César ! La seconde réflexion porte sur le rôle qu'ont joué toutes les sociétés savantes locales ou régionales dans la recherche au XIXème siècle. Leurs membres étaient souvent des "amateurs" : pharmaciens, médecins, juges, etc. Elles furent pourtant de véritables locomotives, car c'est par elles que sont passées les acquisitions scientifiques nouvelles. Aujourd'hui elles existent toujours. Elles réunissent encore les mêmes professions "d'amateurs" auxquelles se sont souvent ajoutés des enseignants, surtout du secondaire. Elles sont parfois regardées de haut par les chercheurs et pourtant elles sont toujours capables de faire, lors de leurs sorties régulières, des observations de terrain. Observations de coupes géologiques éphémères, observations d'associations végétales, etc. sont souvent consignées dans leurs bulletins et mis à la disposition de la communauté scientifique. Elles donnent un état des lieux à une date donnée. Ces renseignements sont parfois bien utiles, de nombreuses années plus tard, alors que les observations ne sont plus possibles. De plus, ces sociétés savantes sont aussi capables de réaliser des ouvrages de synthèses qui mettent à la disposition d'un large public, dans un langage simple, l'état des connaissances sur un thème régional. C'est ainsi qu'a été réalisé cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marre, « Géologie et géographie de la Lorraine, Annette LEXA-CHOMARD et Christian PAUTROT, sous la direction de », Physio-Géo, Volume 3 | -1, 3-5.

Référence électronique

Alain Marre, « Géologie et géographie de la Lorraine, Annette LEXA-CHOMARD et Christian PAUTROT, sous la direction de », Physio-Géo [En ligne], Volume 3 | 2009, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/859

Haut de page

Auteur

Alain Marre

Géolab - Groupe d'Étude des Géomatériaux et des Environnements Naturels et Anthropisés, Université de Reims, Bâtiment recherche, Campus Croix Rouge, 57 Rue Pierre Taittinger, 51096 REIMS cedex.
Courriel : alain.marre@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org