Navigation – Plan du site
Articles

Évolution du littoral de la baie de Saïdia : dynamique naturelle et impact des aménagements (Maroc oriental)

Mostafa Bouabdallah et Jean-Pierre Larue
p. 113-130

Résumés

L'analyse des photos aériennes de plusieurs missions, couplée à l'étude des minéraux lourds des sables de plage, a permis d'évaluer les variations du trait de côte, de reconstituer la dynamique des environnements sédimentaires du littoral de la baie de Saïdia et de dégager les processus hydrologiques et hydrodynamiques qui contrôlent ce littoral méditerranéen. La détermination des minéraux lourds nous a fourni des indications sur l'origine des sédiments, la lithologie du bassin versant fournisseur, et a permis de caractériser la dynamique morphosédimentaire de deux secteurs situés de part et d'autre de l'embouchure de la Moulouya. Á l'est, on trouve un secteur en démaigrissement, alors qu'un secteur en accrétion est situé dans la partie ouest. L'évolution morphodynamique de chacun de ces deux secteurs résulte de l'interaction entre les facteurs naturels et les effets des aménagements réalisés sur le littoral et dans le bassin versant de la Moulouya.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les forçages naturels et anthropiques sur l'évolution morphosédimentaire mi-séculaire d'un linéaire côtier ont fait l'objet de multiples études (J. JIMENEZ et al., 1997 ; S. SUANEZ, 1997 ; I.B.N. FAYE et al., 2008 ). Certaines insistent principalement sur les forçages naturels qui ont des effets morphologiques très discontinus dans le temps et dans l'espace (R. MORTON et A. SALLENGER, 2003 ; D.L. FORBES et al., 2004 ; O. FERREIRA, 2006 ; G. ANFUSO et al., 2007). Par exemple, une seule tempête, en submergeant les cordons littoraux, peut provoquer des reculs locaux brutaux, mais la cicatrisation progressive qui suit annule en général ces formes, sauf si une nouvelle tempête survient avant la fin de la régénération : l'efficacité géomorphologique dépend ainsi de la fréquence des tempêtes. D'autres études soulignent surtout l'impact des activités humaines. Les digues portuaires et les ouvrages de défense du littoral perturbent la dynamique littorale et font que certains secteurs progradent alors que d'autres reculent (P. DURAND, 2001 ; M. CESARACCIO et al., 2004 ; J.E. EL ABDELLAOUI et A. OZER, 2007 ; N. HALAOUANI et al., 2007). Les barrages réduisent les transports sédimentaires fluviaux et favorisent de ce fait l'érosion de la marge deltaïque, mais le recul n'est pas continu, car l'action des dérives littorales engendre la progradation de certains secteurs (D. PONT et al., 2002 ; F. SABATIER et S. SUANEZ, 2003 ; F. SABATIER et al., 2009). L'analyse du littoral de la baie de Saïdia permet de montrer les impacts d'aménagements, effectués à des dates différentes et à la fois dans le bassin versant de la Moulouya et sur le littoral, sur une portion de côte résultant d'un équilibre instable entre les apports fluctuants de la Moulouya et les actions marines. Soumise à une forte pression anthropique, cette côte basse d'accumulation enregistre des modifications rapides du trait de côte depuis une cinquantaine d'années et devient vulnérable aux inondations marines, dans un contexte de montée récente du niveau marin (A. CAZENAVE et al., 2008 ; M. SNOUSSI et al., 2008).

2Pour préciser et comprendre l'évolution de ce littoral, nous avons couplé l'analyse diachronique de photographies aériennes et l'étude minéralogique des dépôts littoraux. L'analyse diachronique de photographies aériennes est un outil efficace pour mettre en évidence les variations sur le moyen terme qui résultent des interactions entre les forçages naturels et les impacts d'aménagements successifs (M. CROWELL et al., 1993 ; P. DURAND, 1998). La composition en minéraux lourds des sables de plage donne non seulement des indications sur les sources des sables littoraux, mais permet aussi de distinguer les secteurs en accrétion et ceux en recul. En étudiant le littoral du delta du Nil, O.E. FRIHY et al. (1995), puis H.M. EL-ASMAR et K. WHITE (2002) ont montré que les secteurs en érosion enregistrent une concentration en minéraux lourds de forte densité, alors que les zones d'accrétion comportent surtout des minéraux moins denses. Comme les minéraux de faible densité sont plus facilement entraînés par les vagues et les courants que les minéraux de forte densité, ils sont évacués des secteurs qui subissent un fort brassage des sables sous l'action érosive des vagues et vont s'accumuler dans les secteurs où l'accumulation progressive les protège des actions marines.

II - Cadre de l'étude

3Le littoral de la baie de Saïdia s'étire sur 22 km de long entre le Cap de l'Eau, à l'ouest, et l'Oued Kiss, à l'est, et suit un tracé quasi rectiligne (Fig. 1). Les plages sableuses qui le forment ne sont interrompues dans sa partie médiane que par l'embouchure du plus grand fleuve du Nord du Maroc, la Moulouya (R. RAYNAL, 1961). Cette embouchure étroite n'est ni un estuaireni un delta du fait de son évolution tectonique et morphodynamique : le lent soulèvement à l'Holocène moyen et supérieur (H. ZARKI, 1999 ; H. ZARKI et al., 2004), la réduction des apports de la Moulouya et l'efficacité de l'érosion marine (M. SNOUSSI et al., 2002) ont limité la sédimentation et empêché la formation d'un delta, sans pour autant permettre le fonctionnement d'un estuaire. Les 3000 ha marécageux, situés à l'est de l'embouchure à l'arrière du cordon sableux, sont classés site d'intérêt biologique et écologique en raison de leur richesse floristique et faunistique. Long de 520 km, l'oued Moulouya prend sa source dans le Haut Atlas à 2000 m d'altitude et draine le plus grand bassin versant du Maroc (57500 km2). Soumis à un climat méditerranéen semi-aride, l'oued a un régime d'autant plus irrégulier qu'il traverse des régions montagneuses plus humides (plus de 600 mm de précipitations annuelles) et de vastes plateaux et plaines semi-désertiques (200 mm de pluies en moyenne annuelle) (G. MAURER, 1980 ; J.J. BARATHON, 1989). 18 % du bassin versant dépassent 1500 m d'altitude et 11 % sont inférieurs à 500 m (Fig. 2). Les roches sédimentaires (calcaires, marnes, grès et conglomérats) occupent 97 % de la surface du bassin versant, alors que les roches magmatiques et métamorphiques n'en couvrent que 3 % (R. RAYNAL, 1961). Les débits lors des crues de printemps et d'automne peuvent dépasser 6000 m3/s dans la basse Moulouya. Plus à l'est, l'oued Kiss, qui sert de frontière avec l'Algérie, n'atteint plus la Méditerranée, car son embouchure est obturée par une flèche sableuse de 20 m de largeur (M. BOUABDALLAH, 2008). Au pied de la falaise morte des Oulad Mansour, la plaine du Sareg, qui s'étend entre la Moulouya et l'oued Kiss, est formée de systèmes de cordons sableux qui sont recoupés par le trait de côte actuel (J.J. BARATHON, 1989).

Figure 1 - Carte de localisation, morphologie et occupation du sol.

Figure 1 - Carte de localisation, morphologie et occupation du sol.

Figure 2 - Géologie du bassin versant de la Moulouya et localisation des barrages.

Figure 2 - Géologie du bassin versant de la Moulouya et localisation des barrages.

4Le littoral est soumis à des marées semi-diurnes dont l'amplitude n'excède guère 0,2 m (B. EL MOUMNI, 1995). L'élévation actuelle du niveau marin n'est qu'un facteur aggravant qui ne joue qu'un rôle mineur dans l'érosion littorale (C. BRUNEL et F. SABATIER, 2009). Le régime des vents est caractérisé par une double orientation : les vents d'est-nord-est sont plus fréquents mais moins forts que ceux d'ouest-sud-ouest (J.J. BARATHON, 1987). Pendant la saison hivernale, les tempêtes viennent essentiellement de l'ouest. Il en résulte deux directions de houle (nord-ouest et nord-est) et deux dérives littorales de sens opposés (ouest et est) qui ont contribué à l'arasement de l'avancée deltaïque formée avant la mise en service des barrages sur la Moulouya, à partir de 1956 (B. ZOURARAH, 1994). La dérive vers l'est est actuellement la plus efficace, ainsi qu'en témoigne la forme des flèches orientées vers l'est à l'embouchure de la Moulouya. Deux barres sableuses d'avant-côte, qui ont été alimentées par les apports sédimentaires de la Moulouya avant la construction des barrages, existent à l'ouest de l'embouchure, entre 3 et 6 m de profondeur.

5Depuis les années 1950, la pression anthropique s'est accentuée sur le littoral et dans le bassin de la Moulouya. Trois grands barrages ont été édifiés dans ce bassin : sur la Moulouya, Mechra Hamadi en 1956 et plus en amont Mohamed V en 1967, plus récemment, sur l'oued Za, Hassan II en 1996 (Fig. 2). De nombreux aménagements littoraux ont été réalisés. Le port de Cap de l'Eau, situé à 7 km à l'ouest de l'embouchure de la Moulouya (Photo. 1) a été construit en 1983 avec une première entrée orientée vers l'est. La construction du port de plaisance de Saïdia, localisé à 5 km à l'est de l'embouchure de la Moulouya, a démarré en 1998 et s'est achevée en 2002. Deux grands complexes touristiques ont été mis en place près du port de plaisance. Une société d'aquaculture (SAM) et un canal d'évacuation ont été implantés en 1997, puis abandonnés en 2002 (Fig. 1). L'urbanisation, qui a progressé rapidement, a conduit à l'arasement des dunes du haut et d'arrière plage et à des prélèvements massifs de sables pour la construction.

6Il convient donc d'évaluer et d'expliquer les modifications de tracé du littoral induites par les interactions complexes entre la dynamique naturelle et les impacts des aménagements successifs.

III - Cinématique du trait de côte

1 ) Méthodes d'analyse des photographies aériennes

7La définition d'une ligne de référence du trait de côte est un problème essentiel (M. CROWELL et al., 1991 ; E.M. BOAK et I.L. TURNER, 2005). Nous avons choisi la ligne de rivage instantanée qui est très souvent utilisée lorsque l'on travaille dans un contexte microtidal comme celui de la Méditerranée, vu le faible marnage (20 cm) (P. DURAND, 1998).

Photo 1 - L’effet du port de Cap de l’Eau sur le transit sédimentaire. [vue extraite de la mission aérienne Saïdia 2004]

Photo 1 - L’effet du port de Cap de l’Eau sur le transit sédimentaire. [vue extraite de la mission aérienne Saïdia 2004]

a. Acquisition des données

8L'analyse diachronique de l'évolution du littoral de la baie de Saïdia repose sur la comparaison de quatre missions aériennes échelonnées de 1958 à 2004, à l'échelle 1/20000 (Tab. I). Comme document de référence pour servir de base à la correction, nous avons dû utiliser la seule carte disponible, celle des Triffa de 1958 à l'échelle 1/50000. Les photos aériennes et les cartes topographiques sont gérées par l'administration de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (Rabat-Maroc).

Tableau I - Documents utilisés pour l'analyse diachronique.

Tableau I - Documents utilisés pour l'analyse diachronique.

b. La correction des photographies aériennes

9Le traitement des documents a été effectué par informatique. Toutes les photographies aériennes verticales et les cartes topographiques ont été numérisées. La correction et le géo-référencement des photographies ont été réalisés grâce à des logiciels (ERDAS imagine et Arc GIS 9.1). Il s'agit de créer des orthophographies, c'est-à-dire des photographies superposables à la carte de référence, afin d'avoir la même valeur métrique, en l'occurrence la projection conique conforme de LAMBERT, ellipsoïde CLARKE 1880.

c. Les limites de la méthode

10Nous distinguons trois erreurs possibles. Les deux premières sont engendrées par la précision des documents (cartes et photos) alors que la troisième est une erreur liée au processus de corrections des photographies :
- Erreurs dans la détermination des amers : Le géo-référencement des photographies aériennes sur un tel document est une source d'erreur, car il sera extrêmement difficile de déterminer avec exactitude sur la carte la position réelle des amers, et cela d'autant plus que ces amers correspondent à des croisements de routes, autant d'éléments qui sont surdimensionnés sur une carte. On a donc là un risque d'erreur, qu'il est difficile d'estimer avec précision. Cependant les différents chercheurs qui ont travaillé sur ce sujet (R. DOLAN et al., 1980 ; M. CROWELL et al., 1991 ; R. THIELER et W.W. DANFORTH, 1994-a, 1994-b ; I.B.N. FAYE et al., 2008) estiment que la superposition des caractéristiques terrestres observées sur les photographies aériennes et sur une carte à cette échelle peut engendrer une erreur de ± 10 mètres par rapport à la réalité. Toutefois cette erreur a un caractère systématique et ne doit donc pas être répercutée sur l'évolution du trait de côte entre deux photographies.
- Erreurs de mesure sur les photographies aériennes corrigées : Sur certaines photographies aériennes, le trait de côte n'est pas toujours parfaitement visible. Lorsqu'elles ne sont pas de très bonne qualité, il peut y avoir un léger flou au niveau de la limite entre le plan d'eau et le sable, d'où une incertitude pour repérer précisément le trait de côte. Cette erreur a été estimée à ± 1 mètre pour chaque photographie.
- Erreurs dans le calcul des modèles polynomiaux par le logiciel : Le logiciel (ERDAS imagine) offre une très grande fiabilité dans le calcul des modèles polynomiaux, mais il subsiste parfois une erreur résiduelle. Cette erreur est évaluée par le logiciel. Elle est extrêmement faible, puisqu'elle a été au maximum de 0,2 pixel par amer. Mais comme le pixel est la plus petite parcelle visible à l'écran de l'ordinateur, il convient de porter cette erreur à un pixel au niveau des amers et du trait de côte, ce qui représente une distance de un mètre compte tenu de la définition de l'image. Le risque d'erreur qui en découle sur la position du trait de côte, est donc de ± 2 mètres pour chaque photographie.

11Pour la détermination du trait de côte à partir des photographies aériennes verticales couvrant la période allant de 1958 à 2004 à l'échelle 1/20000, on a considéré directement la ligne de contact mer-terre. Vu le faible marnage (20 cm), la faible pente de la plage de Saïdia (1 %) et l'état de la mer lors de la prise de vue (calme), l'erreur maximale possible sur la position réelle des traits de côte est de l'ordre de ± 26 m. Toutefois, celle sur la variation du trait de côte entre deux photographies est de ± 6 m seulement.

2 ) Résultats

12L'analyse de l'évolution du trait de côte montre d'importants changements entre 1958 et 2004 (Fig. 3 et 4).

Figure 3 - Évolution du trait de côte du littoral de part et d’autre de la Moulouya de 1958 à 2004.

Figure 3 - Évolution du trait de côte du littoral de part et d’autre de la Moulouya de 1958 à 2004.

Figure 4 - Cinématique du trait de côte : vitesses d'évolution (m/an) enregistrées sur les 5 transects.

Figure 4 - Cinématique du trait de côte : vitesses d'évolution (m/an) enregistrées sur les 5 transects.

13L'étude diachronique sur plus de 40 ans menée pour la frange côtière de la Moulouya – par superposition des photographies aériennes couvrant la période allant de 1958 à 2004 à l'échelle 1/20000 – permet de dégager les tendances suivantes :

a. Pour le secteur côtier ouest (transect 1)

14Par rapport au trait de côte de 1958, le trait de côte s'est situé à +74,7 m en 1988, +78,2 m en 1995 et +96,5 m en 2004 (à ± 6 m).

15De 1958 à 2004, le littoral de la rive gauche de la Moulouya a donc connu une progradation certaine, avec des vitesses de : 2,5 m/an (± 0,2 m/an) de 1958 à 1988 ; 0,50 m/an (± 0,9 m/an) de 1988 à 1995 ; et 2,0 m/an (± 0,7 m/an) de 1995 à 2004.

b. Pour le secteur côtier est (transects 2 à 5)

16Les mesures ont été faites perpendiculairement à la route côtière (Fig. 3).

17Sur le transect 2, de 1958 à 1988 le trait de côte a reculé de 357 m (± 6 m). En 1995, par rapport à la position de 1958, il se positionnait à -377 m et en 2004, à -393 m. Entre 1958 et 1988, le recul a été rapide (11,9 ± 0,2 m/an). Ensuite, l'avancée deltaïque ayant été entièrement arasée, le littoral devenu rectiligne a évolué moins rapidement : 2,9 m/an (± 0,9 m/an) de 1988 à 1985, puis 1,8 m/an (± 0,7 m/an) de 1995 à 2004.

18Sur le transect 3, immédiatement à l'ouest du port de Saïdia, la progradation a été très forte entre 1958 et 2004, la vitesse moyenne atteignant 10,6 m/an (± 0,1 m/an). Par rapport à 1958, le trait de côte se situait à +217 m en 1988 (+7,2 ± 0,2 m/an depuis 1958), +314 m en 1995 (+13,9 ± 0,9 m/an depuis 1988) et +478,5 m en 2004 (+18,3 ± 0,7 m/an depuis 1995).

19Sur le transect 4, immédiatement à l'est du port de Saïdia, la progradation a également été manifeste, la position du trait de côte par rapport à 1958 étant à +260 m en 1988 (+8,7 ± 0,2 m/an), +311 m en 1995 (+7,3 ± 0,9 m/an par rapport à 1988) et +360 m en 2004 (+5,4 ± 0,7 m/an depuis 1995).

20Le transect 5, enfin, à 3 km à l'est du port de Saïdia, se distingue par la stabilité du trait de côte durant les 46 années de 1958 à 2004.

21Ces évolutions du trait de côte, très différentes dans l'espace et dans le temps, ont des conséquences sur la composition minéralogique des sables de plage.

IV - Les minéraux lourds des sables de plage de part et d'autre de la Moulouya

22Nous avons prélevé, en surface, 5 échantillons de sable sur le bas de plage dans la zone d'action du jet de rive et de la nappe de retrait (Fig. 5). Il s'agit de sables moyens dont la médiane varie entre 220 µm près de l'embouchure de la Moulouya et 185 µm à Saïdia. La diminution de taille vers l'est atteste de transports dominants dans cette direction. Concentrés selon la méthode densimétrique de séparation au bromoforme (A. PARFENOFF et al., 1970), les minéraux lourds ont été déterminés au microscope optique. Les pourcentages de minéraux transparents ont été calculés à partir de l'analyse d'environ 200 grains de la fraction III dont la taille varie entre 0,125 et 0,04 mm.

Figure 5 - Composition en minéraux lourds des sables superficiels le long des plages de part et d’autre de la Moulouya.

Figure 5 - Composition en minéraux lourds des sables superficiels le long des plages de part et d’autre de la Moulouya.

23Les pourcentages de minéraux lourds sont d'une manière générale très faibles, variant entre 2 et 4 %, avec une domination des minéraux opaques qui représentent de 55 à 85 % des minéraux lourds. Parmi les minéraux transparents, l'augite domine largement (34 à 49 %). La dolomite, dont les pourcentages sont compris entre 23 et 49 %, arrive en deuxième position. Le sphène est présent avec une proportion non négligeable (8 %). Les autres minéraux lourds (hornblende verte, hornblende brune, zircon, grenat, staurotide, tourmaline et zoïsite) sont représentés avec des proportions allant de 1 à 5 % (Fig. 5). Les camemberts de répartition de ces minéraux lourds montrent des pourcentages identiques à ceux des sédiments de la Moulouya (M. BOUABDALLAH, 2008), ce qui laisse supposer que les dépôts qui alimentent les plages de part et d'autre de l'embouchure de la Moulouya proviennent principalement de la charge sédimentaire transportée par ce fleuve. Au vu de l'abondance de l'augite et du sphène, cette charge sédimentaire est probablement issue des formations magmatiques localisées dans le Haut Atlas. En revanche, la faible représentation des hornblendes brune et verte (moins de 2 %) peut être expliquée par une très faible alimentation sédimentaire par les cordons de la plaine de Sareg qui en contiennent davantage, environ 5 % (M. BOUABDALLAH, 2008).

24La distinction des minéraux lourds selon leur densité (Fig. 6) montre une dominance des minéraux de faible densité, qui sont aussi les plus fragiles (augite, dolomite, hornblende verte, hornblende brune), au niveau des plages du secteur ouest (Port de Cap de l'Eau) et d'une partie du secteur est (Port de Saïdia). Il s'agit de secteurs de faible érosion marine. Les plages subissent ici un engraissement matérialisé par un ensablement du port de Cap de l'Eau et une progradation continue du trait de côte de la plage de Cap de l'Eau. Ce secteur, protégé par la jetée du port de Cap de l'Eau, subit des vagues moins agressives. L'engraissement et la forme arquée des plages du secteur ouest sont dus à la diffraction de la houle autour de l'extrémité de cette jetée principale, ce qui se traduit par la modification de sa direction et par une diminution de son énergie vers la zone protégée. L'augmentation des proportions des minéraux lourds de densité supérieure à 3,5 g/cm3, qui sont aussi les plus résistants (zircon, grenat, staurotide, tourmaline et zoïsite), au détriment des minéraux de densité inférieure à 3,5 g/cm3 (augite, dolomite, hornblende verte, hornblende brune) au niveau de la plage en rive droite de la Moulouya et de la plage de la ville de Saïdia, prouve bien que ces plages subissent une forte agitation.

Figure 6 - Minéraux lourds de faible et de forte densités (fragiles et résistants respectivement) des sables superficiels de part et d'autre de la Moulouya.

Figure 6 - Minéraux lourds de faible et de forte densités (fragiles et résistants respectivement) des sables superficiels de part et d'autre de la Moulouya.

V - Impact des aménagements sur la dynamique littorale de la baie de Saïdia

1 ) Le rôle des barrages sur la Moulouya

25Les barrages construits sur la Moulouya ont fortement réduit les débits et la charge sédimentaire du fleuve, mais il faut aussi tenir compte des longues périodes de sécheresse, comme celle des années 1980, qui ont fortement accentué les étiages dans le bassin versant. Par exemple, de 1980 à 1984, tous les mois ont enregistré des pluies inférieures à deux fois les températures, alors que le nombre annuel des mois secs n'excède pas 9 en moyenne (M. RHANEM, 2009). Selon M. SNOUSSI et al. (2002), la réduction du débit de la Moulouya atteindrait 47 % et celle de l'apport sédimentaire 93 %. Avant l'installation des barrages, les apports sédimentaires au littoral s'élevaient à 12106 tonnes par an en moyenne, soit une dégradation spécifique de 240 t/km2/an dans le bassin versant. Ils ne dépasseraient guère 0,84106 tonnes par an depuis leur mise en service. Toutefois ces apports sédimentaires sont probablement plus importants, car les barrages subissent un envasement croissant qui limite le stockage et favorise l'expulsion d'une quantité croissante de sédiments fins. En outre, la forte variabilité interannuelle de la charge rend les mesures difficiles et les résultats imprécis (D. PONT et al., 2002).

26La diminution des apports est responsable de l'érosion de l'apex deltaïque qui existait avant la mise en place des barrages et de la réduction de la largeur du chenal de la basse Moulouya (B. ZOURARAH, 1994). Le transect 3 a montré que 30 ans de recul rapide avaient suffi pour pratiquement régulariser le littoral. Durant la période 1958-1988, 165000 m3 de sédiments ont été érodés en moyenne chaque année puis transportés par les dérives littorales alternantes, tantôt vers l'est pour la plus grande part, tantôt vers l'ouest pour une moindre part, ainsi que l'attestent les rythmes différents d'accrétion mesurés sur les transects 3 (7,2 m/an) et 4 (8,6 m/an) et dans le secteur ouest (seulement 2,5 m/an pour le transect 1). La réfraction des vagues sur la forme arquée de l'avancée deltaïque a favorisé l'érosion marine. Après 1998, le fort ralentissement de la progradation se produit après la disparition du stock sableux deltaïque. Le recul du secteur central s'arrête à partir de 1995, mais l'accrétion se poursuit de part et d'autre. Les sables de ces zones progradantes proviennent principalement des barres pré-littorales et très secondairement des apports, réduits, de la Moulouya. En effet, il n'y a pas encore de pénurie sédimentaire, car les sédiments en mouvement restent pour la plupart dans la baie de Saïdia, en raison de sa forme très légèrement concave et des caps qui la délimitent à l'est et à l'ouest.

2 ) L'impact des aménagements littoraux

a. Les digues portuaires

27Elles interrompent le transit sédimentaire des dérives littorales (M. LONGUET-HIGGINS, 1970) et peuvent favoriser l'ensablement des ports, comme l'a montré L. CHARROUF (1989) pour de nombreux ports de la côte atlantique marocaine. D'après cet auteur, tous les ports construits après les années 1980, avec ce type de jetée, connaissent un ensablement important et nécessitent un entretien par des dragages très coûteux.

28Le port de Cap de l'Eau (Photo. 1) est soumis à un ensablement important du fait de sa situation et de l'orientation de son entrée. Le port et le Cap jouent un rôle d'obstacle pour les transits sédimentaires en provenance de l'oued Moulouya dont l'embouchure est située à 9 km à l'est. Par ailleurs, le littoral entre l'embouchure de l'oued Moulouya et Ras Kebdana est linéaire et de direction ENE-OSO, sauf à l'ouest, près du port de Cap de l'Eau, où il devient arqué. Les transits sédimentaires liés à la dérive de sens est-ouest sont donc dirigés vers l'entrée de ce port.

29L'entrée du port de plaisance de Saïdia est orientée vers l'ouest (Photo. 2). Le choix de cette orientation a été justifié par l'existence d'un transit sédimentaire de sens est-ouest et par l'ensablement auquel est soumise la passe d'entrée du port de Cap de l'Eau (Rapport CID, 1996) ; cependant les observations de terrain et l'étude des photographies aériennes, montrent que dans ce secteur, les transits sédimentaires dominants sont plutôt effectués par la dérive de sens ouest-est. En effet, les vents de secteur ouest, qui sont trois fois plus forts que les vents de secteur est, génèrent une houle qui produit une dérive vers l'est, plus puissante et efficace que celle orientée vers l'est. Cela est d'ailleurs attesté par le développement d'une large flèche sableuse sur la rive gauche des embouchures de l'oued Moulouya et par le comblement et la fermeture de l'embouchure du canal artificiel de la SAM (Société d'aquaculture) (Fig. 1).

30Une fois construit, ce port de plaisance a donc été soumis à un ensablement. Si l'entrée de ce port avait été orientée vers l'est, l'ensablement aurait été moins important. En effet, d'une part, le Cap de Milionia joue un rôle de barrière qui stoppe les transits sédimentaires en provenance de la côte algérienne, d'autre part, il n'y a plus actuellement d'apports sédimentaires à partir de l'oued Kiss. La dérive littorale induite par les vents d'est, moins puissants que ceux d'ouest, ne peut donc entraîner qu'une charge sédimentaire minime à partir de la remobilisation des barres d'avant côte. L'entrée du port de Saïdia s'est donc trouvée ensablée avant même que le port ne soit fonctionnel.

31Le port de Saïdia, situé au centre de la plage de Saïdia, forme une barrière au transit des matériaux réalisés par les deux dérives (Photo. 2). L'engraissement observé de part et d'autre des jetées présente des proportions inégales (164,5 m sur le côté ouest) et (44,9 m sur le côté est), ce qui confirme l'existence de deux directions de transit sédimentaire et donc de deux dérives de sens opposés (Fig. 3). Cette inégalité dans l'accrétion atteste aussi de la prépondérance de la dérive de provenance ouest par rapport à celle d'est.

Photo 2 - L’effet du port de plaisance de Saïdia sur le transit sédimentaire. [vues extraites des missions aériennes Saïdia 2004 et 1995]

Photo 2 - L’effet du port de plaisance de Saïdia sur le transit sédimentaire. [vues extraites des missions aériennes Saïdia 2004 et 1995]

32Le port de Saïdia, situé au centre de la plage de Saïdia, forme une barrière au transit des matériaux réalisés par les deux dérives (Photo. 2). L'engraissement observé de part et d'autre des jetées présente des proportions inégales (164,5 m sur le côté ouest) et (44,9 m sur le côté est), ce qui confirme l'existence de deux directions de transit sédimentaire et donc de deux dérives de sens opposés (Fig. 3). Cette inégalité dans l'accrétion atteste aussi de la prépondérance de la dérive de provenance ouest par rapport à celle d'est.

b. L'aménagement touristique et les prélèvements de sable

33La destruction des dunes côtières au profit de projets immobiliers ou de l'exploitation des sables en tant que matériaux de construction fait disparaître la réserve des sédiments nécessaire à l'équilibre des côtes (R. PASKOFF, 1996 ; M. CESARACCIO et al., 2004). Le déficit sédimentaire entraîne un démaigrissement et un abaissement de la plage, rendant plus vulnérable la base du cordon à l'action du jet de rive (D.J. SHERMAN et K.F. NORDSTROM, 1985).

34La frange côtière de la baie de Saïdia a fait l'objet de plusieurs projets d'aménagements touristiques intenses, surtout après la rénovation de l'ancienne route côtière et la réalisation de l'ouvrage d'art de la traversée de la Moulouya, qui représente la première tranche de la rocade méditerranéenne. La ville de Saïdia, qui s'est développée sur le front de mer, était et est toujours le lieu d'implantation de nombreux centres de vacances et de campings, et ce tout le long de la plage. À la recherche d'une vue imprenable sur la mer, l'urbanisation de la ville a pris une forme d'occupation linéaire (Photos 3 et 4). Les constructions réalisées directement sur les dunes bordières affectent les échanges sédimentaires entre la dune, d'une part, et l'ensemble haute plage-bas de plage-estran, d'autre part (Photos 5 et 6). Cela est dû au fait que la bande d'inconstructibilité est toujours de 6 m et que le projet de loi du littoral, qui stipule une bande de 100 mètres, n'est pas encore approuvé. Ce développement touristique a permis la mise en valeur économique de la ville, mais il a également déstabilisé les cordons littoraux qui commencent à être érodés.

Photo 3 - Urbanisation linéaire : projet FADESA (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]

Photo 3 - Urbanisation linéaire : projet FADESA (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]

Photo 4 - Élargissementde lacornicheau sein des dunes bordières (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]

Photo 4 - Élargissementde lacornicheau sein des dunes bordières (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]

Photo 5 - Destruction de l’équilibre sédimentaire entre la haute plage et la dune (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]

Photo 5 - Destruction de l’équilibre sédimentaire entre la haute plage et la dune (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]

Photo 6 - Zone des dunes bordières remplacées par un jardin (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]

Photo 6 - Zone des dunes bordières remplacées par un jardin (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]

35On observe aussi une privatisation progressive du littoral, du fait de l'acquisition de résidences par des particuliers. L'espace touristique qui est en cours d'aménagement par la société FADESA, recouvre 713 hectares. Pour cela, cette société n'a pas hésité à exploiter d'une manière anarchique les sables des plages et des dunes côtières pour ses constructions (fabrication de béton) (Photos 7 et 8). La réglementation interdisant de telles pratiques depuis 2001 n'est pas encore accompagnée de moyens suffisants pour son application stricte. Cette extraction massive et abusive des sables a sans doute déséquilibré le budget sédimentaire de cette plage, si bien que l'érosion marine s'accélère, comme l'atteste l'abaissement du profil de la plage et sa vulnérabilité croissante au risque d'inondation (M. SNOUSSI et al., 2008).

VI - Synthèse et conclusion

36L'étude diachronique de photographies aériennes du littoral de part et d'autre de la Moulouya et l'analyse des minéraux lourds des sables de plage sont deux outils complémentaires pour cartographier les secteurs en accrétion et en érosion, et pour préciser le sens des transits sédimentaires. Ils ont permis de mettre en évidence un secteur en érosion, deux secteurs en accrétion et un secteur stable.

37Le secteur en démaigrissement est localisé dans la partie est du littoral de la Moulouya. Il se situe à la place de l'ancien delta de la Moulouya qui a été déblayé par l'érosion marine et l'action des dérives littorales. Il est constitué essentiellement de sables moyens, avec des proportions non négligeables de minéraux lourds denses et résistants. Cette zone, directement exposée à l'action des houles, est caractérisée par une forte amplification et convergence des vagues et correspond à une zone de forte agitation (zone d'érosion).

38Un secteur en engraissement est situé dans la partie ouest du littoral de la Moulouya. Il a été alimenté par les sables de l'apex deltaïque transportés par la dérive est. Les plages de ce secteur (plage Cap de l'Eau, port de Cap de l'Eau) sont constituées de sables fins, avec une prédominance de minéraux lourds peu résistants et de faible densité. La partie la plus à l'ouest, protégée de l'action directe des vagues par la jetée du port, reçoit des vagues réfractées et correspond à une zone de faible agitation (zone d'ombre).

39Vers l'est, en direction de Saïdia, une deuxième zone a progradé vers la mer de 309,3 m entre 1958 et 2004 (Fig. 3 et 4). Le recul du delta a fourni le matériel qui a été déplacé par la dérive littorale principale vers l'est, participant ainsi à l'engraissement de cette plage. Depuis 1998, les jetées du port Saïdia provoquent une accrétion plus rapide à l'ouest qu'à l'est, en rapport direct avec le degré d'efficacité de chaque dérive littorale.

40Le dernier secteur, le plus à l'est, est caractérisé par une certaine stabilité du trait de côte sur les 46 années de 1958 à 2004. Il en résulte un bilan sédimentaire nul, dans lequel les entrées, bien que peu abondantes, ont équilibré les sorties.

41L'évolution du littoral dans cette partie du Maroc oriental souligne le rôle prédominant des barrages installés dans le bassin versant de la Moulouya.Comme sur les autres cours d'eau méditerranéens aménagés,ils ont réduit les apports sédimentaires, la valeur obtenue, 0,84106 tonnes par an, est un peu supérieure à celle de l'Èbre : 0,45106 t/an, qui a perdu 98 % de sa charge solide arrivant à la mer (D. VERICAT et R.J. BATALLA, 2006), mais nettement inférieure à celles du Sebou : 1,6106 t/an (M. SNOUSSI et al., 2002), du Pô : 13,0106 t/an (U. SIMEONI et C. CORBAU, 2009), du Rhône : 7,4106 t/an (D. PONT et al., 2002) ou du Nil : 2,1106 t/an (M.M. EL BANNA et O.E FRIHY, 2009) qui ont perdu environ 70 % de leurs apports sédimentaires.

42Le déficit sédimentaire créé par cette réduction des apports a permis aux agents météo-marins de déblayer en 30 ans la totalité de l'apex deltaïque de la Moulouya. Les sédiments redistribués par les deux dérives ont engendré une accrétion généralisée des plages encadrantes. Une fois le stock deltaïque épuisé, la morphodynamique s'est fortement ralentie, mais les aménagements littoraux récents génèrent de nouvelles perturbations : les jetées du port de Saïdia provoquent des atterrissements rapides, tandis que le déficit sédimentaire des plages causé par l'arasement des dunes et les prélèvements de sable augmente le risque d'érosion et de submersion de la frange littorale. Les aménagements touristiques prévus dans le futur proche devront tenir compte de ce risque d'érosion des plages. Par ailleurs, les changements morphologiques observés représentent un facteur important de perturbation du fonctionnement de l'écosystème du site d'intérêt biologique et écologique de l'embouchure de la Moulouya.

Remerciements : Cet article a bénéficié des suggestions et critiques constructives d'Aïcha BENMOHAMMADI, Alain MARRE, Catherine MEUR-FEREC et Serge SUANEZ.

Haut de page

Bibliographie

ANFUSO G., DOMINGUEZ L. et GRACIA F.J. (2007) - Short and medium-term evolution of a coastal sector in Cadiz, SW Spain. Catena, vol. 70, p. 229-242.

BARATHON J.J. (1987) - Les vents et leurs régimes dans les bassins du Rif oriental : l'exemple de la station météorologique de Nador-Taouima. In : Le climat, la montagne, l'homme, Mélanges géographiques offerts à P. ESTIENNE, Clermont-Ferrand, p. 17-23.

BARATHON J.J. (1989) - Bassins et littoraux du Rif oriental (Maroc). Évolution morphoclimatique et tectonique depuis le Néogène supérieur. Études Méditerranéennes, fascicule 13, Édit. Centre interuniversitaire d'études méditerranéennes, Poitiers, 531 p.

BOAK E.M. et TURNER I.L. (2005) - Shoreline definition and detection. A review. Journal of Coastal Research, vol. 21, n° 4, p. 688-703.

BOUABDALLAH M. (2008) - Le littoral méditerranéen entre l'oued Kiss et le Cap des Trois Fourches (NE du Maroc) : évolution naturelle et impact des aménagements. Thèse de Doctorat de l'Université Paris 12, 202 p.

BRUNEL C. et SABATIER F. (2009) - Potential influence of sea-level rise in controlling shoreline position on the French Mediterranean Coast. Geomorphology, vol. 107, p. 47-57.

CAZENAVE A., LOMBARD A. et LLOVEL W. (2008) ­ Present-day sea level rise: a synthesis. C.R. Geoscience,vol. 340, p. 761-770.

CESARACCIO M., THOMAS Y.F., DIAW A.T. et OUEGNIMAOUA L. (2004) - Impact des activités humaines sur la dynamique littorale : prélèvements de sables sur le site de Pointe Sarène, Sénégal. Géomorphologie : relief, processus, environnement, n° 1, p. 55-64.

CHARROUF L. (1989)-Les problèmes des ports marocains sur la façade atlantique, leur impact sédimentologique sur le littoral. Thèse de Doctorat de l'Université Paris Sud, Centre d'Orsay, 307 p.

CROWELL M., LEATHERMAN S.P. et BUCKELY M. (1991) - Historical shoreline change: error analysis and mapping accuracy. Journal of Coastal Research, vol. 7, n° 3, p. 839-852.

CROWELL M., LEATHERMAN S.P. et BUCKELY M. (1993) - Shore-line change rate analysis: long term versus short term data. Shore and Beach, vol. 61, n° 2, p. 13-20.

DOLAN R., HAYDEN B.P., MAY P. et MAY S. (1980)-The reliability of shoreline change measurements from aerial photographs. Shore and Beach, vol. 48, n° 4, p. 22-29.

DURAND P. (1998) - Cinématique d'un littoral sableux à partir de photographies aériennes et de cartes topographiques. Exemple du littoral d'Argelès-Plage à Saint-Cyprien (Roussillon, France). Géomorphologie : relief, processus, environnement, n° 2, p. 155-166.

DURAND P. (2001) - Érosion et protection du littoral de Valras plage (Languedoc, France). Un exemple de déstabilisation anthropique d'un système sableux. Géomorphologie : relief, processus, environnement, n° 1, p. 55-68.

EL ABDELLAOUI J.E. et OZER A. (2007) - Étude diachronique et historique de l'évolution du trait de côte de la baie de Tanger (Maroc). Revue Télédétection, vol. 7, n° 1­2­3­4, p. 157-171.

EL-ASMAR H.M. et WHITE K. (2002) - Changes in coastal sediment transport processes due to construction of New Damietta Harbour, Nile Delta, Egypt. Coastal Engineering, vol.46, p. 127-138.

EL BANNA M.M. et FRIHY O.E (2009) - Human-induced changes in the geomorphology of the northeastern coast of the Nile delta, Egypt. Geomorphology, vol. 107, p. 72-78.

EL MOUMNI B. (1995) - Contribution à l'étude des paléoenvironnements sédimentaires au Quaternaire terminal en Mer d'Alboran. Cas de la marge méridionale. Thèse de Doctorat d'État, Université de Meknès, 259 p.

FAYE I.B.N., HENAFF A., GOURMELON F. et DIAW A.T. (2008) - Évolution du trait de côte à Nouakchott (Mauritanie) de 1954 à 2005 par photo-interprétation. Norois, vol. 208, n° 3, p. 11-27.

FERREIRA O. (2006) - The role of storm groups in the erosion of sandy coasts. Earth Surface Processes and Landforms, vol. 31, n° 8, p. 1058-1060.

FORBES D.L., PARKES G.S., MANSON G.K. et KETCH L.A.(2004) - Storms and shoreline retreat in the southern Gulf of St Lawrence. Marine Geology, vol. 210, n° 1-4, p. 169-204.

FRIHY O.E., LOTFY M.F. et KOMAR P.D. (1995) ­ Spatial variations in heavy minerals and patterns of sediment sorting along the Nile Delta, Egypt. Sedimentary Geology, vol. 97, p. 33-41.

HALAOUANI N., SABATIER F., GUEDDARI M. et FLEURY J. (2007) - Évolution du trait de côte de Tabarka-Bouterfess, nord-ouest de la Tunisie. Méditerranée, vol. 108, p. 131-137.

JIMENEZ J., SÀNCHEZ-ARCILLA A., BOU J. et ORTIZ M. (1997) - Analysing short term shoreline changes along the Ebro delta (Spain) using aerial photographs. Journal of Coastal Research,vol. 13, n° 4, p. 1256-1266.

LONGUET-HIGGINS M. (1970) - Longshore currents generated by obliquely incident sea waves. J. Geophys. Res., vol. 75, n° 33, p. 6778-6789.

MAURER G. (1980) - Montagnes et bassins du Maroc central. Études Méditerranéennes, vol. 2, p. 57-86.

MORTON R. et SALLENGER A. (2003) - Morphological impacts of extreme storms on sandy beaches and barriers. Journal of Coastal Research, vol. 19 n° 3, p. 560-573.

PARFENOFF A., POMEROL C. et TOURENQ J. (1970) ­ Les minéraux en grains, méthodes d'étude et détermination. Édit. MASSON, 578 p.

PASKOFF R. (1996)­ Aménagement du littoral et protection de l'environnement en France. L'information géographique, vol. 60, p. 157-166.

PONT D., SIMONNET J.P. et WALTER A.V. (2002) - Medium-term changes in suspended sediment delivery to the ocean: consequences of catchment heterogeneity and river management (Rhône river, France). Estuarine, Coastal and Shelf Science, vol. 54, p. 1-18.

RAYNAL R. (1961) - Plaines et piedmonts du bassin de la Moulouya (Maroc oriental) : étude géomorphologique. Thèse de Doctorat d'État Lettres, Rabat, 617 p.

RHANEM M. (2009) - L'alfa (Stipa tenacissima L.) dans la plaine de Midelt (haut bassin versant de la Moulouya, Maroc). Éléments de climatologie. Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement, vol. III, p. 1-20.

SABATIER F. et SUANEZ S. (2003) - Evolution of the Rhone Delta coast since the end of the 19th century. Géomorphologie : relief, processus, environnement, n° 4, p. 283-300.

SABATIER F., SAMAT O., ULLMANN A. et SUANEZ S. (2009) - Connecting large-scale behaviour with coastal management of the Rhone delta. Geomorphology,vol. 107, p. 79-89.

SHERMAN D.J. et NORDSTROM K.F. (1985) - Beach scarps. Zeitschrift für Geomorphologie, vol. 29, p. 139­152.

SIMEONI U. et CORBAU C. (2009) - A review of the Delta Po evolution (Italy) related to climatic changes and human impacts. Geomorphology, vol. 107, p. 64-71.

SNOUSSI M., HAIDA S. et IMASSI S. (2002) - Effects of the construction of dams on the Moulouya and the Sebou rivers (Morocco). Regional Environmental Change, n° 3, p. 5-12.

SNOUSSI M., OUCHANI T. et NIAZI S. (2008) - Vulnerability assessment of the impact of sea-level rise and flooding on the Moroccan coast: The case of the Mediterranean eastern zone. Estuarine, Coastal and Shelf Science, vol. 77, p. 206-213.

SUANEZ S. (1997) - Dynamique sédimentaire actuelle et récente de la frange littorale orientale du delta du Rhône. Thèse de Doctorat de l'Université de Provence (Aix-Marseille I), 283 p.

THIELER R. et DANFORTH W.W. (1994-a)- Historical shoreline mapping (I): improving techniques and reducing positioning errors. Journal of Coastal Research, vol. 10, n° 3, p. 549-563.

THIELER R. et DANFORTH W.W. (1994-b)- Historical shoreline mapping (II) – Application of the Digital Shoreline Mapping and Analysis Systems (DSMS/DSAS) to shoreline change mapping in Puerto Rico. Journal of Coastal Research, vol. 10, n° 3, p. 600-620.

VERICAT D. et BATALLA R.J. (2006) - Sediment transport in a large impounded river: the Lower Ebro, NE Iberian Peninsula. Geomorphology, vol. 79, p. 72-92.

ZARKI H. (1999) - Évolution de la sédimentation fluviatile en Basse Moulouya (Maroc) au cours de l'Holocène. Thèse n°1250, Université Mohammaed Ben Abdellah, Fès, 370 p.

ZARKI H., MACAIRE J.J., BECK C. et DE LUCA P. (2004) - Morpho-sedimentary evolution of the lower Moulouya (North Eastern Morocco) during middle and upper Holocene. Seismicity and neotectonic effects. Geodinamica Acta, vol. 17, n° 3, p. 205-217.

ZOURARAH B. (1994) - La zone littorale de la Moulouya (Maroc nord-oriental). Transits sédimentaires, évolution morphologique, géochimie et état de la pollution. Thèse n° 1250, Université Mohammed V, Rabat, 197 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de localisation, morphologie et occupation du sol.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2 - Géologie du bassin versant de la Moulouya et localisation des barrages.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photo 1 - L’effet du port de Cap de l’Eau sur le transit sédimentaire. [vue extraite de la mission aérienne Saïdia 2004]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau I - Documents utilisés pour l'analyse diachronique.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 3 - Évolution du trait de côte du littoral de part et d’autre de la Moulouya de 1958 à 2004.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4 - Cinématique du trait de côte : vitesses d'évolution (m/an) enregistrées sur les 5 transects.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 5 - Composition en minéraux lourds des sables superficiels le long des plages de part et d’autre de la Moulouya.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 6 - Minéraux lourds de faible et de forte densités (fragiles et résistants respectivement) des sables superficiels de part et d'autre de la Moulouya.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 2 - L’effet du port de plaisance de Saïdia sur le transit sédimentaire. [vues extraites des missions aériennes Saïdia 2004 et 1995]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 3 - Urbanisation linéaire : projet FADESA (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo 4 - Élargissementde lacornicheau sein des dunes bordières (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photo 5 - Destruction de l’équilibre sédimentaire entre la haute plage et la dune (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 6 - Zone des dunes bordières remplacées par un jardin (2007). [cliché : M. BOUABDALLAH]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/878/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mostafa Bouabdallah et Jean-Pierre Larue, « Évolution du littoral de la baie de Saïdia : dynamique naturelle et impact des aménagements (Maroc oriental) », Physio-Géo, Volume 3 | -1, 113-130.

Référence électronique

Mostafa Bouabdallah et Jean-Pierre Larue, « Évolution du littoral de la baie de Saïdia : dynamique naturelle et impact des aménagements (Maroc oriental) », Physio-Géo [En ligne], Volume 3 | 2009, mis en ligne le 17 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/878 ; DOI : 10.4000/physio-geo.878

Haut de page

Auteurs

Mostafa Bouabdallah

Géodynamique des milieux naturels et de l'environnement, Université de Paris XII - Val de Marne, 94010 CRÉTEIL cedex.
Courriel : mostafa.bouabdallah@laposte.net

Articles du même auteur

Jean-Pierre Larue

Géodynamique des milieux naturels et de l'environnement, Université de Paris XII - Val de Marne, 94010 CRÉTEIL cedex.
Courriel : larue@univ-paris12.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org