Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le risque hydrologique : du concept à sa gestion, Alain GIRET, sous la direction de

2007, Éditions Le Manuscrit, Paris, 249 p.
Jean-Louis Ballais
p. 17-18
Référence(s) :

Le risque hydrologique : du concept à sa gestion, Alain GIRET, sous la direction de, 2007 (Éditions Le Manuscrit, Paris, 249 p.)

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue les actes du colloque Les Rencontres de Géo. 13, organisé à l'Université Paris 13, le 28 octobre 2005.

2La courte introduction d'Alain GIRET (2 p.) permet à l'organisateur du colloque de préciser la conception du risque hydrologique de ce colloque "Le cadre conceptuel se réduit aux seuls extrêmes hydrologiques fluviaux : les étiages et les inondations, écartant problèmes de pollution et de qualité des eaux".

3La section 1 regroupe concept et processus. François CHAGNAUD s'interroge d'abord rapidement sur l'origine des étiages à travers l'évolution historique des concepts, surtout par référence à la région Poitou-Charentes. Emmanuel GILLE et Claire LANG proposent ensuite une méthode d'analyse du tarissement des cours d'eau pour la prévision des débits d'étiage. Au sein des méthodes d'estimation du coefficient de tarissement moyen, ils retiennent la méthode des courbes séquences, plus objective que la méthode des courbes enveloppes et développent un algorithme particulier, l'ALECS. Stéphane GRIVEL et Emmanuelle GAUTIER présentent ensuite le SIG mis au point pour aider la connaissance et la gestion des crues en Val de Loire à partir d'un secteur expérimental de 65 km2 vers Pouilly. Après avoir rappelé les caractéristiques du bassin versant et la typologie des crues de la Loire, ils décrivent la crue de décembre 2003, de type cévenol, et le SIG mis en place grâce aux observations et mesures de terrain. Ils précisent enfin les impacts morphodynamiques de cette crue "potentiellement morphogène" : recul de queues fines d'îles, érosions localisées des berges non protégées, sédimentation de 20 à 80 cm sur les berges d'îles, notable aussi dans les bras secondaires par effet de peigne. Au total, cette crue trentennale conforte l'évolution antérieure du fleuve. Eloi LEYMARIE s'interroge ensuite sur les rôles respectifs de la sociologie et de la géographie dans le risque hydrologique de la production à la gestion, à travers un exemple urbain, l'inondation en Seine-Saint-Denis, et un exemple rural, la pénurie d'eau dans le Sud-Ouest.

4La section 2 présente des cas de figure régionaux. Karima BOUSBARA présente la meurtrière crue par ruissellement à Bab el Oued (Algérie) le 10 novembre 2001 : après avoir évoqué le bassin versant de l'oued Koriche, elle décrit, dans un style journalistique, le "samedi noir" et, en particulier, la "lave torrentielle" générée dans le talweg par une averse "cévenole" aggravée par la densité humaine. Elle complète cette description par des considérations pertinentes sur la perception de la catastrophe par ses victimes et sur le rôle de la religion musulmane dans cette perception. Dans une longue monographie géographique et historique, David LORION étudie ensuite les endiguements et risques d'inondation torrentielle en milieu tropical, à partir de l'exemple de l'île de la Réunion. Les pluies, d'origine cyclonique ou non, provoquent plusieurs types d'inondations, dont celles qui recouvrent les "terrasses alluviales à galets" (en fait, lits majeurs probablement exceptionnels), les plaines d'ennoyage littorales ou les basses pentes des planèzes auxquels s'ajoutent les submersions littorales. L'historique de la politique face à ces risques d'inondation montre le rôle central de l'idéologie sécuritaire à l'origine des endiguements depuis les années 1980. Emmanuelle GAUTIER et Aurélie WOUDSTRA reprennent l'exemple de la crue de la Loire en décembre 2003, cette fois sous l'angle de sa gestion et de sa perception. Après un rappel des origines de la crue et une présentation du terrain d'étude, les auteures présentent leur méthode (questionnaires et SIG constitué de couches de vulnérabilités) et leurs résultats : fonctionnement et défaillances de la chaîne d'alerte, rôle clé du maire, forte entraide pendant la crue, perception très mauvaise par les néo-ruraux, proposition d'amélioration de la chaîne d'alerte et d'instaurer ou de restaurer une culture du risque. Mohamed TAABNI présente enfin les problèmes de gestion de l'eau du Clain en Poitou-Charentes, où la demande dépasse largement les disponibilités utilisables sans risques. Une gestion quantitative patrimoniale a été mise en place en 1999 mais elle montre ses limites face aux besoins de la culture du maïs, en attendant la réalisation d'un SAGE.

5La section 3 s'intéresse aux crues et inondations par ruissellement. Gérard HUGONIE montre d'abord le risque d'inondation dû à de petits cours d'eau des plateaux du centre du bassin parisien, comme le Ru de Presles, par suite de l'urbanisation de leur lit majeur. Puis Olivier BROWNE, Cécile POMYLAKA et Jean-Marie DELATTRE présentent la gestion, en temps réel, du réseau d'assainissement pour lutter contre les inondations en Seine-Saint-Denis. La modélisation des pluies urbaines par le modèle CANOE en Seine-Saint-Denis est ensuite détaillée par François CHAUMEAU.

6La section 4 est réservée aux crues et inondations de plaine – en fait, la Seine, et spécialement à Paris. Gérard VILLON décrit la régularisation des débits de la Seine par l'institution interdépartementale connue sous le nom de "Les Grands Lacs de Seine". Puis Daniel LE RALLEC présente les études et dispositifs pour protéger Paris contre une crue exceptionnelle, Jean-François CAFFIN s'intéresse à la protection de la voie publique parisienne en cas de débordement de la Seine et Patrick DUGUET à la vulnérabilité du réseau d'assainissement parisien lors des crues de la Seine.

7Une courte conclusion résume les apports des interventions.

8Comme tous les actes de colloque, ceux-ci présentent un intérêt et une qualité scientifique évidemment très inégaux. Sur le plan de la forme, on regrette l'absence à peu près totale d'iconographie, en particulier de cartes de localisation, probablement en raison des contraintes éditoriales. Tels qu'ils sont, ces actes permettent cependant de faire un point solide sur les risques d'inondation à Paris et en banlieue parisienne à la veille de l'anniversaire de la fantasmatique crue "centennale" de 1910.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Ballais, « Le risque hydrologique : du concept à sa gestion, Alain GIRET, sous la direction de », Physio-Géo, Volume 3 | -1, 17-18.

Référence électronique

Jean-Louis Ballais, « Le risque hydrologique : du concept à sa gestion, Alain GIRET, sous la direction de », Physio-Géo [En ligne], Volume 3 | 2009, mis en ligne le 26 novembre 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/928

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Ballais

Centre d'Études Géomorphologiques d'Aix, UMR 6012 “ESPACE”, Université de Provence, 29 Avenue Robert Schuman, 13621 AIX-EN-PROVENCE Cedex 1. Courriel : jean-louis.ballais@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org